Battle #1 : Smog of Germania & Unis… pour la vie ? – Marianne Stern

battledeedrAujourd’hui, j’ai décidé de vous proposer un article comme je n’en avais encore jamais écrit (je crois)(non, je ne vais pas checker les 578 autres articles du blog pour vérifier). Préparez-vous, ça va saigner : on va faire une battle de livres. Alors prenez du pop-corn, installez-vous et comptez les points avec moi (de toute façon, je ne sais pas compter donc si vous voulez un résultat certain, ne comptez pas sur moi).

Présentons d’abord les candidats en lice, tous deux écrits par Marianne Stern, j’ai nommé :

Smog of Germania

smog-of-germania

Germania, début des années 1900, capitale du Reich.
À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française – et pour cause : on dit qu’il n’a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l’oeuvre.
Une poursuite infernale s’engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s’il ne s’agissait pas en réalité d’un gigantesque complot, qui se développe dans l’ombre depuis trop longtemps.

et Unis… pour la vie ?

unis-pour-la-vie

Roxane a grandit dans un vallon magnifique, aux flancs couverts de vignes, au rythmes des vendanges. La cave familiale attend qu’elle reprenne le flambeau et Jérémy, le fils du viticulteur voisin, la convoite. Son avenir semble d’ores et déjà tracé et la promet à une existence tranquille parfumée d’arômes de raisins.
Pourtant, le vin l’écœure, le vignoble l’ennuie et la routine lui flanque la nausée. Elle ne rêve que d’ailleurs et de folles escapades à travers le monde.
Son mariage parviendra-t-il à la libérer? Une heure avant la cérémonie, elle en doute. Tandis que son fiancé se languit à la mairie, désespérant de ne pas la voir apparaître, elle s’enfuit dans les vignes en quête d’un signe, même infime, pour lui éclairer la voie.

____________

Je me suis demandé si je ne devais parler que d’un seul ici, mais n’ayant pas réussi à décider duquel, j’ai failli renoncer et vous proposer plutôt un article répertoriant toutes les névroses de mon chat. Puis l’idée de cette petite battle m’est venue et m’a assez amusée (plus que les névroses de mon chat). J’espère que ce sera aussi votre cas.

Allons-y !

universSmog of Germania prend place dans un univers steampunk, sombre à souhait et plein d’inventions bien trouvées. Unis… pour la vie ? nous emmène du côté romance de la force, on est dans un cadre viticole, qui sent le soleil, le raisin frais et la campagne. Ceux qui me connaissent un minimum se douteront que Smog of Germania partait avec un petit avantage étant donné mon amour du steampunk, même si le cadre de UPLV me parlait également, puisque j’ai grandi dans un village paumé au milieu des vignes (allez, on peut sortir un petit #madeleinedeProust pour l’occasion).

Il n’en reste que, de base, le steampunk est un genre qui me parle plus que la romance, et Smog of Germania est doté d’un univers particulièrement riche : Marianne Stern a su offrir un monde à l’ambiance très réussie (à condition d’aimer les univers dark, évidemment). Le côté uchronique est très bien géré, l’histoire début 20ème est revisitée d’une manière à laquelle j’ai cru dès le début. Les aspects historiques tels que les codes vestimentaires se fondent à merveille avec les technologies ou la magie de Germania.

Au programme : alchimie, animaux mécaniques, personnage mi-humain mi-machine & zeppelins !

Quant à UPLV, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’il n’est pas en reste. Je trouve Marianne Stern très douée pour nous plonger dans le cadre de ses histoires, alors que les genres n’ont rien à voir. Là encore, même si l’univers est bien moins complexe à imaginer puisqu’il pourrait s’agir d’un village axé sur la viticulture comme j’en connais beaucoup, l’auteure donne une saveur particulière à celui où évoluent ses personnages, avec l’ambiance des vendanges et de la vie à la campagne.

Ça sonnait vrai, et j’ai aimé ça.

________

1-0Pour la complexité et le travail immense que ça a dû être, je dirais que Smog of Germania l’emporte question univers, même si UPLV a vraiment su m’immerger immédiatement dans son ambiance.

personnagesSmog of Germania est servi par une galerie de personnages faite sur mesure pour coller à l’ambiance : personne n’est très blanc, si vous voyez je veux dire. Tout le monde à ses névroses et fait preuve d’une morale très relative. Les deux personnages masculins principaux Jérémiah et Maxwell sont respectivement l’exécuteur du Kaiser et un pirate des airs. Tout le monde est prêt à vous poignarder dans le dos (après ou avant vous avoir violé… selon l’humeur)(Viens avec nous chez Barbapapa, viens faire les fous, lalalalala…). Il n’y a que Viktoria, l’héroïne, qui sort un peu du lot. C’est bien vous croyez ? Eh bien c’est justement là que le bât blesse (j’ai vraiment employé cette expression, oui). Viktoria est un personnage assez innocent, quoique courageux. Sauf que ça ne suffit pas, on n’arrête pas de lui faire remarquer qu’elle est un boulet. Certes, à pas mal de reprises, j’ai également été agacée par sa naïveté et la temps qu’elle mettait à prendre conscience de la réalité. Mais ce n’est pas ça qui m’a le plus dérangée : le pire a été la manière dont les personnages masculins (surtout Jérémiah, Maxwell & son frère) l’ont traitée comme un éternel boulet ou un moyen de parvenir à leurs fins. Viktoria n’a pas tellement la possibilité d’évoluer, elle est toujours ballotée d’un côté et de l’autre par ceux qui savent… Au début, ça allait, mais au fur et à mesure j’étais de plus en plus gênée. J’avais envie de voir l’héroïne évoluer et être traitée autrement. Au contraire, j’ai eu le sentiment que ces trois personnages masculins ne la respectaient pas beaucoup et c’est donc l’agacement qui a dominé la dernière partie de ma lecture concernant cet aspect-là du livre. Entendons-nous, ça reste cohérent concernant les personnalités de chacun, mais qu’on ne me demande pas d’adhérer à l’histoire d’amour entre Viktoria et Jérémiah. Pourtant, j’aimais beaucoup le début, et l’idée que les personnages restent fidèles à eux-même du début à la fin ne me déplaît pas (pas si mal que ça d’échapper au cliché des bad boys qui deviennent de gentils copains/maris dévoués), seulement j’aurais voulu qu’au niveau de Viktoria il y ait d’autres réactions ou d’autres opportunités pour elle de montrer ce qu’elle valait, surtout au niveau de la résolution de l’intrigue.

Au tour d’Unis… pour la vie ? Là, au contraire, ce sont des personnalités aussi forte d’un côté que de l’autre. Vincent est un personnage masculin un peu dans la lignée de Jérémiah & Maxwell, il est aussi du côté « bad boys avec option passé douloureux ». Sauf que Roxanne a aussi un sacré caractère et qu’elle n’hésite pas à lui faire savoir quand ça ne lui convient pas. Roxanne a ses moments de gloire aussi. Tous deux ont leurs travers, leurs bons côtés. Bref, ils se valent et sont aussi intéressants l’un que l’autre. Leurs petits jeux frôlent parfois le ridicule tant ils font preuve de mauvaise foi quand il s’agit de l’affection qu’ils ont l’un pour l’autre… sauf que je me suis très vite attachée à l’un comme à l’autre. Tous deux sonnaient « vrais » et j’ai appris à les apprécier, séparément et ensemble.

_____________

1-1Pas beaucoup d’hésitation sur ce coup-là : Roxanne et Vincent sortent grands vainqueurs. Dommage pour Viktoria, qui partait pourtant si bien mais qui m’a perdue en route ^^

intrigue

Soyons clairs sur un point : si j’ai presque enchaîné les lectures de Smog of Germania et UPLV, c’est surtout car j’ai adoré l’écriture de Marianne Stern. Selon moi, cette auteure sait écrire. C’est riche mais pas lourd, ça sonne juste et non comme si elle s’était dit « là, il faut que je fasse une belle phrase… voyons voir quel mot de 4 syllabes je peux sortir pour impressionner ? ».
Il y a pas mal de descriptions, surtout dans Smog of Germania, ce qui est compréhensible vu la richesse de l’univers et de l’intrigue, mais je lisais ces gros blocs sans rechigner. Ce sont des descriptions qui restent assez dynamiques et qui servent le récit sans vraiment casser le rythme.

Côté intrigue, des deux côtés, il y a du (très) bon.

S’il n’y avait pas eu ma déconvenue avec les personnages, Smog of Germania aurait sans doute été un petit coup de coeur. Pendant les deux premiers tiers, je croyais qu’il le serait tant je n’arrivais pas à décrocher. Un matin, j’en ai même oublié l’heure et ai commencé à étudier avec un joli retard sur l’horaire prévu tout simplement car je ne pouvais pas arrêter de lire. L’intrigue propose un rythme assez effréné et il se passe tant de choses que lâcher le livre représentait un exploit (dont je n’étais pas peu fière soit dit en passant)(ça va, on est fier de ce qu’on peut, hein :p). Le livre est assez épais et pourtant l’auteure trouve le moyen d’alimenter son intrigue en permanence. Oui, oui, assez impressionnée je suis.

UPLV est assez différent, et j’ai dès le début adoré le choix narratif : Vincent attend Roxanne à leur mariage, mais celle-ci n’arrive pas… viendra-t-elle ? Pour répondre à cette question, on remonte le temps. La narration alterne les chapitres racontés par Vincent et Roxanne, nous rapprochant de plus en plus du moment de leur rencontre et nous faisant découvrir leur relation. Roxanne aime-t-elle Vincent ? Ou Jérémy, son ami d’enfance ? Petit à petit, la réponse devient assez évidente, mais au lieu de me lasser, je n’avais qu’une seule envie : lire plus vite pour qu’arrive enfin le dénouement tel qu’il paraît évident au vu de ce qu’on a découvert sur les personnages. Donc là aussi, un bon petit effet page-turner.

_________

2-2Je suis très embêtée sur ce coup-là : les deux sont aussi bien gérés sur ce plan-là. J’adore le procédé narratif pour UPLV et je suis admirative de la complexité de l’intrigue de Smog of Germania et de la difficulté que j’avais à lâcher le livre.

Au final ?

battledeedragelite

Au final, je ne peux pas vraiment sacrer de grand gagnant. Oui, ce premier battle est donc un bon gros fail 😀

Smog of Germania est un bon roman steampunk à l’atmosphère (très) sombre et à l’univers complexe, servi par une très bonne intrigue, mais qui m’a déçue concernant le traitement de son héroïne. UPLV bénéficie d’un cadre très bien planté, d’un procédé narratif que j’ai adoré et de personnages qui m’ont complètement séduite, mais il est peut-être un peu plus anecdotique que Smog of Germania à cause de sa brièveté et de son intrigue qui traite un sujet très spécifique, empêchant de dresser un tableau aussi vaste et marquant que celui de Smog of Germania.

Bref, chacun ses forces et ses faiblesses, mais deux romans qui m’ont permis de découvrir une auteure que je trouve très douée et dont je compte bien suivre les parutions à l’avenir !

_________

Et vous, avez-vous déjà lu des livres de cette auteure ? Si non, l’un d’entre eux vous tente-t-il ?

N’hésitez pas non plus à me dire ce que vous pensez du principe des battles : si cela vous plaît et que vous voulez en voir d’autres à l’avenir (ou non)(promis, je vous aimerai quand même), ou si vous avez des suggestions. 😉

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Battle #1 : Smog of Germania & Unis… pour la vie ? – Marianne Stern

  1. Un coup de cœur pour Smog of Germania de mon côté ! L’ambiance, l’Exécuteur… vraiment une excellente surprise 🙂 !

    • Oui, je me souviens de ton article, je l’avais vu passer et il avait participé à mon envie de découvrir Smog Of Germania ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.