Amok – Stefan Zweig

Amok.jpg

 

Avec les trois longues nouvelles qui composent ce recueil, Stefan Zweig nous plonge dans l’enfer de la passion (…).
Dans ” Amok “, peut-être la plus célèbre des trois, un jeune médecin raconte comment, dans la jungle malaise, sa vie a basculé en quelques instants, comment une jeune femme jusque-là inconnue a déchaîné en lui l’amour et la folie.
” Lettre d’une inconnue “, un des textes les plus déchirants qui soient, souvent adapté au théâtre, est la confession, à la veille de sa mort, d’une femme à un homme qu’elle a aimé toute sa vie et qui ne l’a jamais vraiment ” vue “, jamais vraiment regardée.
” La ruelle au clair de lune ” nous entraîne jusqu’au plus profond de l’humiliation où la passion – toujours elle – peut parfois faire tomber l’être humain.

 

_______

 

Il y a quelques années, j’avais lu dans une revue le début de « Lettre à une inconnue » en BD. Problème : la fin ne s’y trouvait pas. Depuis, je m’étais donc mis dans la tête que je devais lire « Amok », le fameux recueil où cette nouvelle se trouvait. Et puis, il y a peu de temps, en faisant le tri dans les livres de famille, Ô, surprise ! Sur quoi est-ce que je tombe ? Oui, oui ; le tant convoité Amok était là, sagement rangé dans son carton, juste sous mes pieds, et ce, depuis cinq bonnes années déjà. Biiiiiien, Morgana, bien.

 

Ce recueil comporte donc trois nouvelles, et je ferai donc du cas par cas. Mais il faut tout de même que je précise qu’habituellement, je n’aime pas vraiment les nouvelles. Je suis toujours frustrée, insatisfaite, « toussa toussa »… Seulement, je n’avais pas lu de nouvelles de Zweig, et là, ça change tout. Au-delà de la qualité de ses histoires et de son écritures, j’ai énormément aimé la constitution de recueil, dont chaque histoire permet de passer d’une émotion à l’autre, tout en y retrouvant une sorte de fil conducteur…

 

Amok

 

Cette première nouvelle est, il me semble, celle que l’on accole presque directement au nom de Zweig ; du moins, dans mon entourage c’est ce que j’ai remarqué.

Rien que le titre m’avait laissé songeuse : que peut bien vouloir dire « Amok » ? Est-ce le prénom d’une personne ? D’un lieu ? Une race d’animal exotique ? (ce ne sont là que mes suppositions les plus softs :D). J’ai adoré découvrir ce que signifie ce mot, et ne donnerai donc pas la réponse, mais j’ai déjà apprécié percer ce petit mystère, et me suis couchée moins bête le soir, après ma lecture !

Dans cette nouvelle, les sentiments sont poussés à leur paroxysme, et je me suis demandé comment elle allait bien pouvoir se finir. J’ai été entraîné dans la folie des personnages, et ai aimé découvrir petit à petit leur histoire.

En conclusion, une nouvelle que j’ai vraiment aimée !

 

Lettre d’une inconnue

 

La fameuse ! Et, loin d’être décevante, même après avoir tant attendu pour en connaître le fin mot, j’ai été extrêmement émue par l’histoire de cette « inconnue », donc on ne connaît au final pas grand-chose en tant que personne (même son prénom – elle reste ainsi véritablement une « inconnue »), mais dont l’histoire nous est contée au travers d’une longue lettre. Son amour fou, seul chose qui semble la faire vivre, derrière lequel elle s’efface, nous est dévoilé petit à petit, nous permettant d’en comprendre l’ampleur au fur et à mesure… jusqu’au final que j’ai trouvé sublime.

 

La ruelle au clair de lune

 

Cette dernière est celle que j’ai le moins aimé.e En effet, si le sujet est intéressant et le final plein de mystère, je l’ai trouvée plutôt frustrante. Elle est peut-être celle contenant le plus de ces mêmes détails qui font que les nouvelles et moi ne sommes pas vraiment copines. J’ai aimé, l’écriture de Zweig est toujours aussi belle, mais l’histoire m’a moins passionnée et touchée.

 

* *

 

Pour finir, le bilan est donc plus que positif et j’ai vraiment beaucoup de mal à trouver les mots pour exprimer mon ressenti sur ce livre !. J’ai beau avoir encore eu ce petit souci par rapport aux personnages de nouvelles auxquels il m’est impossible de m’attacher à cause du format court, les émotions que la plume de Zweig dégagent sont si belles et puissantes que cela ne me dérange pas plus que cela au final. Vite, vite, un autre livre de l’auteur !

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.