Défi Croatie : Toi – Zoran Drvenkar

Défi Croatie : Toi - Zoran Drvenkar

Suite à vos votes, le thème de ce premier défi en commun, était «Une nationalité tirée au sort». Nous avons donc tiré au sort parmi des pays dont nous n’avions jamais lu de livre, et nous sommes tombées sur … la Croatie !

En cherchant les livres que nous pouvions lire, on s’est vite rendu compte que la production littéraire (et cinématographique) croate, était encore très liée aux productions de Serbie, de Monténégro, de toute l’ex-Yougoslavie globalement, c’est pourquoi nous avons élargi le défi à ces pays-là. Ce n’était pas forcément plus facile à trouver, mais ça nous semblait plus pertinent. Et on aime quand c’est pertinent 😀

Défi Croatie : Toi - Zoran Drvenkar

.

Vous savez ce que j’ai trouvé particulièrement fantastique avec ce défi Croatie ? C’est que j’ai pu choisir quel livre j’allais lire. Si, si, ça c’est fantastique. Après le défi Mongolie où il n’y avait qu’un seul auteur Mongole traduit en français, j’ai trouvé merveilleux qu’il y ait 4-5 auteurs croates traduits en français qui aient écrit quelque chose susceptible de me plaire 😀

Toi de Zoran Drvenkar n’était peut-être pas le choix le plus pertinent pour me faire découvrir la littérature croate : l’auteur est né en croatie mais n’y a vécu que 3 ans avant de partir vivre à Berlin. Du coup, l’intrigue se déroule entre l’Allemagne et la Norvège, il est traduit de l’allemand, et il ne doit pas y avoir une seule référence à la croatie dans les 475 pages du livre. Mais bon, j’ai quand même rempli les conditions du défi, et La Luciole a choisi une oeuvre qui allait nous en apprendre plus sur la croatie… on va dire que ça compense, d’accord ? 😀

____

Imagine une tempête de neige sur l’autoroute. Un bouchon qui s’étire sur plusieurs kilomètres, aucune visibilité. Un homme sort de sa voiture et en silence assassine méticuleusement, à mains nues, vingt-six personnes dans les véhicules alentours. C’est le début d’une série de meurtres sans mobiles apparents commis par celui que la presse surnomme Le Voyageur.
Imagine maintenant cinq adolescentes. Cinq amies avec leurs espoirs et leurs peurs, leurs envies et leurs problèmes. Cinq jeunes filles que rien ne peut séparer, qui vont être prises au piège d’une situation qui les dépasse. Prises en chasse par un homme à qui tu ne voudrais pas avoir affaire, elles vont se jeter dans une fuite en avant sauvage et désespérée.
Imagine enfin un voyage jusqu’à un hôtel isolé en Norvège où tous ces protagonistes vont se retrouver pour une confrontation à la tension extrême et un dénouement qui te laissera sans voix. 

___

Ok. C’est là que les choses se compliquent : je vais devoir vous donner mon avis sur ce roman, sauf qu’il me parait difficile de parler de cette lecture. (Ma soeur m’a conseillé de vous dire de le lire et de vous faire votre propre avis… elle n’a pas trop compris le principe du blog je crois… ou elle est encore plus flemmarde que moi :D)

Dès les premières lignes, l’étrangeté de la narration m’a frappée : chaque chapitre débute par le prénom d’un des personnages. Il faut bien prêter attention à ce prénom, car c’est celui de la personne à qui… le narrateur s’adresse. Eh oui, le narrateur va tutoyer le personnage sur lequel est centré le chapitre. Un roman écrit à la deuxième personne, je n’avais encore jamais vu ça, et ça donne quelque chose de très particulier. Le narrateur omniscient s’adresse aux personnages « toi », « toi », « toi »… parfois, toi, j’avais presque l’impression que c’était moi, tellement ça en devient entêtant, je me sentais prise à partie (peut-être que je suis juste égocentrique :D).

L’écriture est assez sèche, elle décrit assez crûment les faits, même les plus durs. C’est un livre très violent, un peu un Game of thrones version thriller : un conseil, ne vous attachez pas trop aux personnages, on ne sait jamais combien de temps ils vont durer et quels trucs vraiment crades ils ont fait. 😀 

Cela dit, il faut réussir à s’y attacher à ces personnages : entre le tueur en série, les mafieux, et le groupe d’adolescentes aux actes parfois… extrêmes… Conseil numéro 2 : mettez un peu en veilleuse vos principes moraux 😀 Cela dit, les personnages bénéficient tous d’une psychologie assez poussée : les 5 filles nous plongent vraiment dans leurs vies d’adolescentes, et permettent aussi de traiter le thème de l’amitié de manière très intéressante. Les relations enfant/père sont aussi l’un des thèmes centraux : Ragnar/son père, Ragnar/son fils, Oskar/Taja…   

Lintrigue est très construite, mais je ne m’en suis pas tellement rendue compte durant la lecture tellement ça se déroulait fluidement : les passages du Voyageurs et de ses meurtres en série, l’arc narratif des filles et la manière dont tout monte en épingle, la fuite, puis le grand final. J’ai lu le roman dans le train : j’avais un trajet de 11h aller et 11h retour, donc j’en ai profité pour lire la moitié à chaque fois (et quand je ne lisais pas, les supporters irlandais présents dans le wagon mettaient suffisamment d’ambiance pour que le trajet dure 72h sans qu’on s’ennuie une minute :D). J’étais donc coincée sur mon siège avec mon livre,
et pas grand-chose d’autre à faire. Si ça n’avait pas été le cas, je pense que j’aurais sûrement fait traîner cette lecture : si j’ai un reproche à faire au livre, c’est qu’il n’a pas du tout été addictif. Il se déroule beaucoup de choses, mais c’est comme si même dans l’action, il restait ce calme ambiant. J’ai donc lu Toi assez tranquillement, sauf dans certains moments vraiment extrêmes où je sentais mon rythme de lecture s’accélérer. Cela dit, j’ai trouvé la lecture très fluide : je ne fatiguais pas vite et mes plages de lecture étaient assez longues. Une sensation assez étrange, donc.

Parlons de la fin, que j’ai trouvée très saisissante. A partir du moment où le voyage prend fin, l’auteur nous offre des retournements de situation assez énormes. Impossible d’imaginer ce qui est alors révélé, je crois. Et puis ces dernières phrases, où le titre prend tout son sens… J’ai rarement trouvé un titre aussi adapté et fort. J’ai même la sensation d’avoir raté certaines subtilités, vis à vis du voyageur, de Ragnar, de toute la symbolique autour du rapport entre les personnages… 

Au début, j’étais intriguée : je voulais savoir ce qui allait relier tout ces personnages. Au milieu, je me suis un peu ennuyée. A la fin, j’ai été saisie, et j’ai tourné la dernière page, un peu nauséeuse, et admirative. Au fond, je ne saurais dire si j’ai vraiment aimé, mais ça a été une sacrée expérience de lecture pour moi.

______

Voilà, ce sera tout pour moi concernant ce défi croatie ! Je n’ai donc pas grand-chose à dire sur la littérature croate, mais cet auteur a en tout cas un sacré style, que l’on aime ou pas (ou que l’on ne sache pas si l’on aime ou pas, je n’arrive décidément pas à décider… :D). A défaut de découvrir le « style croate », j’ai découvert le « style Drvenkar », et c’est déjà une sacré découverte 😀

Merci à ceux qui nous ont accompagnées sur le défi ! On se retrouve peut-être pour le suivant ? 😉

____

Les autres participants au Défi Croatie (étendu aux pays d’ex-Yougoslavie):

 

La Luciole, avec Meilleurs voeux de Mostar, de Frano Petruša

Baptiste, avec Guerre et Match, de Frano Petruša (BD)

Floly, avec Le Choix de Luna,  de Jasmila Žbanić (film) (sa chronique)

Gwen, avec Le Coq Rouge, de Miodrag Bulatović

Tiffany, avec Le retour de Philippe Latinovicz, de Miroslav Krleza

Pour les prochains défis, restez à l’affût des mises à jour de la page des Défis 😉

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Défi Croatie : Toi – Zoran Drvenkar

  1. Oh oui, sors-le de ta PAL, tu verras c’est une expérience de lecture assez particulière je trouve ! 😀

  2. Il est dans ma PAL depuis des années, honte à moi et je compte bien l’en sortir cet été enfin ! Ton avis m’y encourage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.