Défi Initiales

DÉFI INITIALES
(mars – avril 2017)

THÈME CHOISI : “Lire un livre d’un auteur qui a les mêmes initiales que soi.” (de préférence un auteur qu’on n’a jamais lu)

LES PARTICIPANTS :

Morgana (initiales : C.L.) avec : L’enfant de Calabre de Catherine Locandro
Lire l’avis


Luciole (initiales : L.L.) avec : Adieu ma concubine, de Lilian Lee
+ l’adaptation cinématographique de Chen Kaige (désolée je n’ai pas trouvé de réalisateur en L.L. qui l’avait adapté également ! ^^)
Lire l’avis

  1. Owlygirl (initiales : A.P.) avec : La Dame de pique et autres nouvelles, de Alexandre Pouchkine (son avis ci-dessous *)
    2. Floly (F.L.) avec : La Parole perdue, de Frédéric Lenoir. (Sa chronique sur son blog)
    3. Baptiste P. avec : El Nino, de Boro Pavlovitch (& Christian Perrissin) (BD)
    4. Gwen L. avec : Alabama Song, de Gilles Leroy (son avis ci-dessous *)
    5. Camille H. avec : Le Roman d’Alia de Catherine Hermary-Vieille (son avis ci-dessous *)
    6. Lupiot (J.R.) avec : Les champs d’honneur de Jean Rouaud
    7. Vi Prates avec : Survivre de Vicki Peterson
    8. Calire (C.P.) avec : Lune de Papier de Cristina Pisco (son avis sur son blog)
    9. L. Coline avec : Voyage au bout de la Nuit, de Louis-Ferdinand Céline
    10. P. Chloé avec : Inhumaines de Philippe Claudel
    11. Perseneige (P.P.) avec : La Petite Chartreuse de Pierre Péju

A votre tour de trouver un auteur qui a les mêmes initiales que vous ! 🙂 Petite astuce : parcourir les listes d’auteurs triés par ordre alphabétique (comme celle de Livraddict par exemple)

* LES AVIS DES PARTICIPANTS
(Parce que certains sont un peu longs et que ça devient n’importe quoi dans la liste sinon, j’ai essayé :D)

L’avis d’Owlygirl (A.P.) sur La dame de pique et autres nouvelles, d’Alexandre Pouchkine:

“Ces nouvelles sont sympathiques mais on est loin du coup de coeur par contre je pense que ça vaut le coup de le lire car il semble avoir inspiré pas mal de nos écrivains…”

L’avis de Gwen L. sur Alabama Song de Gilles Leroy:

“Alabama Song” de Gilles Leroy, biographie romancée de Zelda Fitzgerald. Ce livre, pour moi, comporte quelques problèmes, 2 faits intéressants, un inconfort et une déception.
Première chose : j’ai dû remarquer à mi-parcours que cette biographie n’est pas construite selon un fil chronologique, et comme je ne lisais pas systématiquement les dates (situées en marges du texte) je me suis un peu perdu dans la succession des évènements. Une fois lus les 2/3 du bouquin à peu près, j’ai compris que les “épisodes” de la vie de Zelda étaient regroupés par thèmes, mais c’était un peu tard.
Niveau inconfort : le rythme du livre est mis en place par une succession de courts épisodes, anecdotes etc… de longueurs variables, entre quelques pages et jusqu’à 3 par pages. tout en sachant que l’ordre chronologique n’est pas respecté, ça a accentué mon impression d’avoir devant les yeux quelque chose de totalement décousu.
Bon, il n’y a pas que des mauvais cotés : au niveau du contenu, on apprend notamment que son mari, le bien connu F. Scott Fitzgerald lui volait ou plagiait ses écrits sous le couvert de la légitimité du chef de famille et il y a quelques passages assez intéressant quant à la défense des droits des femmes, chose qui n’étaient pas gagnée, dans la première moitié du XXème siècle. Deuxième chose, après que son mari la fasse passer pour folle, on peut se rendre compte que n’importe qui, même le plus sain d’entre nous, à partir du moment ou quelqu’un de plus influent essaye de nous faire passer pour un fou, les actes pour le contredire sont très limitées, avec un argument comme “le déni est la première forme de folie” on est pas sorti de l’auberge.
Dernier point, dans les notes de l’auteur, après la fin du livre, on trouve la phrase “ce livre est une œuvre de fiction, les lettres retranscrites dans ce livre ne sont, pour la plupart, pas authentique”. Je trouve qu’ils auraient pu mettre cette phrase au début, avant le texte, que je ne lise pas ça comme une biographie, moi qui apprécie tellement les lettres des auteurs, dans les livres… Bref, je me suis senti un peu trahi.
(Je me relis pas, hein, bon courage) “

L’avis de Camille H. sur Le Roman d’Alia, de Catherine-Hermany-Vieille:

” Je dois dire qu’avant de commencer cette lecture je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. J’ai simplement choisi une autrice que je ne connaissais pas et dont le livre avait une bonne note sur Livraddict. Enfin après coup je me suis rendue compte qu’une seule personne avait noté ce livre donc c’était quitte ou double car j’aurais pu avoir des goûts très différents de cette personne, mais il s’avère que ça a marché pour moi aussi !
Bref, passons à l’histoire sans vous spoiler ^^ Nous suivons une vieille dame qui va être emmené en maison de retraite par son fils quelques années après la mort de son mari! Jusque là rien de bien folichon. Seulement voilà, cette vieille dame reçoit un jour la demande auprès de la femme de ménage de la maison de retraite d’écrire un livre sur Alia, une femme qui fut la favorite du Glaoui dans le Marrakech des années 30. La vieille dame se lance donc dans l’écriture de cette histoire fascinante et nous emmène dans cette ville pleine d’odeurs, de saveurs, de traditions.
La force de ce roman est que nous sommes embarqués dans l’histoire écrite par la vieille dame. Nous voyageons avec elle à travers les yeux d’Alia.
Le roman alterne donc les passages entre le quotidien de la vieille dame et celui qu’elle est en train d’écrire. Mais surtout, le roman qu’elle écrit influe petit à petit sur son quotidien et sa façon de penser.
Bon, je ne vais pas vous en dire plus sur l’histoire car vous n’auriez plus grand chose à découvrir. En tout cas, j’ai aimé les personnages. J’ai aimé être transporté dans le Marrakech des années 30. J’ai aimé découvrir les paysages et les coutumes. Mais j’ai aussi aimé cette vieille dame, qui, même après tant d’années se cherche encore et grandit de cette expérience.
Bref, je vous conseille cette lecture et je pense de mon côté que je vais essayer de découvrir d’autres romans de cette autrice qui m’a agréablement surprise. “

L’avis de Coline L. sur Voyage au bout de la nuit, de Luis-Ferdinand Céline. (ouais, elle inverse les lettres et retire l’initiale du deuxième prénom … la totale quoi 😀 Mais bon, si ça lui donne une motivation pour lire Céline, on ne va pas lui en vouloir, c’est déjà suffisamment dense ! :p)

” Bon ce n’était pas un auteur inconnu mais je n’avais jamais rien lu de lui et sans ce défi je ne me serais sûrement pas lancé là-dedans ou du moins pas tout de suite 😀
Du coup je ne sais pas trop quoi en penser, ce ne fut pas une lecture désagréable mais ce n’est pas non plus mon roman préféré, je vais quand même essayer de dire ce qui m’a plu et déplu :
J’ai bien aimé le ton du roman. C’est un narrateur interne qui raconte l’histoire de manière assez orale (il s’exprime assez bien heureusement !) et on a accès à toutes ses pensées, ce qui permet à la fois de faire avancer l’intrigue mais aussi d’avoir des passages seulement de réflexion où le personnage donne son avis et c’est assez bien amené. On suit ce même personnage dans tous ses voyages, ses aventures et c’est, je pense, assez représentatif de l’époque et des lieux où il se trouve. C’est aussi le récit d’une tranche de vie, on sait tout sur ce qui est arrivé à Ferdinand (le héros) pendant la période racontée.
Après il y a quand même deux ou trois petites choses auxquelles je n’ai pas trop accroché : quelques fois le narrateur à des petites envolées lyriques qui ne collent pas trop au personnage et on a plutôt l’impression que Céline nous rappelle qu’il est aussi capable d’écrire dans un style plus travaillé, plus raffiné. De plus le rythme du récit n’est pas très régulier, ça ne pose pas trop de problème en soi mais certains passages sont vraiment loooooooongs alors que d’autres auraient mérité d’être plus détaillés ce qui amène parfois des petits problèmes de chronologie, on ne sait pas trop combien de temps dure chaque événement et c’est assez déstabilisant.
Pour finir, c’est peut-être parce que je n’étais pas assez concentrée ou parce que je n’ai pas l’habitude de lire des romans de cette longueur mais j’ai eu des problèmes de mémoire : certains personnages vaguement évoqués refont surface 300 pages plus loin ou des événements qui paraissent assez anecdotiques prennent de l’importance au moment où on les avait oublié.
Bon j’ai écrit presque deux fois plus de défauts que de qualités mais en somme c’était quand même une bonne lecture. 🙂 ”

LES AUTRES DÉFIS …

#2 : Défi Jaune : Pickpocket, de Nakamura Fuminori (Morgana) / Portugal, de Pedrosa (La Luciole) : œuvres dont la couverture est Jaune ! Toutes les infos et les autres participants sur la page du Défi Jaune.

#1 : Défi Croatie : Toi, de Zoran Drvenkar (Morgana) et Meilleurs voeux de Mostar, de Frano Petruša (La Luciole) : choisi à partir d’un pays tiré au sort: la Croatie. Toutes les infos et les autres participants sur la page du Défi Croatie

Ceux qu’on a faits toutes seules dans notre coin …

#1 : Le Professionnel, adapté de Mort d’une bête à la peau fragile : Choisis en fonction d’une musique

#2 : Echafaudage et Il Mostro : à partir du mot “échafaudage” tiré au hasard dans le dictionnaire

#3 : Belek et Les deux Chevaux de Gengis Khan : à partir d’un pays tiré au sort parmi les nationalités qu’on connaît moins en littérature et cinéma, c’est tombé sur la Mongolie 🙂

#4 : 4 binômes : les titres doivent former le nom du mois de Mars