A comme Association, Tome 5 : Là où les mots n'existent pas – Pierre Bottero et Eric l'Homme

 ! Attention !

Ceci est le cinquième tome d’une série et ce billet comporte d’importants spoilers.

Je vous invite donc à lire mon avis sur les premiers tomes 🙂

 

Je vous en avais déjà parlé :

 

* A comme Association, Tome 1 à 4 – Pierre Bottero et Erik l’Homme

 

   

A comme association 5 

  

Présentation de l’éditeur

Alors qu’ils profitent tous les deux du soir de Noël, Ombe et Jasper sont les victimes d’une attaque violente.
C’est un choc terrible pour Jasper, qui se retrouve seul et affaibli.
Déterminé à découvrir l’identité de leurs mystérieux agresseurs, obnubilé par l’idée de se venger, Jasper se lance dans une folle poursuite.
Mais comment atteindre son but quand l’Association vous lâche, et qu’on ne peut compter pour survivre que sur un vampire peureux, une harpie revêche et les livres de sorciers disparus depuis longtemps ?
Il faudra à Jasper beaucoup de courage pour surmonter les obstacles qui se dressent devant lui, à commencer par sa propre colère et son immense chagrin…
 
 
 
Je pense que les lecteurs auront tous plus ou moins ressenti cette espèce d’émotion à l’idée de lire ce livre.
Pierre Bottero n’est plus là, et pourtant, et heureusement, la série continue.
« Et pourtant » parce que c’est comme si je comprenais enfin qu’il n’y aurait plus de nouveau livre édité qui serait écrit par lui,
« Heureusement », parce que, sans le connaître, j’ai eu la sensation que c’était… une sorte d’évidence : qu’il aurait voulu que cela continue !
 
Pour en revenir à l’histoire même, une espèce de frisson m’a parcouru en apprenant comment Ombre disparait… oui, car je savais qu’Erik L’Homme avait décidé de ne pas essayer de continuer avec ce personnage, mais je ne savais pas comment il allait faire… et quand j’ai su, comment ne pas faire une comparaison avec la disparition de P. Bottero ? C’est peut-être idiot et très simple comme recoupement, mais je n’ai pu m’en empêcher…
 
J’ai lu ce livre quelques jours après sa sortie à peine, qui remontent à deux mois maintenant, ce qui fait que j’ai un peu de recul, chose ncessaire sans nul doute : en effet, ma lecture ne m’avait pas vraiment contenté sur le coup. Je m’explique.
 
J’ai eu l’impression de lire du Erik L’Homme édulcoré, ou du « mauvais » Pierre Bottero. Mauvais dans le sens où ce n’était pas lui avec ses mots (je ne dis pas qu’E. L’H. écrit mal, loin de là), mais l’esprit était là pour moi.
Et vu ma prise de conscience concernant le départ de P.B, bah… ça collait pas : il avait participé à ce livre, oui ou non ? XD
Très idiot, maintenant que j’y pense.
Mais le fait qu’Ombe « communique » avec Jasper m’a tellement fait bizarre que je ne savais plus que penser (l’excuse est minable, j’avoue, mais on fait ce qu’on peut)
Je ne reconnaissais pas du tout Ombe là-dedans. Mais… vraiment pas, quoi.
J’avais l’impression que c’était plus ce que Jasper aurait aimé qu’elle lui ai dit… voilà pourquoi j’espère que l’explication à ce phénomène sera logique.
 
Sinon, j’ai trouvé le coup de la vengeance un peu moyenne, bien que tout à fait compréhensible. Mais vu que je ne suis pas trop branchée « vengeance », j’ai regardé ça d’un oeil un peu lointain.
 
Erglug m’a manqué… il est passé où le troll ? C’est comme de « l’Assassin Royal » sans son fou :
impensable ! C’est tellement excellent d’avoir de tels personnages !
 
Bon, maintenant, pas de panique : le positif arrive !
 
Pas mal de petites détails font avancer l’intrigue et ça, c’est que du bon ! 
Pleins de questions sont posées, certaines de mes suppositions pourraient être confirmées, d’autres réfutées… ça donne envie de lire la suite !
J’ai adoré le fait d’aller retrouvé le vampire du premier tome, par exemple, ça relie les tomes entre eux, donne une continuité en quelque sorte…
 
Une déception sur le coup, nécessaire avec du recul. Je souhaite juste que la suite soit à la hauteur (prévue pour l’automne) et apporte au moins quelques réponses 🙂  
Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.