Ce qui nous lie – Samantha Bailly

Cela fait un bon moment maintenant que je suis les activités de Samantha Bailly sur les réseaux sociaux ou sur sa chaîne youtube. Je lui ai même rapidement parlé l’année dernière aux Imaginales. Sauf que vous savez quoi ? Je n’avais encore jamais lu aucun de ses livres.

Eh oui, cherchez la logique (indice : moi je ne l’ai pas trouvée :D). Je lorgne depuis longtemps sur Oraisons, je suis persuadée que j’apprécierais sa série des Âmes Jumelles/Rebelles ou Les Stagiaires… même son manga Alchimia me fait de l’œil.
Mais s’il y en avait un que je ne pensais pas spécialement lire, c’était Ce qui nous lie. Allez savoir pourquoi, certains avis m’avaient convaincue que je ne l’aimerais pas. Allez savoir pourquoi (bis), j’ai soudain changé d’avis début 2017 et me suis dit que j’allais le lire, là, direct (vous savez ce qu’on dit : il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis. Pour une fois que je fais un truc intelligent, ça mériterait une pluie de chocolat :D).

Et dès les premières pages, l’évidence s’est faite : hé, mais il me plaisait carrément ce livre, en fait ! 😮 (<– révélation de l’année, vie bouleversée à jamais, tout ça, tout ça…)

Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle a appris à dissimuler… et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie «normale», celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau job dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore.
Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre Raphaël, chasseur de têtes et de cœurs, un homme inaccessible qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens.

___________

Je comprends que ce livre ait pu déplaire à certains :

  1. on pourrait croire qu’on va avoir affaire à du fantastique mais le don d’Alice n’est pas traité comme dans un roman fantastique. Son don, c’est pour moi juste une métaphore de ses problématiques, de ses peurs et de sa manière de les régler, de se rassurer. Le pourquoi, où, quand, comment de l’apparition de ce don, au fond, ça n’a pas d’importance. C’est plutôt la manière dont ça reflète le parcours et l’évolution de l’héroïne qui est l’intérêt de cette capacité surnaturelle.
  2. (vous avez vu comment j’essaye de faire super organisée, avec des parties distinctes et tout ? :D) On pourrait aussi croire qu’on va avoir affaire à une romance, mais… soit je n’ai rien compris aux codes de la romance, soit ce livre n’est en effet pas du tout une romance. On est plus sur un roman psychologique, il me semble. Et pour un roman psychologique, je le trouve vraiment bien mené 😉

On suit Alice donc, qui nous raconte son histoire à la première personne. Différentes timelines sont présentes, on passe du passé, au présent et on fait même un petit saut dans le futur. Cela créé un suspens bienvenu qui m’a donné envie de tourner les pages à toute vitesse.

Parlons-en, d’Alice. C’est une héroïne qui ne nous est pas toujours présentée sous son jour le plus avantageux. J’ai souvent eu envie de lui dire « euh, cocotte, tu abuses là » et autres « non, ne fais pas ça bordayl« . Sauf que dans le même temps, j’ai également réussi à me sentir régulièrement en empathie avec elle. Je n’approuvais pas toujours, mais je comprenais.
D’ailleurs, ça a été comme ça pour les personnages en général. Même Raphaël, qui n’a rien du prince charmant (ce qui n’est pas forcément très grave d’ailleurs :D) et dont j’ai souvent trouvé le comportement presque ridicule, même lui a un côté humain. J’y croyais à ces personnages. Je n’en aurais pas forcément fait mes meilleurs amis (tant mieux, d’ailleurs, si je commence à vouloir être amie avec des personnages de roman, ma vie s’annonce compliquée :D), mais j’aimais voir ces personnages pas toujours très héroïques.

D’un côté, il y a des aspects qui m’ont déplus : par exemple, on se doute dès le début que Alice n’a pas une histoire facile, mais j’ai trouvé une surenchère dans les révélations sur son passé. Parfois je m’emmêlais même dans les différents mecs qui lui avait fait du mal, à croire que mon cerveau ne voulait vraiment pas qu’elle ait été malchanceuse au point de les collectionner 😀 Plus sérieusement, si je regrette cette espèce de surenchère, c’est parce qu’elle a fait basculer de temps en temps l’histoire dans un mélo auquel l’histoire échappait le reste du temps malgré les sujets traités.

En effet, d’un d’autre côté, ce livre contient des scènes qui ont su fortement me toucher. Je pense notamment aux scènes qui évoquent la grand-mère d’Alice. Je ne suis sans doute pas la seule à avoir été émue par cette relation, qui aura sûrement parlée à beaucoup de lecteurs ayant eu une relation proche avec un grand-parent. 😉
Au-delà de ça, l’évolution d’Alice a été un vrai plaisir à suivre. J’étais sincèrement heureuse de la voir avancer ainsi, et je souhaitais qu’elle ait sa happy end à elle. Une fin heureuse pas à la Disney, le livre ne s’y prêtait pas vraiment, mais une fin qui lui offre un équilibre et une certaine paix.

Eh bien voilà, on dirait bien que j’ai enfin découvert le travail de Samantha Bailly ET que j’ai écrit un article dessus. 2017 s’annonce incroyable, vous ne pensez pas ? 😀

Pour conclure, Ce qui nous lie est un livre que je n’ai pas trouvé parfait, mais qui a vraiment su me toucher… pour une lecture tout en émotion !

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

8 Comments on “Ce qui nous lie – Samantha Bailly

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman 🙂 Je me suis plongée dedans sans savoir trop ce qu’il m’attendait. Je suis contente que ce roman ne soit pas de la romance, sinon j’aurais déchanté. J’ai trouvé Alice assez touchante.

    • C’est bien mieux que moi qui m’étais persuadée que je n’aimerais pas ce roman ! 😀 J’ai également trouvée Alice Touchante 🙂

  2. J’aime bien la personnalité de Samantha Bailly, mais j’ai du mal à me mettre à ses ouvrages. J’ai peur d’être déçue et que ces livres soient trop… niais. C’est péjoratif comme terme, mais je ne sais pas comment dire ça autrement ^^’

    • Je ne vais rien t’apprendre mais la seule manière d’être fixée… c’est de se lancer (merci captain obvious) 😀 Par exemple, je ne pense pas que Les stagiaires est particulièrement « niais ». Je dis ça, mais j’ai moi aussi des auteurs dont j’apprécie la personnalité mais dont j’ai peur de lire les livres car je ne suis pas sûre que ce soit pour moi. ^^’

  3. Raaaah mais trop chouette cette chronique ! La pluie de chocolat m’a donne faim…
    Je n’avais paaas adore ce livre en le lisant, mais la plume etait teeeeellement belle. J’ai en revanche adore les Stagiaires et encore plus Nos ames jumelles !
    J’ai aussi rencontre l’auteur aux Imaginales l’annee derniere, on avait discute des Stagiaires et c’est la qu’elle m’a annonce deux prochains tomes, j’etais tellement contente ! S’il faut, on s’est croisees la bas xDD
    Super chronique en tout cas 😀

    • Hey, bienvenu par ici Wendy ! Merci pour ce commentaire qui me fait chaud au cœur ! Je note les titres de Samantha Bailly que tu as adorés, ils font partie de ceux que je veux lire en priorités en plus, héhé !
      Non ? On s’est sans doute croisées en effet. Comptes-tu y retourner cette année ?

  4. J’ai pensé la même chose lors de ma lecture 🙂 Je n’avais pas eu le temps de le chroniquer en septembre, mais j’en garde un très bon souvenir ! J’avais adoré Nos âmes jumelles un peu avant. J’ai hâte de lire ses autres livres !

    • Ça me fait plaisir de savoir que l’on partage le même avis sur ce roman Marie 🙂 Ahhh, tous ces livres que l’on n’a pas le temps de chroniquer hein 😀
      Tu me donnes envie de lire Nos âmes jumelles bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.