Divergent, Tome 1 – Véronica Roth

Divergent-VF.jpg

 

 

Dans un monde post-apocalyptique, la société est divisée en 5 factions.

A16 ans, Béatrice issue de la faction des Altruistes doit choisir sa nouvelle appartenance,

pour la vie !

Cas rarissime, ses tests d’évaluation lui donnent le choix :

elle est divergente…

Elle doit cacher ce secret, susceptible de la mettre en danger de mort…

  

________

 

Je sens que je ne vais pas me faire des amis, car, autant le dire d’entrée, je n’ai pas aim… Ok, ok, ça va, je plaisante.

La Dystopie et moi, c’est une grande histoire d’amour.

 

Alors, si je compare Divergent à Hunger Games, car certaines similitudes sont belles et bien présentes, je vous dirais que c’est un cran en dessous de HG pour moi. Moins d’émotions m’ont assaillies en permanence, moins de retournement de situations à couper le souffle, moins de… Oui. Sauf que Véronica Roth a 22 ans, que c’est son premier livre, tandis que Suzanne Collins travaille depuis vingt ans dans le métier (il me semble qu’elle est scénariste), et ça peut avoir une incidence, je suppose ^^ Ecrire un tel livre à cet âge là, je trouve que c’est  malgré tout plutôt cool 😀

Donc, si je prends le livre en tant que tel, je vous dirais que ce livre compte parmi mes livres jeunesse préférés de cette année.

 

Dans le monde de Béatrice, la société est divisée en 5 factions, créées pour lutter contre les plus gros défauts de l’être humain :

 

les Fraternels contre l’agressivité,

les Erudits contre l’ignorance,

les Sincères contre la duplicité,

les Altruistes contre l’égoïsme

les Audacieux contre la lâcheté.

 

Béatrice a été élevée par ses parents Altruistes : tu penseras toujours aux autres avant toi-même pourrait être leur devise !

L’année de leur 16 ans, les adolescents passent le Test, qui leur dira quelle faction est faite pour eux. Il auront ensuite le choix : rester dans leur faction de naissance, ou partir vivre dans une autre et quitter à tout jamais leur famille, on les appelle alors les « Transferts », ce qui est le plus souvent très mal vu.

Mais le jour du test de Béatrice, quelque chose d’étrange se produit : les résultats ne sont pas « normaux », elle ne réagit pas d’une manière permettant d’isoler une seule faction : chose extrêmement rare, 3 des 5 factions pourraient lui correspondre.

 

Béatrice ne pense pas, ne réagit pas comme elle le devrait, elle est une Divergente, elle est un danger pour la société.

 

 Contrairement à HG, ou l’on sait immédiatement où est la cruauté d’une telle société, l’univers de Divergent se dévoile petit à petit. J’ai été surprise par cette manière de mettre « dans de petites cases » les gens, et admirative quant à l’art que déploie l’auteure pour tout pousser à son paroxysme, elle pense vraiment à tout pleins de petits détails, donnant ainsi une certaine réalité à son monde.

 

Je ne spoilerai pas concernant le choix que fera Béatrice, mais je vais plutôt m’intéresser à la forme du roman : tout va assez vite au début. On entre très vite dans l’histoire elle-même, et les réponses et explications arrivent au fur et à mesure. Une fois le choix de Tris fait, toute une première partie est centrée sur sa formation en trois étapes avant l’épreuve finale.

 

Si au début, tout semble plutôt stable, la noirceur de ce monde se dévoile petit à petit, et les illusions tombent beaucoup durant cette partie.

 

Pas mal de question se posent devant la stupidité de certaines règles : comment, à 16 ans, peut-on nous obliger à prendre un tel choix qui décidera du reste de notre vie ? Une certaine maturité se ressent donc chez les personnages, et j’ai trouvé ça très logique au vue de la vie qu
‘il sont obligés de mener.

Malgré toutes les règles de cette société, la lutte pour le Pouvoir est bel et bien présente, contrairement à ce que la Société veut faire croire…

On sent que Béatrice se bat tout le long pour savoir si elle a prit la bonne décision, et surtout pour savoir QUI elle est.

Une quête d’identité difficile, en somme.

 

Il y a bien sur LE potentiel masculin : Quatre. Ah, petit Quatre que j’aime d’amour. 😀 Quatre il est beau, Quatre il est fort mais il a ses faiblesses, Quatre est un peu bipolai… euh, bref, Quatre, je veux bien en faire mon fantasme livresque numéro un ! 😀

Plus sérieusement, son histoire avec Tris est touchante sans être mièvre, ça fait une sorte de bulle d’oxygène, quelques petits moments douceur bienvenue, qui redonne espoir…

  

Une seconde partie où tout s’accélère, que j’ai peut-être moins aimée, mais sans aucun doute nécessaire.

 

 

« Je crois aux actes de courage ordinaire, au courage qui pousse une personne à prendre la défense d’une autre. »  

 

 

Maintenant, je réfléchis intensément pour savoir comment Véronica Roth va gérer la suite, car tout devient bien compliqué ! Le second tome devrait arriver en VF à l’automne prochain, en clair, un an à attendre… (triste sort, que le mien, je sais).

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

6 Comments on “Divergent, Tome 1 – Véronica Roth

  1. Ah super ! on a eu peur ! 😉 *Luciole*

  2. Onze… Désolé j’ai rien trouvé à dire pour ça :/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.