Alice de l’autre côté de miroir – James Bobin

Alice de l'autre côté de miroir - James Bobin

.

Si vous avez lu mon avis sur le premier film, Alice au Pays des merveilles, vous vous souvenez peut-être que j’avais été particulièrement déçue, et qu’il n’y a que les passages où on sentait plus le style de Tim Burton qui m’avaient fait apprécier le film. Alors, vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai tenu à voir Alice de l’autre côté du miroir, alors que Timtim s’en est allé, et que la bande annonce me laissait déjà sceptique (comme je le soulignais dans l’article des adaptations que j’attendais en 2016). Oui, pourquoi … je me pose encore cette question aujourd’hui …

Bon, bon, bon … je ne sais pas par où commencer tant il y aurait de choses à relever

En tout cas, maintenant que j’ai vu Alice de l’autre côté du miroir, je retire ce que j’ai dit : en fait, l’influence de Burton est bien présente dans Alice au Pays des Merveilles. Là, en comparaison, je m’en rends compte, si, si. Tout est tellement … cliché, suave, presque ridicule par moment … Pour illustrer ça, et vous mettre dans l’ambiance pour la suite de mon avis, j’ai noté deux petites répliques de toute beauté :

« Chaque minute est un cadeau »

« La famille c’est important : on en a qu’une »

Voilà, voilà. Je ne dis pas que je ne suis pas d’accord hein, on ne peut qu’être d’accord d’ailleurs, mais au bout de la quinzième réplique clichée de ce genre, je n’en pouvais plus, il y a des manières plus subtiles de faire passer le message

Et sans blague, qu’est-ce qu-ils ont fait au chapelier ? :'( Il ne m’avait déjà pas beaucoup convaincue dans le premier, mais là c’est pas possible. Il zozote à mort, il a l’air complètement simplet. Je pense que le but était de nous le rendre sympathique, et qu’on déborde d’empathie pour ce pauvre chapelier qui cherche sa famille, mais sur moi, ça n’a pas marché DU TOUT ! Il m’a juste paru pathétique. De même pour la Reine Rouge, que j’avais beaucoup aimé dans le premier : elle devient une sorte de gamine geignarde, horripilante, elle n’a plus du tout le charisme qu’elle pouvait avoir dans le premier. Sans parler de l’explication concernant sa grosse tête … Il n’y a que la Reine Blanche qui m’a paru un peu moins exécrable, mais elle est toujours aussi inutile …

Franchement, j’ai trouvé que tout était incroyablement tiré par les cheveux, je n’y ai pas cru du tout. Les domestiques-légumes à la Arcimboldo, le Temps et sa chronosphère qui vogue sur l’océan du passé. Non, je ne deviens pas poète, c’est vraiment un océan. Et comme Alice est devenu capitaine de navire, ça tombe bien, elle sait piloter une chronosphère aussi (si, si, je vous assure, c’est logique).

Je n’ai pas encore terminé Alice de l’autre côté du Miroir, mais de ce que j’ai lu, non seulement on ne retrouve pas l’histoire (en même temps, l’intrigue de De l’autre côté du Miroir était déjà en grande partie dans le premier film), mais en plus je n’ai pas du tout retrouvé l’esprit de l’œuvre. Ce n’est pas quelque chose qui me gêne beaucoup en soit, tant que le film en lui-même est réussi. Mais bon, là, pour moi ça cumule déjà pas mal de points faibles ! (et en plus les effets spéciaux et la 3D ne m’ont pas plu du tout…) ← ça ce n’était pas nécessaire mais c’était pour en rajouter une couche 😀

Heureusement, j’ai plutôt bien aimé les costumes, même si ça ne correspond pas vraiment à ma propre vision d’Alice, mais ce n’est pas le but :p Les décors aussi sont plutôt séduisants, si seulement il n’y avait pas autant de 3D ! On ne s’éloigne pas forcément beaucoup du premier film, la touche loufoque et un peu “dark” en moins … En gros, ça reste original, mais tout est plus lisse, à l’image du reste du film.

Bref, je ne suis même plus déçue par ce film car je l’avoue, je m’y attendais un peu quand même. Mais pas à ce point. (Mais un peu quand même.) Je suis juste perplexe. Je ne me suis pas ennuyée au cinéma, parce que malgré tout, ça reste Disney, ils savent bien ménager le rythme, retenir l’attention des spectateurs. Mais ppfff … tout ça pour ça …

En plus, j’avais très mal aux dents, et oublié mon doliprane, alors je suis allé en acheter un qui m’a coûté 10€ parce que c’était en pharmacie de nuit et au tarif d’urgence :'( Cette soirée a été un fail total 😀

Oui, à ce point de l’article, j’ai trouvé ça plus palpitant de vous raconter ma rage de dent, alors je crois qu’on va arrêter là avec Alice. Maintenant j’espère juste qu’ils ne vont pas vouloir faire un Alice 3 (parce que je me sentirai obligée d’aller le voir malgré tout 😀

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

5 Comments on “Alice de l’autre côté de miroir – James Bobin

  1. Ah oui, ça suffira amplement. Je m’étais dit que si je ne l’appréciais pas au cinéma, ce serait encore pire sur petit écran car je pensais qu’au moins les effets spéciaux vaudraient le coup. Mais en fait … sur petit écran ça ira. Tu verras peut-être moins la 3D ultra lisse et à outrance :p -Luciole

  2. Cela tombe bien car la 3D n’est pas réellement mon dada.

  3. Je crains le pire… Un film que je verrai du fond de mon canapé, je pense.

  4. Le Jabberwocky est vraiment présenté par Lewis Carroll, dans “De l’autre côté du miroir” justement, c’est pour ça que je me demandais vraiment quel serait le contenu du film, vu qu’une bonne partie de l’intrigue du livre était déjà dans le premier film .
    Mais toute cette mise en scène autour du Jabberwocky m’avait également perturbée et pas du tout convaincue !
    Bon effectivement, si tu n’as pas aimé le 1er du tout, ce n’est même pas la peine de voir la suite ^^
    -Luciole

  5. J’avais vu le 1er Alice au pays des merveilles de Tim Burton donc. J’ai trouvé la “trouvaille” du dragon complètement débile, un manque d’imagination des plus pitoyables. Je n’irai certainement pas voir la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.