Chaperon Rouge – Danjiel Žeželj

Décidément, ce défi m’inspire, j’ai eu plein de lectures imprévues et j’adore 😀 Alors je ne pourrai pas parler de toutes (notamment du recueil de nouvelles Ils vécurent heureux, eurent beaucoup d’enfants, et puis …) mais je tenais à parler de Chaperon Rouge, de Danijel Žeželj. Žeželj est un auteur-illustrateur de bande-dessinée, que j’ai failli lire et chroniquer pour le Défi Croatie. J’avais finalement porté mon choix sur Frano Petrusa, mais Žeželj continuait à m’intriguer. Alors quand je suis tombée sur son ouvrage Chaperon Rouge à la médiathèque, je n’ai pas hésité ! Alors Hop ! C’est parti pour un Défi deux en un : Réécritures de contes et Croatie ! :p

Je l’avoue tout de suite, ma lecture m’a un peu perdue et perturbéeC’est le premier ouvrage de cet auteur que je lisais, mais de ce que j’ai vu de ses autres titres (hors comics), Chaperon Rouge est très représentatif de son style graphique : encre de chine, un noir très profond, un très fort contraste, des traits vifs, aiguisés, tranchants. Et le tout sans bulle, favorisant l’immersion à 100% dans les dessins, mais impliquant aussi de devoir être bien plus attentifs aux détails pour bien comprendre ce qu’il se passe. Et encore, je ne suis pas entièrement sûre d’avoir tout compris. 😀

Sans surprise, sa réécriture du Petit Chaperon Rouge n’en est pas moins intense et troublante. Sur certaines cases, difficile de distinguer le loup des troncs, le chasseur des hautes herbes, ou encore le loup du chasseur. Il en résulte une ambiance d’autant plus inquiétante, comme si nous même nous retrouvions dans la forêt sans réussir à distinguer si réellement quelqu’un ou quelque chose est caché entre les arbres.

Dans toute la première partie, il s’agit du conte du Petit Chaperon Rouge tel que nous le connaissons. Un loup dans une forêt, des biscuits dans un panier, un enfant qui se voit remettre ce panier, et qui part à travers les bois. Pas de quoi être dépaysé à ce stade, à ceci prêt qu’une part plus importante est accordée au chasseur – la BD s’ouvre d’ailleurs sur le chasseur assis dans les bois, guetté par le loup – et que le Petit Chaperon Rouge, en plus de traverser la forêt, s’aventure au passage dans une espèce d’usine désaffectée totalement taguée d’immenses fleurs. Ok. Ça crée vraiment une ambiance un peu plus creepy qui ne m’a pas été désagréable.

Cette première partie se termine comme on l’attend : le Petit Chaperon Rouge arrive chez sa grand-mère et le chasseur tue le loup, libérant Mère-Grand et l’enfant. Bon très bien, jusque-là je n’ai pas été plus perturbée que ça. A partir de là, le Petit Chaperon Rouge s’empare du couteau qu’a abandonné le Chasseur. Et je ne vous raconte pas la suite et la fin évidemment, mais celle-ci m’a troublée, j’ai dû retourner quelques pages en arrière. Encore maintenant, je n’ai pas réussi à me mettre entièrement d’accord avec moi-même sur l’une ou l’autre des deux explications/interprétations entre lesquelles j’hésite. ^^

Dans les deux cas, je trouve cette réécriture profondément réussie, sombre et puissante comme peut l’être une adaptation de conte qui sort du simple « merveilleux ». Je ne sais même pas si j’ai envie de trouver une réelle explication à cette fin, tant j’ai trouvé que l’incertitude que j’avais ressentie pouvait faire partie de la lecture.

Une fois de plus, comme c’était le cas dans .rouge chaperon petit Le, la réécriture du Petit Chaperon Rouge dont je vous ai parlé précédemment, je trouve que le fait de donner une autre fin à un conte que l’on connait tous parfaitement et depuis toujours, rend la chute encore plus inattendue et bouleversante que s’il s’était agit d’un récit original. Et franchement, j’adore 😀

Je ne m’étais pas vraiment posé la question avant ça, mais avec le Défi, je me rends compte que Le Petit Chaperon Rouge est sans doute un des contes que je préfère ! 🙂

Et vous, quel est votre conte préféré ? Et est-ce que vous en aimez les réécritures et adaptations ?

On clôt avec cet article notre grosse série sur les réécritures de contes de fées. Mais ne vous en faites pas si vous aimez ça  : nous aussi on aime beaucoup donc il y en aura surement d’autres sur le blog à l’avenir ! 😉 Et en attendant on espère vous concocter encore plein de petites choses et de beaux articles ! 🙂

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

6 Comments on “Chaperon Rouge – Danjiel Žeželj

  1. Haan ça a l’air très beaaau ! Et aussi tout à fait perturbant !
    Merci pour la découverte et pour tous ces chouettes articles hyper intéressants, un vrai plaisir à lire ! =)

    • Perturbant tu l’as dit ! C’est le genre d’album que je regrette d’avoir seulement emprunté car je suis sûre qu’en le relisant j’y trouverai de nouvelles choses. Merci à toi d’être toujours aussi enthousiaste lorsque tu nous lis, ça fait vraiment chaud au coeur et c’est très motivant ! 🙂 <3

  2. J’ai l’impression que tu décris une version adulte du Petit Chaperon rouge, tout ce qui avait été planqué dans l’histoire toute mignonne qu’on connait en fait^^, avec à la clé des interprétations multiples, ça m’a l’air intéressant mais ma bibliothèque ne l’a pas 🙁

    • C’est un peu ça ! Toute la noirceur sous-jacente des contes est bien plus mise en avant ! Encore que Le Petit Chaperon Rouge est déjà très sombre de base je trouve. Peut-être pour ça que c’est un de mes préférés :p Mais dans le cas de cet album-ci ça va un peu plus loin que juste une version plus adulte et plus sombre je trouve. Ca propose presque une fin alternative. Ou en tout cas un doute possible. Arg je ne veux pas en dire trop pour ne pas spoiler, c’est pas simple du coup ! ^^
      Pour ma part je l’ai emprunté à la bibli, mais c’est le genre de livre qu’il me plairait vraiment d’avoir ! Je te souhaite d’avoir l’occasion de le lire en tout cas, je serai curieuse d’avoir ton interprétation sur la fin ^^

  3. Et vous, quel est votre conte préféré ? Et est-ce que vous en aimez les réécritures et adaptations ? >> J’ai un faible pour Le conte du genévrier, Frérot et Sœurette, Le Tambour, et Les sept corbeaux. 🙂 Si vous en trouvez des réécritures, je suis preneuse, parce que je n’en connais pas (sauf pour le premier cité, je suis en train de lire ça d’ailleurs). Sinon j’aime bien Rapunzel, plus traditionnellement… Et je n’aime pas la version Disney mais par contre, la version du manga Koori no Mamono no Monogatari me plaisait vraiment bien ! 😀 Ah, si, il y a aussi Le Stoïque Soldat de plomb qui me met toujours la larme à l’œil. :'(

    • Olala, on fait une série d’articles sur les contes, mais sortie des plus connus et traditionnels, je suis larguée moi ^^ Les noms de ceux que tu cites me parlent, mais je serai incapable de dire de quoi ils parlent. Oui enfin, sauf Rapunzel 😀 Pour ma part la version Disney ne me dérange pas, mais je suis contente car, vu que sorti beaucoup plus tard, je connais mieux la version d’origine que celle du film, ce qui n’est plus trop le cas pour les autres type Blanche-Neige, ou Cendrillon ! La version manga m’intrigue, je note !
      Et le Soldat de Plomb ouiii je suis tellement d’accord ! il y en avait une réécriture dans le recueil que j’ai lu récemment “Et ils vécurent heureux, eurent beaucoup d’enfants et puis …”. Pas convaincue par l’entièreté du recueil, mais cette réécriture-ci a été une de mes préférées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.