Battle#2 : Les découpes laser ! – Petit tour avec Mary Poppins VS le Lac des Cygnes

Sortez les pop-corn, âmes sensibles s’abstenir, la 2ème Battle est sur le point de commencer !!

La dernière fois, ce sont les livres de Marianne Stern qui se sont affrontés. Pour cette deuxième Battle, il risque d’y avoir du sang, car c’est … la Battle des Découpes Laser ! Match en deux Rounds, c’est parti !

Quelqu’un dans la foule de spectateurs : C’est quoi une battle de découpes laser … ?

Luciole : A part deux bouquins qui se hacheraient menu au Sabre Laser vous voulez dire ?

Et bien c’est ça :

Un truc assez fifou qui donne une allure folle aux bouquins illustrés !

Le hasard a voulu que ma sœur m’offre le second : Le Lac des Cygnes, juste après que j’ai craqué sur le premier lors d’un tour à la librairie : Un petit Tour avec Mary Poppins, qui m’avait immédiatement enchantée et qui était même mon coup de cœur dans le « C’est le premier, je balance tout » du mois de janvier !


Un petit tour avec Mary Poppins, de Hélène Druvert

Les aventures de Mickaël et de Jane qui jamais ne s’ennuient en compagnie de leur gouvernante très mystérieuse : Mary Poppins ! Une plongée dans le Londres du début du XXème siècle, tout en découpes laser.

vs

Le Lac des cygnes, de Charlotte Gastaut

Un prince rêve d’amour. Mais, ses parents, impatients de le marier, décident d’organiser un bal. Ils lui annoncent qu’il lui faudra choisir celle qui deviendra sa femme durant la fête. Le jeune homme s’enfuit dans les bois. Il aperçoit un vol de cygnes et le suit jusqu’aux abords d’un lac. Là apparaît une merveilleuse jeune fille vêtue d’une robe de plumes blanches, dont il tombe amoureux.



Cela va sans dire, je suis tout de suite tombée amoureuse du concept, et comme je tenais à vous parler des deux, la forme de la Battle est tout indiquée pour vous présenter le principe et vous offrir un point de comparaison.

Trêve de blabla, avant que je ne me fasse huer par la foule … que la bataille commence !

J’aurai aimé pouvoir faire comme Morgana, et proposer cette battle en plusieurs rounds, histoire qu’il y ait un peu de suspens! Malheureusement, là où elle a pu séparer l’univers, le style d’écriture, les personnage, moi je ne vais pouvoir faire qu’une catégorie : l’histoire. Basta. Vous allez comprendre.

Commençons par Un Petit tour avec Mary Poppins vu que c’est le premier que j’ai lu. Pour tout vous dire j’ai tout d’abord été un peu déçue par l’histoire : nous n’avons pas ici une adaptation de l’histoire de Mary Poppins, mais une succession de petits tableaux dans lesquels évoluent Jane, Mickaël et Mary Poppins. Alors je ne sais pas si dans l’histoire originale les personnages rencontrent un homard trompettiste et un crabe violoniste au fond de l’océan, pendant que Mary Poppins accompagne avec son accordéon une sirène qui joue du ukulélé… non vraiment, je ne sais pas, car je ne connais que la version de Disney (eh oui …), mais en tout cas, il est clair que l’histoire n’est pas autant développée.

Ce n’est pas vraiment le cas du Lac des Cygnes. Pour le coup, l’album adapte l’histoire du ballet de Tchaïkovsky que j’adoôôôôoore de tout mon cœur  : nous suivons un jeune prince qui tombe amoureux d’une jeune fille à la robe de plumes blanches, il l’invite alors au bal organisé par ses parents pour la leur présenter, et là … Aha, que se passe-t-il alors ?
Il se passe ça :


(passer de Dark Vador à Tchaïkovskidans le même article, c’est assez jouissif, je l’avoue!)

Nous avons donc un début un milieu une fin, une vraie histoire donc, qui reprend tous les éléments essentiels du Lac des Cygnes, mais ça reste très simple malgré tout. Trop simple. Que ce soit dans le développement de l’intrigue, dans les personnages, le style d’écriture, on sent bien que ce n’est pas la priorité de cet album.

Car il s’agit bien de ça : dans un cas comme dans l’autre, l’esthétique prime clairement sur le scénario. Et en ce sens, Mary Poppins l’assume vraiment, simplifie le scénario au max.
Alors même si j’aurai pu donner le point de ce premier round au Lac des Cygnes pour l’histoire un peu plus développée (mais vraiment pas beaucoup, ce qui fait un effet d’entre deux), et parce que l’univers me parle plus que celui de Mary Poppins, je trouve que ce dernier assume le côté « on s’en balance de l’histoire, regardez les belles images ».
Un petit tour avec Mary Poppins adapte simplement l’univers, et au final, peu importe que ce soit Mary Poppins, Dumbo l’éléphant, ou les cygnes du Lac des Cygnes : l’essentiel c’est ce petit univers féérique mis en avant par l’esthétique.

 

Malgré une préférence pour l’univers du second, je donne une légère avance à Petit tour avec Mary Poppins 😉

 


Les deux albums tombent un peu (pas totalement :p ) dans le piège des œuvres avec un parti pris esthétique fort : l’histoire est un peu sacrifiée et l’essentiel du travail s’est concentré sur l’esthétique. (C’est ce dont j’avais peur pour Phallaina, la « bande défilée » qui pour le coup avait parfaitement passé le test 😉 ).

Alors au moins, il faut que l’esthétique soit absolument badass ! Et … c’est effectivement le cas !! Je n’avais jamais vu de tel livre, quand je suis tombée sur Mary Poppins à la librairie, ça a été le coup de cœur. On en a même discuté ensuite avec le libraire à la caisse à base de « Maaah oui c’est magnifique, c’est incroyable, c’est faaaabuleux !! ». Dans les deux albums, ces découpes, très précises, faites au laser donc, vous l’aurez compris, apportent un charme fou à l’ensemble. Ces vides et ces pleins permettent de jouer avec la page de derrière, cacher des éléments que l’on découvre en tournant la page, créer un effet de profondeur …

Mary Poppins propose un univers très contrasté, tout en noir et blanc, avec seules quelques rares pointes de gris, et des personnages en silhouettes. C’est beau, c’est élégant. Le livre tire vraiment parti des éléments cachés, lorsqu’on tourne la page on retrouve les personnages, et les précédents se retrouvent cachés. Ben oui, sinon deux Mary Poppins, deux Jane et deux Mickaël, ça serait vraiment trop bizarre non ? :p Au-delà de tout ça qui me séduit déjà énormément, le gros point fort pour cet album, c’est la finesse des découpes : parfois pas plus d’un demi-millimètre ! Je me demande même comment ça tient, et quand je tourne les pages j’ai toujours peur de le déchirer, mais non, la bête tient le coup.
Le seul bémol serait que les pages découpées ne sont pas toujours adaptées au recto-verso. Ca marche plutôt bien sur certaines pages, mais ce n’est pas systématique.

Le Lac des Cygnes est quant à lui dans de très belles nuances de noir et blanc également, auxquelles s’ajoutent du doré. C’est franchement très beau également. Un tout autre style, plus géométrique, dans lequel j’ai adoré me plonger également. Pour le coup, les pages sont réellement recto-verso, jouant même parfois sur le cygne noir-cygne blanc, et avec un décor qui colle toujours aux deux côtés.

Est venu le temps du verdict pour ce deuxième round !

Ce n’est pas sur le style que je pourrai départager ces deux albums : noir et blanc, ou touche de doré, mon cœur balance ! Le recto-verso du Lac des Cygnes m’a bien plu par rapport à Mary Poppins, sinon, c’est égalité absolue.
Mais il y a quelque chose qui va faire vraiment pencher la balance, ce sont les fameuses découpes… Parce que bon, c’est quand même la singularité de ces ouvrages, ça me paraît logique que ça joue un peu plus que le reste dans mon jugement … Du coup sur ce point, c’est sans hésitation Mary Poppins qui se démarque ! Les découpes du Lac des Cygnes sont très belles, mais sont 3 ou 4 fois moins fines que celles de Mary Poppins. Le tout est donc très très beau, mais ne m’a pas autant épatée que sur l’autre au niveau de la technique. Alors à peu de chose près encore une fois, le point revient à Mary Poppins !


Résultat :

Ca ne s’est vraiment pas joué à grand chose, mais Mary Poppins est le grand vainqueur de cette nouvelle Battle, grâce à la finesse des découpes laser, et au parti pris assumé de ne pas développer l’histoire pour laisser pleine place au visuel. Malgré tout, les deux livres sont vraiment très beaux et se valent vraiment. Je suis ravie d’avoir découvert cette technique des illustrations découpées au laser et je vous recommande grandement les deux albums !

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

9 Comments on “Battle#2 : Les découpes laser ! – Petit tour avec Mary Poppins VS le Lac des Cygnes

  1. Profondeur de l’histoire et finesse de la découpe sont importants, mais le recto-verso qui ne colle pas tout le temps, c’est clairement un élément qui pourrait m’agacer sévèrement.

    • Ah je suis contente que tu me donnes l’occasion d’éclaircir ce point ! Je voulais être plus précise mais ça alourdissait vraiment l’article ^^ Au final je n’ai pas trouvé ça si gênant que ça, les pages sont reliées de telle manière que c’est difficile de retourner complétement les pages découpées sans abîmer le livre. En tout cas je ne m’y suis pas vraiment risquée 😀 On peut donc voir ce qu’il y a derrière, c’est le but quand même, mais il faut vraiment le vouloir pour tester le verso. Du coup, je n’ai pas trouvé ça si frustrant, ça aurait été vraiment le cas si c’est une page qu’on pouvait tourner entièrement, et que c’était au final juste moche ^^ Par contre, c’est étudié de manière à cacher toujours les personnages de la page précédente ou suivante, en recto ou en verso, et les éléments principaux apparaissent aux bons endroits même en verso. Bon bref… ce n’est pas vraiment fait pour mais c’est suffisamment étudié pour ne pas choquer, me semble-t-il. Et là j’espere que c’est relativement clair ce que je raconte, et je me souviens soudainement pourquoi j’y avais renoncé dans la chronique 😀

  2. te rappelles tu “dix petits copains déménagent?”, un livre aux jolis dessins qui abordait la notion de complément à 10 en faisant passer 10 personnages d’une maison à l’autre grâce aux fenêtres découpées dans les pages : un vieux livre, mais peut-être l’ancêtre des découpages laser?
    C’est la maison du round 2 qui m’y a fait penser.

    • Alors je ne me souvenais plus du tout, mais je suis allée voir des images, et oui je visualise du coup, j’aimais trop ce livre 😀
      Oui, les livres à découpes, ce n’est pas nouveau du tout, mais j’ai trouvé que ces deux albums tiraient vraiment bien parti de cette esthétique !

  3. Pour moi les découpes au laser c’est d’abord Antoine Guilloppé et ses albums sur les animaux, j’avais même offert à ma mère un set de cartes postales avec la consigne de ne les envoyer qu’à moi pour que je puisse les conserver ensuite ! :p (Moi, des cadeaux intéressés ? Rooh. :p)
    En tout cas, les albums que tu présentes ici sont très beaux (j’ai un faible pour celui de Mary Poppins), merci pour ces découvertes !

    • Ah tiens, je ne connaissais pas Antoine Guilloppé, je suis allée voir ses oeuvres c’est effectivement très beau ! Je découvre vraiment la découpe laser, alors je n’en connais pas les artistes de référence 🙂
      Aha pas mal les cadeaux intéressés 😀 Pour ma part j’avais offert le Gastronogeek à mon copain dans l’idée qu’il me ferait de bons petits plats 😀 (Bon il aime cuisiner hein, ce n’est pas complétement le cadeau-piège :p)

  4. Je lorgne sur Un petit Tour avec Mary Poppins depuis quelques semaines, alors ce que tu en dis me convainc encore plus de craquer 😛

    • Oh oui, je te comprends. Je n’ai pas du tout résisté en librairie. Je n’avais pas trouvé ce que je voulais alors je me suis consolée avec ça ^^ Il est un petit peu cher, mais le cout de production justifie le prix j’imagine, et ça vaut bien le coup au final je trouve 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.