Edition Spéciale : Poison d'Avril ou la vie sexuelle de Lili Pute – San Antonio

Edition Spéciale : Poison d'Avril ou la vie sexuelle de Lili Pute - San Antonio
Edition Spéciale : Poison d'Avril ou la vie sexuelle de Lili Pute - San Antonio

_

« Poisson d’Avril » est un livre passionnant où les blagues et farces abondent, le tout sur fond de dégustation de soles et saumons par nos personnages. San Antonio a pris des vacances et il part à la pêche souvent en compagnie de ses amis, Béru et Pinaud. A un moment, il y a même une pêche aux truites organisée par Marie-Marie, et ça c’est trop chouette car cela m’a donné envie de manger du poisson, histoire de communier parfaitement avec les personnages. Car je suis une fille comme ça, moi, j’aime être raccord avec ce que je lis.

 

 

Comment ça, le titre du livre est « PoiSon d’Avril OU la vie sexuelle de Lili Pute » ? Vous avez lu ça où, vous ? Sur la couverture ? Je ne lis jamais les couvertures, moi. D’ailleurs je ne lis jamais et en réalité je vous raconte tout le temps n’importe quoi sur les livres que j’ai soi-disant lus.

De plus, l’expression « Poison d’Avril » doit figurer une seule fois dans tout le livre, lorsque San Antonio nous explique que « Lili Pute » s’appelle en réalité « Li Put », prénom chinois qui signifierait selon lui (sceptique je suis) « Poison d’Avril ». Et c’est tout.

 

Mais puisque nous y sommes, autant parler du livre, non ? Je vous sens plus motivés que jamais et ne voudrais donc pas vous frustrer.

 

L’intrigue est plus « Vie sexuelle » que « Poison d’Avril », clairement (je sens votre intérêt qui remonte réellement en flèche, ne mentez pas je le vois au fond de vos yeux).

J’avais déjà lu un San Antonio avant celui-là (Meurs pas on a du monde) et en gardais un très bon souvenir. Je reconnais que certaines phrases m’avaient un peu gênées, certaines remarques racistes, par exemple, dont j’avais eu du mal à rire. Toutefois, j’ai tout de même souvenir d’avoir ri à voix haute plusieurs fois, ce qui est assez rare, et j’avais aimé l’intrigue sans temps mort avec ses personnages très (très très très, et plus encore) hauts en couleurs.

 

Malheureusement, je suis beaucoup plus mitigée ici.

Soyons honnêtes, San Antonio, c’est beaucoup de blagues + 18 ans ou de scènes où le héros éponyme s’intéresse à la gente féminine de très près. Mais ici, le fait que Sana passe une bonne partie de l’intrigue complètement soumis à Lili à cause des drogues qu’elle lui fait ingérer a tout simplement créé l’ennui chez moi. J’avais envie qu’il se réveille et se décide à avoir une volonté un peu plus développée que celle d’une serpillière. J’ai aimé le début avec Marie-Marie, toujours aussi adorable, et mon intérêt a refait surface lorsque Béru et le révérend font leur entrée (magistrale).

Bref, j’ai lu un San Antonio où San Antonio lui-même a dû être ce qui m’intéressait le moins. J’ai carrément été très tentée de sauter des passages entiers (mais je me suis retenue, car je suis surpuissante comme ça, moi).

Cela dit, j’ai quand même été une fois de plus admirative devant le ton et la narration si particulière que l’auteur a réussi à créer. Il y a presque une blague ou un jeu de mot à chaque phrase (et là, je n’exagère même pas, pour une fois. Profitez-en) ; j’aime la manière dont il s’approprie la langue française et joue avec. Cela peut devenir fatiguant à lire, à force, mais la brièveté des romans évite cela. Par contre, je crois vraiment que c’est le genre de style que l’on aime ou que l’on déteste. Le tout est à prendre au 36ème degré minimum. Là encore, certaines remarques m’ont fait tiquer malgré tout, particulièrement sur les chinois dans ce tome-ci, forcément.

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Sana, ce n’est pas de la dentelle, mais c’est aussi pour cela qu’on l’aime.

 

J’ai songé à conclure cet article avec une recette de pain de poisson ou une blague carambar. Mais écrivant cet article dans le train, je n’ai pas internet pour trouver une recette, et je ne dispose pas de carambar non plus. Tant pis, à la place, j’ai collé un poisson dans votre dos pendant que vous lisiez cet article.

 

 

Retrouvez égalemen
t le Poisson d’Avril de la Luciole
ICI

 

Note : Nous ne sommes pas responsables de l’apparition de publicités sur le blog. Vous pouvez télécharger AdBlock Plus pour ne plus voir les plus gênantes ! (logiciel gratuit et bien utile partout sur internet !)

 

____________________

 

Et retrouvez-nous sur Facebook, Google + et Twitter

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.