Cent Visages – Thomas Geha

La couverture de ce livre, quoique d’un genre que je n’affectionne pas particulièrement à la base, m’a immédiatement intriguée. Déjà, on ne voit qu’un seul visage alors que le titre en promet “cent” ; c’est donc vaillamment que je suis allée à la recherche des 99 visages perdus (mouais).

 

Dans le monde de Gregor, il y a ceux qui ont accepté la “biométrie” et vivent dans la richesse, de l’autre côté, il y a les “réfracs”, qui l’ont refusée, et ne sont plus considérés comme des citoyens. Cela dit, comme il fallait bien les mettre quelque part ces petits réfracs (moralement, on ne pouvait pas non plus tout bonnement tous les éliminer ; cela dit, j’ai une théorie comme quoi : plus de réfracs –> plus de Grégor –> plus de Grégor –> plus d’histoire = il faut des ghettos, mouahaha) on a créé des ghettos où ils vivent dans la misère. Cent visage est un hors-la-loi réputé pour ses actes cruels, auquel notre héros de quinze ans va se retrouver par hasard confronté. A partir de là, Gregor va être embarqué dans une grande aventure, sans une seule minute de répit.

Et heureusement qu’il n’y a pas eu une minute de répit, honnêtement. En effet, j’ai eu un souci d’entrée : je ne me suis pas attachée aux personnages : ne serait-ce que Grégor, qui est censé avoir quinze ans m’a semblé en avoir onze-douze à tout casser. C’était sympathique mais ça ne suscitait rien en moi alors que, de base, le sujet traité invite à tout l’inverse.

 

L’idée de départ est exploitée d’une manière intéressante ; je crois que Cent visages peut constituer une bonne introduction à tout ce qui est dit “dystopique”. L’idée est là : on pointe du doigt un défaut de la société (ici, surtout les inégalités selon moi) pour amener le lecteur à se questionner. Pour un lecteur entre 10 et 14 ans (peut-être plus ou moins selon la maturité du tendre chérubin à qui vous souhaiteriez offrir ce livre :D), je pense que le livre fait son travail. Je l’ai fait lire à ma soeur de treize ans et elle en est ressortie enthousiaste (quoique un peu frustrée par la fin apparemment, ce que je peux comprendre, bien que je ne l’ai personnellement pas été). D’autant plus que les actions s’enchaînent sans temps mort et que le livre est court.

 

En somme, je crois que je suis bel et bien devenu un vieux crouton incapable d’être sensible à la lecture jeunesse et … arg. Triste sort que le mien. malheureusement, je suis restée étrangère à l’histoire. Cependant, je pense que, plus jeune, je l’aurais appréciée car l’idée de base me plaisait beaucoup ; c’est son traitement qui n’est plus vraiment adapté à ce que j’attends d’un livre aujourd’hui. (Et je me sens légèrement solo car le livre a visiblement été beaucoup apprécié si je m’en fie aux avis que j’ai pu lire… ne me jetez pas de parpaings s’il vous plait, si vous pouviez vous limiter aux tomates trop mures je vous en serais reconnaissante)

Cent Visages - Thomas Geha

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Cent Visages – Thomas Geha

  1. Si je puis me permettre la couverture ne montre pas un visage. Et il aurait été compliqué d’en mettre 100 sur la couverture. ça aurait vite fait brouillon, cette histoire…
    Après, je l’ai pas lu, mais bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.