Les 15 coups de cœur 2017 de Morgana !

A mon tour de me lancer !

Après les 15 coups de coeur de la Luciole hier, c’est à moi de vous proposer une petit rétrospective contenant le meilleur de mon année de lecture
Cette année le choix a été particulièrement dur. Il a fallu organiser de véritables Hunger Games de mes lectures… sauf que le but était qu’il n’en reste que 15. 15, c’est déjà beaucoup. Et surtout, c’est 15 livres qui ont marqué mon année de manière assez différentes : je ne sais pas si tous sont véritablement des coups de cœur. Je vous signalerai quand j’en suis certaine, et pour les autres, ils méritent tout de même leur place car ils ont été importants pour moi cette année, même si j’ai pas mal de reproches à faire à certains.

1ère lecture de 2017, premier coup de coeur ou “le livre qui a porté chance à mon année de lecture
Chaque soir à 11h de Malika Ferdjoukh

Je ne sais pas pourquoi mais ce livre a tellement marché avec moi ! Presque un an après, je conserve une tendresse assez extrême envers ce titre, et j’ai déjà envie de le relire. Un de mes plus gros coups de cœur de l’année.

De la bonne grosse fantasy young adult autrement apelée “drogue dure livresque”
Grisha de Leigh Bardugo

Grisha, Grisha, Grisha ! <333 (et je crois avoir tout l’essentiel, le reste est dans ma chronique)
Je ne sais pas comment cette lecture me marquera sur la durée, mais ça a en tout cas été un page-turner de l’extrême dont j’ai tout aimé !

Mention spéciale à Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

J’hésitais vraiment à le mettre, car j’ai pas mal de petits trucs à lui reprocher, mais je ne peux ignorer la véritable addiction qu’a suscité chez moi ce livre !

I love england (oui bon ça va hein)
Mrs Dalloway de Virginia Woolf

Ma rencontre avec la plume et l’univers si particuliers de cette auteure, un grand oui !

Ma cousine Rachel de Daphné du Maurier

Un autre de mes plus grands coups de cœur de l’année, l’un de ces livres qui auront une place particulière dans mon cœur. Du Maurier prend de plus en plus d’importance dans la liste de ces auteurs qui ont marqué ma vie de lectrice !

Du jeunesse qui te brise le coeur (mais qui fait ça terriblement bien, attention)
Quelques minutes après minuit de Patrick Ness

Je sais que la Luciole l’a également mis, et je sais aussi qu’elle vous a déjà dit qu’on soupçonnait kleenex d’avoir sponsorisé l’écriture de ce bouquin… C’est le livre qui m’a le plus fait pleurer de toute l’année, mais c’est aussi l’un de ceux qui m’a le plus touchée et marquée !

Inséparables de Sarah Crossan

Inséparables, c’est un peu le livre qui te brise le coeur tout en douceur. Il te le brise quand même, hein, mais il fait ça en vers libres, et très joliment 😀

Moi aussi, j’aime les livres avec de jolies images !
The sleeper & the spindler de Neil Gaiman et Chris Riddell

Je ne suis pas peu fière de pouvoir vous présenter un roman illustré qui ne m’a pas été recommandé par la Luciole. Je me sens trop grande et indépendante, façon “moi aussi, je peux trouver de bons livres graphiques”. Bon, j’en ai trouvé un seul sur toute l’année, toutes mes autres lectures du genre m’ont été suggérées par mon gourou des romans graphiques préféré. Mais c’est déjà ça 😀
Une réécriture de conte que j’ai adorée ! Je l’ai prêté à la Luciole et ne désespère pas de voir un jour un article à son sujet sur Deedr (et si elle le trouve moins bien que moi, ne la croyez pas, il est trop bien 0:) ).

La section je me remets aux mangas :
La forêt de Miyori de Hideiji Oda

Bon, je m’y suis remise en décembre, et par hasard. Me remettre aux mangas ne faisait absolument pas partie de mes résolutions livresques. On était à la médiathèque avec ma soeur, qui est fan d’animation japonaise (moi aussi, mais à côté d’elle je suis une véritable amatrice), et elle me dit qu’elle a adoré le film d’animation tiré du manga. Le manga était là, il était en trois tomes, et… on est reparties avec.
Et j’ai kiffé. Cette plongée dans toute la mythologie japonaise m’a énormément plu, j’ai été très sensible à cet univers et au message de sensibilisation à la nature dont j’ai aimé l’absence de culpabilisation ou le côté “donneur de leçon” que je reproche souvent aux fresques écologiques. Sans doute aussi car toute la psychologie de Miyori tient une place importante : elle n’est pas juste un prétexte pour dire “holala l’humain est un méchant qui détruit les arbres”, c’est surtout une jeune fille qui a une histoire (assez lourde) et qui doit changer de vie, s’adapter et grandir. Et qu’est-ce qu’elle le fait bien !
En plus, les dessins sont très, très chouettes !
Avec tout ça, je vais peut-être me remettre aux mangas en 2018 !

Le livre qui a été là au bon moment :
Ce qui nous lie, de Samantha Bailly

Si vous avez lu ma chronique, peut-être serez vous surpris de le trouver là car je lui ai quand même fait beaucoup de reproches, à ce livre. Pourtant, il a vraiment su marquer mon année. Certaines relations entre les personnages, certaines paroles échangées sont encore ancrés dans ma mémoires et ont vraiment su m’aider durant la période où je l’ai lu. Donc voilà, merci le livre ^^

Les inclassables (oui oui, on est sur un gros manque d’inspiration là)
Le temps des vrais bonheurs de Roopa Farooki

Lui aussi, je suis surprise de le retrouver là. J’avais essayé de le chroniquer et, impossible, les mots ne venaient pas. J’ai juste été touchée par ce récit, acheté par hasard dans une librairie un jour où j’avais envie de lire quelque chose dont je n’avais jamais entendu parler. J’aime le côté très personnel et intime du récit, très centré autour de l’évolution de son héroïne – pas toujours facile à aimer ce personnage, d’ailleurs.

Pickpocket de Nakamura Fuminori

Tout en délicatesse, comme raconté à demi-mots, j’aime la manière dont ce livre se présent comme peu marquant et a pourtant réussi à rester très présent dans ma mémoire.

L’amitié qui m’a touchée et passionnée
L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante (3 tomes)

On en a entendu parler partout cette année, je sais. C’est l’une mes amies qui m’a convaincue “tu devrais le lire, je suis sûre que tu adoreras. C’est rare les livres véritablement centrés autour d’une amitié féminine, en plus”. Elena et Lila m’ont agacée, carrément énervée, donnée envie de balancer le livre à l’autre bout de la pièce tout en sachant que je serais en réalité incapable de le lâcher, elles m’ont émue et passionnée, elles m’ont touchée de manière très personnelle. Sans doute l’un des livres qui a trouvé le plus d’échos en moi cette année. J’attends la sortie du dernier tome en janvier, et peut-être que je vous en parlerai. On verra si j’y arrive.

Bonus : ces livres que j’ai lus fin décembre 2016 et qui n’ont donc pas pu figurer dans le bilan de l’année dernière :

Évidemment, il fallait que j’ai 2 coups de cœur durant les derniers jours de l’année, hein ! 😀

Fangirl, de Rainbow Rowell

Comment vous expliquer à quel point Cath, c’est (presque) moi ? 😀

Songe à la douceur de Clémentine Beauvais

Quelle surprise, n’est-ce pas ? Je ne vais pas épiloguer : c’est beau, je veux déjà le relire. Il est encore sur ma table de chevet un an après. Voilà. 😀

__________

Et voilà, c’est déjà (moui) fini !

2017 me fait l’effet d’une excellente année de lecture globalement. Il y a tellement d’autre romans dont j’aurais voulu vous parler ici, comme de ma découverte de la plume de Sagan, dont j’ai lu deux œuvres cette année. Ou du 3ème tome de La Passe-Miroir. Bref, on va s’arrêter là, après La Luciole va dire que j’ai triché et je vais devoir lui envoyer du chocolat pour me faire pardonner 😀

Bonnes fêtes de fin d’année à vous (et surtout bonnes lectures :p) !
Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Les 15 coups de cœur 2017 de la Luciole !

Oui 15 ! Moi même je n’en reviens pas ! 😀

C’est la troisième année qu’on fait une liste de nos coups de cœur à la fin d’année approchant. On aimerait être raisonnables et ne faire qu’un top 5, ou même un top 3, soyons fous … mais on n’est pas raisonnables et encore une fois trop de titres nous viennent à l’esprit. Alors cette année encore, on scindera nos coups de cœur en 2 articles : 1 pour les miens, et 1 pour ceux de Morgana. Mais faut aller voir les deux articles hein, faites pas de favoritisme 😀

Bon, pour moi, vous vous en doutez, il va surtout y avoir des BD et albums, mais PAS QUE, alors même si vous ne lisez pas de graphiques, restez un tout petit peu :p

Alors sans ordre de préférence, mais en essayant de catégoriser un peu … voici mes … 15 coups de cœur de 2017 (en exclusivité exclusive (ou presque)), des idées cadeaux à mettre sous tous les sapins ! 😉

Romans graphiques.
 
Romans graphiques à l’autre bout du monde
(ou « romans graphiques dont le titre semble présenter la météo ») :
  • Les Brumes de Sapa, de Lolita Séchan :

Ce livre, j’ai faillit passer à côté mille fois et je suis tellement heureuse d’avoir fini par le lire. Il m’a tellement touchée qu’il ne pourrait pas ne pas être dans ce top. Voyage initiatique, belles amitiés, recherche de soi … Même si, comme un article est déjà écrit et prévu pour le mois de janvier, je n’en dirai pas plus pour l’instant !


  •  Nuages et Pluie, de Loo Hui Phang et Philippe Dupuy :


Dans la même catégorie mais dans un style tout à fait différent, il y a Nuages et Pluie qui a parlé a mon petit coeur. Il arriverait un poil derrière Les Brumes de Sapa car il m’a moins touchée “personnellement”, mais son originalité rattrape ! Du beau et du bizarre. Une histoire moins limpide, peut-être plus bourrée de symboliques, véritable poésie dessinée.  Et puis j’ai appris récemment que “Nuages et Pluie” était une expression chinoise pour dire “faire l’amour”, alors tout à coup, le livre prend un autre éclairage, il faudrait que je le relise :p

Romans graphiques plein de poésie et de belles amitiés
(ou “Ça parle à mon petit cœur chamallow”)

Et ça se passe pas à l’autre bout du monde 😀 (après mes catégories par couleurs de l’année dernière, je vais vous faire des catégories par géographie cette année :D). Alors bon, les catégories sont un peu artificielles, mais cette année, j’ai bien aimé lire ces histoires de belles amitiés qui semblent tout transcender. (Oui Les Brumes de Sapa peut s’y intégrer aussi, mais je fais comme je peux :D). Ce sera donc …

  • A cause de la vie, de Joann Sfar et Véronique Ovaldé :

A cause de la vie. Joann Sfar, Véronique Ovaldé

Déjà… pour le titre, et puis la gentille absurdité (c’est un compliment), la tournure des phrases parfois improbable, les couleurs, son côté Élégance du Hérisson, cette amitié entre les deux adolescents, la fin qui m’émeut (avec un T) encore rien que d’y penser … Bref, je me suis longuement exprimée dessus ici.


Hop, on prend un des deux personnages et on lui rajoute 60 ans … ça donne, une amitié tout aussi jolie avec :

  • Alexandrin, ou l’art de faire des vers à pied, de Kokor et Rabaté :

Alexandrin ou l'art de faire des vers à pied, Kokor, Rabaté

Et cette fois, en prime c’est en vers ! ça rime, c’est amusant et nostalgique à la fois. Ca se savoure comme un bonbon (à la cerise, le bonbon). La aussi, j’en ai parlé plus amplement. Ma chronique, c’est par .

Roman graphique horrifique
(ou quand on n’a même pas le temps de chanter “promenons-nous dans les bois” !)

Vous en avez marre du mignon et de la poésie ? Ca tombe bien … cette année j’ai aussi adoré :

  • Dans les bois, d’Emily Carroll :

Dans un esprit de conte de fées… sans fée … avec des monstres qui sont des vraies monstres, des dents déchaussées et autres personnages doucement diaboliques. Mais toujours avec un dessin presque enfantin, coloré, vif. C’est glauque à souhait, ça fait frissonner pile comme il faut ! Quand je passe de “Alexandrin c’est mignon les ptits oiseaux” à ça, j’ai l’impression d’être un peu schizo 😀 Non, pas d’entre deux ! 😀 Autant en roman, je ne suis pas fan du tout du glauque et de l’horreur, mais en roman graphique, quand c’est bien fait et que ce n’est pas gratuit, j’adhère !
Vous prendrez bien une petite dent pour la route ? Brrrr ….


Allez, comme on est bien parti sur un rythme de croisière de deux livres par catégorie (ce qui est beaucoup trop mon dieu… pourquoi n’ai-je pas réussi à trier :'( (Promis j’en ai retiré en plus :D),  on va ajouter :

  • Chaperon Rouge, de Zezelj :

Une relecture du Petit chaperon rouge, sombre et perturbante. Sans texte, uniquement des illustrations très noires aux traits très abruptes. Là aussi, c’est Brrrr ! J’ai dû le rendre à la bibliothèque mais je m’y serai bien replongée. En attendant, j’en ai parlé ici.


Romans.

Allez, on sort un peu des images. Je n’ai pas lu beaucoup de romans cette année. Mais de belles lectures malgré tout.


Fantastique
(tellement fantastique que j’ai même plus d’idées pour mes parenthèses à la con)

 

  • La Bibliothèque des âmes (Miss Peregrine, tome 3), de Ransom Riggs :

L’année dernière je citais le tome 1 de Miss Peregrine. Je vais être cohérente, cette année dans ma liste de coups de coeur, il y a le tome 3. Le tome 2, non, le début dans la ménagerie m’a agacée. Mais le 3 propose un univers plus sombre et plus torturé. Depuis la catégorie suivante, vous l’aurez compris, ça me plait beaucoup ! :p La fin, bien que ne m’ayant pas vraiment surprise tient la route, j’ai franchement passé un bon moment de lecture.
J’ai hésité avec Journal d’un marchand de rêves, d’Anthelme Hauchecorne, découvert également cette année. Mais pour le coup, la fin m’a un peu déçue, car pas du tout surprise et m’a semblé ne pas tout résoudre donc … tant pis, pour tout le reste du roman ça aurait pu figurer ici (mais je le cite quand même, c’est pas si mal :D). J’attends que Morgana le lise pour me donner son avis maintenant :p

Historico-burlesque
(ça veut rien dire mais il faut au moins créer une catégorie à part entière pour Xavier Mauméjean)

 

  • Kafka à Paris, de Xavier Mauméjean :

Kafka à Paris, Xavier Maumejean

Je parle de l’auteur depuis qu’on est revenu des Imaginales … 2016 ! Mais je n’ai lu Kafka à Paris qu’en mai dernier (j’avais peur d’abimer le livre :D). C’est loufoque, barré, mais documenté. La plume est belle, le style très prenant. Aaaaaah …. (soupir d’extase). Je me suis plongée dans American Gothic, ai commandé La Société des faux visages au Père Noël (ça parle de Freud et de Houdini :D), et projette d’acheter Ganesha (sur l’histoire d’Elephant Man). Donc si vous me cherchez, je suis avec Xavier !


Jeunesse.

On quitte Kafka pour un petit tour dans la littérature jeunesse (cet article n’a ni queue ni tête, j’aime :D).

BD historique
(mais pas trop, mais adorable très beaucoup)

 

  • L’Ecureuil, tomes 1 & 2, de Grolleau, Mialet et Bonelli

Franchement, une petite merveille plein d’espoir, de joie de vivre. Un personnage original et plein de vie, un caméo de Victor Hugo. J’ai été immédiatement sous le charme de ce diptyque bien ficelé ! Et Morgana l’a lu également lors d’une visite chez moi, je crois qu’elle valide 😉 ! Ma chronique plus complète, c’était ici ! 🙂

Roman fantastique
(ou Roman sponsorisé par kleenex, j’ai finis 3 paquets pendant ma lecture)

 

  • Quelques minutes après minuit, de Patrick Ness

Une de mes premières lectures de l’année … Dévoré en un après-midi. Comme beaucoup de lecteurs, j’ai été énormément touchée par ce livre, merveilleusement illustré ! Morgana en avait bien parlé ici, dans notre binôme livre-adaptation 🙂

Album et BD tout pipou pipou
(plus communément appelé “Hiiiiiiiiiii”)

 

  • Doux Rêveurs, d’Isabelle Simler

Celui-ci, je vous en ai parlé tout récemment. Si je devais choisir un seul coup de coeur sur toute l’année, ce serait peut-être celui-ci. J’ai envie de l’offrir à tous les enfants de mon entourage, et à tous les adultes aussi. Les illustrations sont merveilleuses. La parfaite histoire pour s’endormir, à tout âge, ou juste passer un moment coocooning. <3


  • L’Écorce des choses, de Cécile Bidault

Là aussi, à lire à tous les âges ! L’histoire d’une petite fille sourde-muette, incomprise par ses parents, qui se crée son propre univers et sa façon de communiquer. C’est très beau et très doux, et met immerge bien (au sens propre comme au figuré, ya des poissons partout :D) le lecteur dans l’univers de cette petite fille. J’ai là aussi passé un très bon moment avec ce livre ! 🙂


Formes hybrides et atypiques.

Alors s’il y a bien quelque chose que j’ai cherché à découvrir et lire cette année, ce sont les formes plus atypiques (bon, pas trop quand même parce que je débute dans le genre :D), des façons d’apprécier la littérature différemment. Dans le tas, de sacrées découvertes également !

Revisite de contes
(avec parti pris affirmé !)

 

  • Collection Dans le ventre de la baleine :


Avec en tête .rouge chaperon petit Le et Pot d’Âne. Mais c’est vraiment l’ensemble cohérent que formait cette collection qui m’a plu. Chaque petit album propose une réécriture de conte avec une particularité bien propre : raconter le conte en commençant par la fin, tirer les mots au hasard, se passer de texte … C’est à chaque fois presque un exercice de style très agréable à découvrir. J’explique un peu mieux par ici.

Découpes lasers
(des ptits trous, des ptits trous, toujours des ptits trous !)

 

  • Un petit tour avec Mary Poppins, de Hélène Druvert

J’ai aimé découvrir la finesse des découpes laser avec cet album. On plonge plus dans l’univers de Mary Poppins en général, que dans une réécriture de l’histoire, mais c’est aussi ce que j’ai aimé. Chaque scène de chaque page était une super découverte pour les yeux ! Et ce livre s’est battu avec un autre titre dans notre Battle n°2 à laquelle vous pouvez assister ici 😀

Du  numérique !
(et des baleines)

 

  • Phallaina, de Marietta Ren

Autant, le format ebook ne me parle pas du tout, je perds énormément du plaisir de lecture en laissant de côté le papier, et le fait de tourner les pages etc … (c’est pas le débat ici !), autant quand le numérique est utilisé pour les caractéristiques propres qu’il propose et qu’on s’en sert pour augmenter l’histoire, lui donner une autre dimension … là je suis curieuse ! Ca a été le cas avec Phallaina, une bande-dessinée, dans une application, avec sons, musiques, pas de cases, un défilement à notre rythme. Si ça ne nous donne pas la nausée (comme c’est le cas pour certains, d’après des retours que j’ai eu :p), c’est pour moi un sans faute ! J’en avais parlé ici ! 🙂


C’est terminé pour moi !

Demain Morgana présente ses 15 coups de cœur à elle … et on en a un en commun ! Lequel à votre avis ? 😀

En attendant, vous avez lu certains livres de cette liste ? quels sont vos coups de cœur de l’année ?  Dites-nous tout ! 😉

 

 

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Noces de Neige – Gaëlle Josse

Noël approche et j’avais très envie de vous proposer une chronique de circonstances. Ni une ni deux, la Luciole, qui a plus d’un tour dans son sac et plus d’un livre dans sa bibliothèque, me propose de me prêter Noces de Neige. (N’allez pas croire que ce n’est qu’altruisme de sa part, cela fait environ deux ans qu’elle essaye de me le passer afin de savoir si je partage son avis. Niark. :D)

Plus d’un siècle les sépare, mais leurs histoires sont liées à jamais. Anna, jeune aristocrate russe, rebelle, souffre du peu d’amour que sa famille lui témoigne. Quand, en mars 1881, elle prend le train à Nice pour regagner Saint-Pétersbourg, elle rêve de retrouver Dimitri, le jeune officier dont elle est éprise. En mars 2012, Irina prend le Riviera Express, en sens inverse, pour fuir un destin misérable. Sur la Côte d’Azur l’attend Enzo, un jeune banquier rencontré par Internet. Deux huis clos où les passions vont s’exacerber et remettre en cause les projets de chacune…

__________

L’idée est excellente : Irina fait de nos jours le trajet Saint-Pétersbourg-Nice, Anna au XIXème siècle fait Nice-Saint-Pétersbourg. La durée du voyage s’est nettement réduite entre les deux époques : l’intrigue d’Anna se déroule sur 5 jours alors que celle d’Irina est réduite à 2 (merci le TGV), pourtant, toutes les deux vont voir leurs vies changées durant ce trajet.

Pour Irina, on comprend vite d’où va venir la tension : dès qu’elle monte à bord de ce train, il y a ce chef de bord, Sergueï, qui est intrigué malgré lui par la jeune femme. Très vite, je me suis demandée quel choix allait faire Irina. J’ai aimé cette espèce d’accélération qui se passe dans la vie de la jeune femme. L’auteure nous plonge dans ce genre de moment où tout arrive d’un coup et où il faut prendre des décisions décisives sur un coup de tête, en sachant très bien qu’on n’a aucune garantie que ce soit le bon choix. J’ai aimé suivre Irina qui ce trouve à ce genre de moment : avec qui repartira-t-elle, à la sortie de la gare de Nice ?

Plus difficile de s’attacher à Anna, jeune fille malheureuse (et on comprend pourquoi) et pleine de rancœur. J’ai compati, j’ai eu pitié, mais le personnage d’Anna dégage quelque chose de sombre et un peu hermétique, là où Irina a encore quelque chose de lumineux et touchant. A chaque chapitre qui lui était consacré, j’aimais plus retrouver le cadre de son histoire que le personnage lui-même. On découvre la vie de l’aristocratie russe, leur vie à Nice l’hiver, leur vie en Russie aux saisons chaudes… Le cadre est aussi enchanteur que glaçant (dans tous les sens du terme)(ouais ouais, j’aime l’humour).

Malgré tout, je ressors avec un sentiment de “sympa sans plus”. J’ai lu Noces de Neige quasiment d’une seule traite. C’est joliment écrit, le livre est très court et l’auteure ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer une seconde. Pourtant, les émotions suscitées en moi par l’histoire des personnages restent assez tièdes et, si j’ai passé un agréable moment de lecture dans une ambiance de saison, il n’a rien eu de vraiment marquant (si ce n’est peut-être le fait qu’ils ont des samovars à disposition en permanence dans ces trains les gars ! On peut se faire du thé quand même veut ! Ça c’est le kiffe ultime :D). Plus, le dernier chapitre m’a presque déplu : alors qu’il est l’occasion de révélations assez bien trouvées, je l’ai trouvé long, répétant parfois des choses que l’on savait déjà par Irina. Alors que la fin de l’histoire de cette dernière m’avait laissée avec une agréable sensation proche d’un bon vieux Love Actually (tmtc), la toute fin m’a un peu refroidie. Pas tant parce qu’elle finit sur une touche plus triste que parce que je n’aime pas la manière dont ce dernier chapitre est mené, je précise.

En bref : Noces de Neige, ça peut être une bonne lecture de saison à dévorer sur une soirée, même si, pour moi, ça restera un moment sympa, alors qu’il y avait moyen de faire beaucoup plus vu le potentiel de l’histoire !
(Donc oui, la Luciole, je partage ton avis concernant Noces de Neige ! On n’est pas amies pour rien bordayl :’) )

Je me permets une petite intrusion dans la conclusion de Morgana 😀 Je suis contente qu’elle dise qu’on est d’accord, parce qu’en lisant son article je n’aurai pas été fichue de dire si c’était le cas tant je me rends compte que 4-5 ans après ma lecture, je ne me souviens pas grand chose ^^ Je crois que livre “sympa mais sans plus” comme le dit Morgana c’est bien le mot. Plaisant sur le coup, mais il ne m’a pas vraiment marquée. Sauf le train, j’adore le train 😀 Et pour ma part, j’avais lu un autre résumé que celui que partage Morgana, qui en rajoutait un peu trop, et n’ai donc pas été surprise par certaines révélations. Dommage … Bon voyage en Russie pour ceux qui s’y aventureront 😉

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Que tombent les étoiles – Jeanne Bocquenet-Carle

L’année dernière, je vous avais parlé de Survivre, le premier roman de Jeanne Bocquenet Carle que je découvrais. Il s’agissait de jeunesse post-apocalyptique, genre qui ne fait clairement pas partie de mes prédilections et avait pourtant réussi à me séduire et me toucher.

Aujourd’hui, Jeanne Bocquenet-Carle est de retour avec un nouveau roman de science-fiction jeunesse, et autant vous dire que j’étais assez motivée à l’idée de découvrir tout ça !

De quoi ça parle ?

La quatrième de couverture vient de vous l’expliquer, on retrouve tous les ingrédients chers à l’auteure. Moi, ça m’allait très bien.

Étant donné que je n’ai jamais mis les pieds en Bretagne et que j’en suis terriblement frustrée ce décor me donne immédiatement un sentiment de dépaysement assez magique. J’ai tendance à craindre un peu les romans qui jouent sur le côté “terroir”, ceux qui parlent du coin où j’habite m’ayant un peu traumatisée. On se retrouve finalement plus invités à découvrir la nourriture locale qu’à lire un roman : elles ne sont pas bonnes nos rousquilles et nos cargolades ? Hé, petit, viens, je vais t’expliquer comment faire jeûner les escargots pour qu’ils soient dé-li-cieux. Euh, merci, mais ça ira 😀
Mais pas de panique, il n’y a aucun risque de ce genre là avec Jeanne Bocquenet-Carle, qui réussit à merveille à tisser la fiction entre ces lieux qu’elle connaît si bien, sans que cela fasse artificiel ou guide touristique. On est directement plongés dans cette ambiance bretonne où la science-fiction ne va pas tarder à s’inviter…

Les voix de Gaïa et Khalil se relaient d’un chapitre à l’autre, toutes deux si différentes et dans lesquelles on sent pourtant quelque chose de commun. J’étais partagée entre l’envie de continuer à les voir chacun dans leur vie quotidienne et celle qu’ils se rencontrent enfin. Comment allaient-ils se rencontrer, d’ailleurs ? L’auteure sait jouer avec nos attentes et réserve quelques petits rebondissements qui rendront les choses plus compliquées que prévues.

Le côté SF m’a paru plutôt au service des personnages que l’inverse. Au final, c’est plus une histoire humaine, la recherche de Gaïa concernant qui elle est, plutôt que le récit d’une conquête spatiale.

Pourquoi avait-elle l’impression de se faire piéger ? Pourquoi ne voulait-elle pas faire partie du programme Kepler alors que tous les ados du monde rêvaient d’y participer ? Dans le train qui la ramenait à Brest, Gaïa ressassa les paroles de la généticienne. Un patrimoine génétique rare. Voilà pourquoi elle ne voulait pas y aller. On la réduisait à une séquence ADN alors qu’elle ne savait même pas quelle Gaïa elle souhaitait devenir. On lui imposait un avenir alors qu’elle n’avait pas fait la paix avec son passé. On la privait des rêves qu’elle n’avait pas eu le temps de construire en lui en imposant d’autres“. (p.27)

Une nouvelle fois, la magie des mots de Jeanne Bocquenet-Carle a opéré sur moi. J’ai été sensible à toute la poésie et l’émotion de ses phrases et je me suis laissée envelopper par leur douceur. Pourtant, les thèmes traités sont loin d’être toujours très doux, mais j’adore la délicatesse douce-amère qui se dégage du récit.

Je l’avoue, si les deux premiers tiers ont très vite défilé, j’ai été un peu moins investie dans le dernier. Il faut croire que j’ai préféré Gaïa et Khalil séparés plutôt qu’ensemble. Malgré tout, j’ai beaucoup apprécié la fin (qui était la seule que j’aurais toléré de toute façon, j’aurais organisé un mouvement de protestation sinon, rien de moins :D) et je vous recommande cette jolie histoire.

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+