Balade Littéraire #19 : Novecento au théâtre par André Dussollier

Balade Littéraire #19 : Novecento au théâtre par André Dussollier

.

Le 24 mars dernier, Novecento passait au théâtre de Blagnac, juste à côté de chez la Luciole et à peu près à 250km de chez Morgana.

On vous a déjà dit que nous sommes absolument fans de Novecento, le monologue d’Alessandro Baricco. Mais on ne vous a jamais dit à quel point … ! (vous nous sentez venir non ? :D)

Pour vous donner une idée, le 24 mars donc, Morgana a débarqué chez la Luciole avec sa mère, son beau-père, sa sœur et son chien après 3 heures de route ; a embarqué la Luciole après un petit apéro modeste à base de jus de litchi disons … heu … fermenté (il fallait être en forme pour écouter André, on n’était pas assez surexcitées :p), direction Odyssud et nos fauteuils au fond de la salle. On a savouré la pièce d’1h30, puis Morgana est repartie avec sa mère, son beau-père, sa sœur et son chien pour 3 nouvelles heures de route.

On vous assure que tout le paragraphe précédent est 100% véridique ! Si vous aviez des doutes sur notre motivation, notre amour pour Novecento (et le fait qu’on soit complètement siphonnées), a priori nous venons de les lever en bloc. (On n’est pas sûres d’assumer cet épisode groupiesque de notre vie)

 

Bon, on sait que notre vie est très très très intéressante (hum hum, ne niez pas),

mais la pièce, c’était comment ???

 

C’étai côme sa : <3<3<3<3<3

 

Et sinon ?

 

En effet, c’était absolument GE-NIAL ! Et on n’a pas été déçue (on avait un peu peur, parce que vu le prix élevé, ça nous aurait vraiment déçues d’être déçues, vous voyez ?)

Avant même le début de la pièce, on adorait déjà le décor : la coque du Virginian (« Eh ! Virginian eh ben c’est le nom du bateau !!!!!!!! » « Oui, oui les filles »).

Puis André Dussollier est arrivé sur scène, et là ça a confirmé que ça allait vraiment nous plaire (et ce malgré l’odeur de sueur du groupe de lycéens devant nous, glamour n’est-ce pas?)

 

(les photos du spectacle ne sont pas de nous. Les appareils étaient interdits dans la salle 😉 )

 

La première chose que nous avons pu remarquer c’est qu’André Dussolier, bien que nous n’en doutions pas, est vraiment parfait pour le rôle. Il a une vraie présence sur scène, une façon de parler qui nous a immédiatement happées, et il a su donner vie au texte de manière inégalable ! (Oui, c’est bourré de superlatifs, et ce n’est que le début, mais Novecento le mérite !! smut smut)

 

La mise en scène n’est pas en reste : le jeu des lumières est subtil, presque magique (la coque du bateau qui devient transparente pour laisser voir l’intérieur …), les jeux d’ombres avec les musiciens, très réussis, aident à nous faire ressentir la présence de Novecento etc…

Parlons-en de ces musiciens. André Dussolier n’est pas seul sur scène, à certains moments il est accompagné d’un petit ensemble de jazz talentueux dont la musique souligne le texte et l’histoire. Le pianiste, Elio Di Tanna, est également fantastyque ! On se demandait avant d’aller voir la pièce si il existait vraiment un pianiste qui puisse représenter Novecento, alors pour le coup, chapeau Elio !

 

 

Notre plus grosse interrogation portait sur comment rendrait le monologue sur scène. Car en lisant le livre, on n’imagine pas forcément un gars seul sur scène, mais plutôt ce qu’il raconte : Novecento sur son bâteau. On le voit plus comme un narrateur que comme l’acteur principal. Là non plus, pas de déception puisque comme on l’a dit, André Dussolier est parfait ! On entre tout à fait dans l’histoire, et tous les passages drôles, les jeux de mots notamment, passent encore mieux que dans le livre. On a franchement ri ! Et on n’était pas les seules : toute la salle riait, des lycéens transpirants qui étaient devant nous aux mémés BCBG du premier rang.

 

En revanche, la montée en puissance super « émulsionnante » dont on ne cesse de vous parler, était moins intense que pendant la lecture même si elle nous a quand même touchées. En même temps, ce n’est pas plus mal, on aurait fini par pleurer comme des madeleines, et ça ça fait couler le mascara, en public c’est pas classe. 😀

En gros, cette mise en scène fait ressortir les as
pects humoristiques alors qu’on avait plutôt retenu les aspects émouvants. Comme ça, c’est très complémentaire, et on est ravie !

 

Vous l’aurez compris, cette mise en scène n’a pas stoppé notre engouement pour cette œuvre (au contraire !) et le déplacement de Morgana en valait la peine ! Toute sa famille a également apprécié (et même le chien resté dans la voiture récite désormais le monologue de Novecento tous les soirs ; va-y Haku, tu as une grande carrière de comédien devant toi !), alors on ne peut que vous encourager à aller voir la pièce si vous êtes à Paris en automne prochain ! (Il semblerait qu’il y ait une reprise exceptionnelle, mais le site du théâtre ne l’annonce pas encore … alors à vérifier quand la date se rapprochera 😉 ) N’hésitez pas à nous dire ce que vous en aurez pensé. 😉

 

(malheureusement pour les autres, c’est la fin de la tournée …)

Reprise exceptionnelle au THÉÂTRE DU ROND-POINT à PARIS du 20 septembre au 27 novembre 2016

Balade Littéraire #19 : Novecento au théâtre par André Dussollier

.

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.