Elle s’appelle Ruby – Jonathan Dayton, Valerie Faris

Après l’affiche totalement jaune de Little Miss Sunshine, l’affiche bleue d’Elle s’appelle Ruby !

Je vous ai parlé de ce film en février, Morgana venait de me l’offrir pour mon anniversaire. Eh bien ça y est, je l’ai enfin regardé ! Oui, j’ai mis 5 mois … et encore, celui-ci ne s’en sort pas mal. J’ai 10 DVD en attente dans ma dvdthéque, certains même depuis presque trois ans. Mais c’est comme ça, j’attends le moment propice pour les savourer, et c’est une tache bien dfficile 😀

Vous vous imaginez bien que comme c’est Morgana qui me l’a offert je vais être obligé d’en dire que du bien, sinon elle ne m’offrira plus jamais de cadeau… et moi j’aime les cadeaux… ! 😀

_____________________

Calvin est un jeune écrivain qui n’arrive plus à écrire une seule ligne depuis la sortie de son best seller. Sur les conseils de son psy, il écrit sa rencontre avec une jeune femme, une certaine Ruby. Et Ruby devient réelle …

Elle s'appelle Ruby - Jonathan Dayton, Valerie Faris

 

Hormis le fait que c’était un cadeau et que j’étais donc obligée de le regarder un jour ou l’autre, deux choses m’ont motivée pour regarder Elle s’appelle Ruby : le fait qu’il ait été réalisé par les mêmes réalisateurs que Little Miss Sunshine, que j’avais adoré, et le rôle titre, tenu par Paul Dano, dont je suis absolument fan !

Je ne vais pas comparer Elle s’appelle Ruby à Little Miss Sunshine, car je l’ai trouvé en-dessous, moins abouti, et ça manquerait donc cruellement de pertinence !

Bien que j’avais adoré Little Miss Sunshine, je n’ai pas regardé ce film avec une quelconque attente (pour une fois). Elle s’appelle Ruby est malgré tout une comédie bien sympathique et pétillante. Le genre de comédie qu’on regarde quand on ne veut pas se prendre la tête mais voir un bon film quand même. Et il n’y en a pas beaucoup des comme ça, moi qui suis toujours à la recherche de ce genre de films je me retrouve souvent bredouille. Alors là j’étais contente ! 😀

Paul Dano est toujours aussi fascinant, et les costumes sont bien réussis : chemise à carreaux, lunettes rondes, il entre tout à fait dans le cliché de l’écrivain un peu paumé tout en restant sexy c’est fabuleux ! 😀

Le personnage de Calvin m’a paru crédible dans ses réactions et ses décisions.

Et au moment où on pourrait commencer à le trouver un peu trop gentillet, avec une personnalité peu complexe, survient une scène à laquelle je ne m’attendais absolument pas. *petit spoiler*  Il peut faire faire à Ruby tout ce qu’il veut pourvu qu’il l’écrive, puisque c’est lui qui l’a créé … jusque là c’était un mec bien, il la laissait faire ce qu’elle voulait, mais là on assiste à une scène presque dérangeante dans laquelle il la fait sauter sur place, se déshabiller … Je dis bien « presque » dérangeante, car ça reste une comédie on n’est pas non plus dans de la manipulation psychologique hein ! 😀 *fin spoiler* Je trouve cette scène très utile même si elle n’est pas dans la même veine que le reste car elle permet de jeter un autre regard sur le personnage : oui il peut être méchant. Car après tout, lui n’est pas un personnage de roman, il est humain …

Cette scène amène aussi quelques questionnements : est-ce qu’on aimerait autant une personne si elle faisait tout ce qu’on veut ? Ou est-ce que ce ne sont pas justement ses défauts qui font qu’on s’attache à elle, et qu’elle est humaine d’ailleurs. Intéressant n’est-ce pas ? Là n’est pas le sujet du film principal à mon avis, sinon ce serait bien plus développé, mais cette piste existe selon moi malgré tout et donne de la profondeur à cette comédie, tout comme la critique de concours de beauté et de la société américaine en donnait à Little Miss Sunshine.

Il faut bien sûr accepter le côté fantastique et surréaliste de l’apparition de Ruby. J’ai eu un peu de mal au début. Non pas parce que je n’aime pas le fantastique, au contraire, mais dans ce contexte là, archi-réaliste, c’est simplement un élément magique isolé qui survient d’un coup et pour lequel on n’a aucune explication… j’adhère moins en général. Mais je m’y suis faite très rapidement et ai finalement bien apprécié ce personnage de Ruby.

En bref, ce n’est pas un film qui va rentrer dans mon top 10 ou que je reverrai 15 fois, mais j’ai vraiment bien aimé. C’est une comédie qui manque peut-être d’aboutissement sur certains points mais qui est très agréable et qui donne la pêche ! 🙂

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

6 Comments on “Elle s’appelle Ruby – Jonathan Dayton, Valerie Faris

  1. Félicitations ! Tu as été efficace et ultra rapide en plus ^^

  2. Et le numéro complémentaire le 15 ! Je l’avais trouvé avant le 14 mais je voulais faire dans l’ordre x)
    Sympathique petite chasse en tout cas 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.