Bloodlines – Richelle Mead


Bloodlines.jpg


Bloodlines. Voilà un livre que j’ai attendu. Dés l’instant où j’ai su que Richelle Mead allait écrire un spin-off dédié à Sydney et Adrian, j’ai : 1) simulé un évanouissement façon « je suis vraiment trop heureuse pour rester consciente tant la vague de bonheur est insoutenable par sa force et sa soudaineté » ; 2) … attendu. Ouais. Je sais. Le deuxième point est beaucoup moins palpitant, aussi bien sur le papier qu’en vrai (encore faudrait-il que le premier le soit, déjà…mhh).

 ! En effet, avant toute chose, je rappelle que ceci est un dérivé de la série Vampire Academy se déroulant après le dernier tome de cette même série !

 

Ce -charmant- rappel fait, revenons-en à des choses beaucoup plus sérieuses. Genre, au hasard… Adrian (–> « sérieux » et « Adrian » dans la même phrase, notez cet humour de haut vol). Ou même Sydney (et, là, mettre sérieux à côté de « Sydney » est tellement attendu que je vais me garder de le faire). Ces deux-là, ils étaient peut-être les deux personnages que j’ai le plus aimés dans VA, donc, forcément, une série racontée par Sydney et où Adrian est un peu LE personnage masculin principal…

 

Je ne vais pas y aller par quatre chemins (HA HA HA)(moi, aller directement au but, sérieux ? si vous me cherchez, je suis en train de mourir de rire) : beaucoup ont été déçus et ont trouvé Bloodlines faible à côté de VA, pour ma part, je crois que je suis bien partie pour préférer Bloodlines à VA.


Pourquoi ? C’est moins haletant, peut-être moins efficace ou « entraînant », si je veux essayer d’être un minimum subjective. Et bien, tout simplement parce que j’adore la personnalité des personnages en présence et l’ambiance qui en découle.

 

Forcément, l’histoire nous est contée par Sydney, c’est donc plus réfléchi qu’avec Rose, moins « passionné », quelque part. Mais je me sens tellement plus proche d’une Sydney que d’une Rose que… Voilà, « l’alchimie » (re : HA HA HA, j’ai vraiment un humour moisi aujourd’hui, pour changer) fonctionne vraiment à merveille. Ajoutez à mon affection pour le personnage de Syndey, mon amour passionné et ma quasi-vénération à pour Adrian… Plus sérieusement, ce personnage me fait tellement rire. Mais genre, vraiment. J’ai connu plusieurs éclats de rire durant ma lecture grâce à lui, et, ça, c’est trop rare pour ne pas le noter.

Je soulignerai également le plaisir que j’ai eu à retrouver Eddie et Jill, même si cette dernière a pu se montrer agaçante par son comportement, je l’ai trouvé logique. Si elle avait accepté et supporté tout ce qui lui arrivait sans broncher… j’aurais trouvé ça vachement louche. Après, ses réactions… sont celles d’une fille de son âge, n’est-ce pas ?

 

Un mot sur l’intrigue ? Sydney est alchimiste (oui, toujours, elle ne s’est pas encore reconverti dans la coûture) et est envoyé assurer la protection de Jill, qui a essuyé il y a peu une mystérieuse attaque peu de temps auparavant. Pour cela, Sydney va devoir intégrer avec elle et Eddie un lycée en internat ; elle qui a toujours été scolarisée à domicile et qui est quelqu’un de très introverti, élevée dans l’idée que les vampires sont le mal incarné, je vous laisse imaginer l’ambiance qui s’annonce… (Au risque de me répéter : heureusement qu’Adrian est de la partiiiiiiiiie 0:) )

En gros, je l’ai trouvé bien ficelée, et, si j’avais deviné pleins de petites choses, je me suis trouvée incapable de les relier correctement entre elles, et ai donc eu droit à plusieurs surprises vers la fin. La dernière page annonce des évènements pour le moins… hauts en couleurs. Je ne suis pas sûre d’être totalement ravie, même 😀

 

Je n’ai vu aucune information passer passer quant à la sortie française du tome 2. Il devait paraître en juin, oui… mais non… Bref, je suis perdue, et je crie au scandale : Castelmore, comment pouvez-vous laisser vos pauvres lecteurs dans une attente aussi insoutenable ? Je suis en manque de « Dorianattitude » et personne ne fait rien pour me secourir ! Je crois que je serais capable de le lire en vo si rien n’a bougé d’ici à la fin de l’année. :'( 😀

 

 


 

Je craignais d’être déçue, mais ce fut tout le contraire : ce premier tome fut une surprise éclatante !

J’adore la personnalité de Sydney, dont je me sens plus proche que Rose (même si j’ai apprécié entrevoir ici cette dernière, d’ailleurs), et l’intrigue m’a charmée.

Je n’attends plus qu’une seule chose : que le monde des Alchimistes me
livre d’autres de ses secrets
ainsi qu’un Adrian, tout beau tout drôle à la maison, s’il vous plait

 

 



Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

8 Comments on “Bloodlines – Richelle Mead

  1. Pff… c’est là que je vois que je suis vraiment fatiguée, parce que je n’ai même pas réagi, tu vois. On m’aurait demandé, j’aurais été capable de jurer sur mon édredon préféré (oui, carrément,
    ça ne plaisante pas :p) que tu avais dit Outre-Atlantique 😀

    Ca ne servirait à rien, en effet, mais je pense que pas mal de lecteurs s’attendaient à quelque chose de très proche, en fait… mais peut-être que je me trompe, hein ^^

    Juste suffisamment grâve pour que tu finisses VA et lises Bloodlines :p

  2. Au fait, je voulais dire Outre-Atlantique, pas Outre-Manche, ça va pas dans ma tête :p C’est sûr que ça servirait à rien de faire une redite de VA… Quant à ma Meadite, j’espère que c’est pas trop
    grave, parce qu’elle en a écrit un paquet, des romans !

  3. Le point d’exclamation c’est la vie, de toute façon 😀

    Commence-le, franchement, je l’ai vraiment trouvé bien construit et tout ! :p C’est différent de VA, c’est ce qu’il faut se dire je pense : moins d’action, il me semble, mais… Adrian, quoi. A
    lui tout seul, il rattrape l’action qui aurait pu manquer. Et Sydney est vraiment intéressante. Bref, allez, lis-le :p

  4. Je veux le lire ! Je veux le lire ! (Tu auras remarqué que je suis la reine du point d’exclamation ^^)

    Il est dans ma PAL, une amie me l’a offert pour mon anniv. Mais par faute de temps, je ne l’ai pas encore commencé… J’ai hâteeeeeee !

  5. Il semblerait que ce soit le cas, en effet ! (

  6. Toi et moi, on a une connexion spéciale pour les hommes où quoi ???? Adrian… j’ai des étoiles dans les yeux…
    Tu vas finir par me faire faire des rêves chauds chaudssssss ^^
    Attends, c’est louche, il n’y a pas de points d’exclamation… ADRIAN !!!!!!!!!!!! Ah ! C’est mieux !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.