Billet d'humeur n°12: Quand une librairie vous sauve la vie

Je sais que je vous ai profondément manqué ces derniers temps (si, si, ne niez pas). Eh bien sachez que c'est réciproque : si je n'ai pas le temps de venir vous écrire, c'est dire que je n'ai plus le temps de rien faire ! Mais je profite aujourd'hui d'un de mes nombreux trajets en trains (oui, j'y passe mon existance toute entière…) pour vous parler de ma vie ! (cachez votre joie)

Ne vous inquiétez pas, je vous épargne l'exposé de mon emploi du temps surchargé, et peu intéressant …

 

Vous êtes tous ici de fervents lecteurs et vous serez donc d'accord avec moi pour dire que, parfois, un livre peut nous sauver la vie, ou plutôt, pour ne pas être si radical, de grands moments d'ennui. Par exemple: l'anniversaire de votre arrière grand tante par alliance et ce repas qui s'éternise,

hop !

On sort son petit livre de poche sous la nappe et le tour est joué …

 

Mais que se passe-t-il quand vous n'avez pas de bouquin sur vous ?

 

/! c'est ici que commence le paragraphe " je raconte ma vie." 😀

 

___________________

 

<< Après un trajet en train (encore) j'attendais que mon oncle vienne me chercher à la gare après son boulot. J'avais 2 petites heures à attendre. Facile me direz-vous, on se balade, on bosse, on lit un bouquin … Ouais, sauf que moi j'avais pas prévu, et que c'était une petite ville toute pourrie où il n'y avait rien à visiter ni même de jolies rues ou se bllader. Et je n'avais pas eu de chance pour le coup car le salon de l'ustensile ménager ouvrait ses portes le lendemain …

Oui, à 24h près j'aurai passé un moment de pure folie, à valser entre aspirateur et cuillère en inox … Le rêve ultime pour toute blogueuse de Deedr qui se respecte (n'est ce pas Morgana ?)

A 24h près, j'étais condamnée à mourir d'ennui sur un banc à regarder des types monter les tentes pour le salon de l'ustensile ménager, et à me faire mater par un homme ivre assis sur le banc d'en face que je semblais plus intéresser que le montage des tentes du salon de l'ustensile ménager…

Mais NON, j'ai refusé ce destin funeste et j'ai repris ma vie en main,

je me suis mise à la recherche d'une librairie.

Et la chance m'a sourit.

 

La devanture était jolie, je me suis même dit que si la libraire était sympa ça me ferait un mini article balade littéraire, mais non, la libraire n'était pas sympa, donc vous n'aurez que cette piteuse anecdote sans aucun intérêt.

J'entrai donc. dingdong. Il n'y avait pas grand chose dans cette librairie, je dois l'avouer, elle était à l'image de la ville, de l'homme ivre et du salon de l'ustensile ménager. (A ce moment de l'article et vu le portrait que j'en dresse, je me vois dans l'obligation de préciser que mon oncle et ma tante n'habitent PAS dans cette ville !)

Malgré tout, j'ai trouvé un rayon qui m'intéressait, et qui sortait un peu de Oui-Oui à bicyclette et divers cahiers de vacances pour CM1.

 

Je ne cherchais rien de particulier, j'ai eu envie de repartir avec au moins 5 bouquins, mais comme ni mon budget, ni mes bagages ne me le permettaient, je me suis contentée de les prendre en photo pour me souvenir des titres, et j'ai porté mon choix sur le premier K
asischke
: Suspicious River.
(que j'ai ensuite dévoré en quelques heures !)

Billet d'humeur n°12: Quand une librairie vous sauve la vie

Je suis allée payer, j'ai demandé s'ils prenaient la carte – car je connais des boutiques qui ne la prennent pas, mais visiblement pas la libraire, qui m'a regardée comme si j'étais la dernière des bouseuses, paumée dans sa ville ravissante et où il fait bon vivre.

 

 

 

Je suis retournée m'asseoir sur un autre banc, avec mon livre. L'homme ivre s'est déplacé pour être de nouveau en face de moi, mais peu importe, j'avais mon bouquin, ce saint-grall qui m'a permis de pouvoir ignorer ses rots tonitruants et son regartd appuyé jusqu'à ce qu'on vienne me délivrer de cette ville ravissante. >>

 

___________________

 

 

C'était la minute feuilleton TV sur Deedr,

merci de nous avoir suivi !

Promis, quand j'aurai plus de temps, je reviendrai avec des articles plus constructifs et dans lequel je ne parlerai ni d'homme ivre, ni de salon de l'ustensile ménager. Mais en attendant, bonne journée à tous, et pensez à repérer LA librairie du coin en toute circonstance, on ne sait jamais, ça pourrait vous être utile !

Billet d'humeur n°12: Quand une librairie vous sauve la vie

Note : Nous ne sommes pas responsables de l'apparition de publicités sur le blog. Vous pouvez télécharger AdBlock Plus pour ne plus voir les plus gênantes ! (logiciel gratuit et bien utile partout sur internet !)

 

____________________

 

Et retrouvez-nous sur Facebook et Twitter

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.