Charlie et la chocolaterie – Roald Dahl & Tim Burton

Ne feignez pas la surprise, vous saviez que ce jour devait arriver. Evidemment que nous allions vous parler de Charlie et la chocolaterie sur Deedr un jour. Attendez, il y a le mot « chocolaterie » dedans, ça devait vous mettre sur la piste. En plus, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas utilisé le tag « chocolat », là, on pourrait presque le mettre 2 fois tellement il s’impose. 😀

Alors c’est parti pour ce binôme fort en cacao mais garanti sans crise foie (le rêve quoi) 😀

 

 

Le livre :

Charlie et la chocolaterie – Roald Dahl, 1964

Charlie et la chocolaterie - Roald Dahl et Tim Burton

.

Il s’est passé quelque chose de très étrange avec ce livre. Je m’explique : avant que La Luciole ne me dise « hey ! Et si on faisait un binôme sur Charlie ?« , je ne me souvenais pas que j’avais ce livre dans ma bibliothèque. Je pensais avoir à l’acheter, mais non, il était déjà là, et visiblement pas neuf.

Bon. Etait-il à ma soeur ? Non. Elle n’a jamais lu du Roald Dahl (je songe à la renier).

Puis j’ai commencé ma lecture. Et là, paf ! (aïe) tout m’est revenu. C’est ma mère qui m’en avait fait la lecture, et je me souvenais soudain de plein de commentaires que nous avions fait en lisant certains passages, je me souvenais aussi d’où nous étions quand elle me le lisait…

Mais ce n’est pas tout.

 

Lorsque le film de Burton est sorti, je suis allé le voir avec l’école, puis j’y ai traîné une seconde fois ma mère et ma soeur, puis j’ai passé presque tout mon argent de poche dans l’achat du DVD, puis j’ai vu le premier film avec Gene Wilder (GENE WILDER <3333333), puis j’ai appris toutes les chansons par coeur…

Comment j’avais fait pour oublier tout ça, sérieux ? 😀 Mon inconscient n’assumait peut-être pas que je puisse être une telle fan 😀

 

Ok. On passe au livre en lui-même avant que je ne m’étale encore pendant trois plombes sur cette madeleine de Proust chocolatée.

 

Ce qui est fantastique, c’est que c’est une oeuvre vraiment très jeunesse, mais que ça fonctionne encore sur moi alors que je ne suis plus dans la tranche d’âge premièrement visée. Quand je dis ça « fonctionne », je veux dire, ça fonctionne VRAIMENT : je me suis calée sous ma couette avec un thé à portée de main (sexyness quand tu nous tiens) et je n’ai plus décroché jusqu’à la dernière page.

Je me suis complètement laissée emporter dans le monde délirant de la chocolaterie Wonka et de Wonka lui-même. L’imagination de Roald Dahl est tellement débordante que je suis étonnée que mes yeux ne soient pas restés bloqués sur la position « écarquillement maximal ».

 

Cet univers m’a fait rêver enfant et il m’a encore fait rêver aujourd’hui. C’est absurde, délirant, et, j’y croyais quand même.

 

Par contre, certaines choses que je n’avais pas du tout vu enfant m’on sautées aux yeux maintenant.

 

D’abord, le personnage de Willy Wonka. Je le trouvais juste génial enfant. Décalé et hilarant. J’en aurais bien fait mon meilleur ami. Sauf que, cette fois-ci, il m’a paru un peu cruel et injuste par moment. Son côté irresponsable m’a toujours autant fait rire, mais certains passages m’ont un peu gênée. Les enfants, exceptés Charlie, son tous exécrables, mais je n’ai pas vraiment aimé lorsqu’il feint de ne jamais entendre Mike alors que celui-ci n’est pas toujours malpoli et lui a posé une question pas si bête que ça. Je ne suis pas sûre que j’en ferais mon meilleur ami aujourd’hui. :p

 

Mais cela amène au deuxième point : le côté moraliste de l’histoire. Charlie et la chocolaterie est bien plus un conte moral que ce que je pensais. Chaque enfant (excepté Charlie, évidemment…) représente un défaut que Roald Dahl désapprouve et qui est « puni » par Wonka : la gourmandise excessive, être capricieux ou encore trop regarder la télévision.

 

D’ailleurs, le livre ayant été écrit en 1964, Dahl devait sacrément détester la TV car il me semble qu’elle était loin d’être aussi présente qu’aujourd’hui. Plusieurs personnes de ma famille ne l’avait même pas encore à cette époque. Si Roald voyait nos gigantesques écrans plats d’aujourd’hui, il ne serait probablement pas ravi… et les PC… il nous ferait une crise cardiaque le pauvre 😀

Bref, ce qui arrive à chaque enfant apporte une petite leçon. Excepté… Charlie (vous suivez super bien dites-donc). Finalement, Charlie est tellement sage qu’il est plutôt fade. Lorsqu’on est enfant, c’est bien pratique : du coup, on peut tous s’y identifier. Mais maintenant que je suis une grande fille et que je sais que la gourmandise, les caprices et la TV c’est mal (:D), Charlie m’a juste semblé un peu fade.

 

Il n’en reste qu’il faut lire Charlie et la chocolaterie : pour vous ou vos enfants/neveux/petits cousins/chatons (quoi, vous ne faites pas la lecture à vos chats, vous ?). L’univers délirant et débordant d’imagination a de quoi offrir un beau voyage. D’ailleurs, moi je suis persuadée que la chocolaterie Wonka existe quelque part, il me suffit de la trouver 😀

 

 

 

Charlie et la Chocolaterie – Tim Burton, 2005

Charlie et la chocolaterie - Roald Dahl et Tim Burton

.

Aah Charlie et la Chocolaterie … Je ne pense pas être aussi fan que Morgana, je n’ai pas lu le livre et je ne suis pas allée à la pêche de toutes les vieilles adaptations depuis Mathusalem … mais j’ai vu le film de Tim Burton plusieurs dizaines de fois et je connais toutes les répliques par cœur 😀 Que voulez-vous … dès le générique avec tout ce chocolat coulant c’est déjà l’extase ! 😀

 

J’adore la folie de ce film, une espèce de condensé de celle de Tim Burton et celle de Roald Dahl. Celle de Willy Wonka et celle de Johnny Depp, méconnaissable. Tout est tellement décalé et pourtant on y croit, c’est un sacré tour de force !

Les décors eux aussi font très réalistes. Il me semble que relativement peu de 3D a été utilisée. En tout cas le décor principal : la prairie vert tendre avec la cascade de chocolat (« elle le brasse, elle le rend mousseux ! Aucune autre chocolaterie au monde n’utilise de cascade en chocolat ») est un décor réel. (Oui, je ne mens pas, la chocolaterie de Wonka existe !) Ce qui fait que le film a beau avoir 10 ans, il n’a absolument pas vieilli !

 

 

Je m’y plonge à chaque fois avec un immense plaisir.

Les couleurs vives, les touches d’humour, les chansons, je retombe en enfance systématiquement !

 

En fait, tout me plait dans Charlie et la Chocolaterie. Les quatre enfants qui représentent chacun un défaut terriiiiiiiiible sont absolument caricaturaux et imbuvables, et c’est génial 😀 Je ne saurai pas dire lequel est mon préféré, peut-être Augustus car c’est celui qui disparaît en premier, et à chaque fois je me dis que j’aurai aimé en voir plus.

Heureusement les Oompa Loompa aident à passer à autre chose. Je connais les chansons par cœur et ai toujours envie de me mettre à danser avec eux. Oompa Loompa serait tellement mon métier de rêve … Tu chantes et danses tout le temps, tu te nourris de chocolat et tu te vêtis d’adorables petites combi jaunes en latex, j’aurai une classe folle <3 Sans blague, qui n’a jamais rêvé d’être un Oompa Loompa ?

 

 

Comme dit Morgana, je ne sais pas où Roald Dahl est allé chercher tout ça … ni s’il était sobre  quand il l’a écrit. Mais Tim Burton était le réalisateur parfait pour réaliser cette adaptation et je n’ai vraiment rien a reprocher au film !

En gros, ce que j’aime le moins, ce doit être Charlie (c’est bête hein), je le trouve plutôt inutile à l’histoire. A part gouter le chocolat, le trouver délicieux (mais ça on s’en doute, il n’a pas besoin d’enfoncer le couteau dans la plaie!) et être toujours trop parfait et compréhensif avec tout le monde (le mec horripilant quoi…), il ne fait pas beaucoup avancer les choses… Je suis presque déçue à chaque fois que Willy Wonka, si délicieusement timbré aime tant Charlie qui manque cruellement de folie … Alors si le film devait d’appeler simplement « La Chocolaterie » et se concentrer sur Willy Wonka je ne me sentirai pas lésée ! A quand un prequel sur la vie de Willy Wonka? 😀

 

 

Bref … Charlie et la chocolaterie est un film que je peux voir et revoir et revoir, et parfois plusieurs fois dans la même semaine, en tout cas pour toute la partie dans la chocolaterie … !

Le meilleur moyen de retourner en enfance et de profiter du chocolat sans grossir !

Et en cette période de fêtes, c’est une solution bienvenue ! 😉

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.