Geisha – Arthur Golden

Geisha.jpg

 

 

À neuf ans, dans le japon d’avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto. Dotée d’extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend vite qu’il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l’initiation difficile qui en fera une vraie geisha.

Art de la toilette et de la coiffure, rituel du thé, science du chant, de la danse et de l’amour : Sayuri va peu à peu se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville. Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs. Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d’une rivale. Elle rencontrera finalement l’amour…

Écrit sous la forme de mémoires, ce récit a la véracité d’un exceptionnel document et le souffle d’un grand roman. Il nous entraîne au coeur d’un univers exotique où se mêlent érotisme et perversité, cruauté et raffinement, séduction et mystère.

 

______________

 

Geisha, c’est pour moi la beauté sauvage et le sublime du Japon à l’état pur.

(J’ai vu le film en début d’année, et, à ma grande surprise, je peux le dire maintenant, celui-ci illustre à merveille le livre. Moi qui suis rarement amatrice des adaptations cinématographiques, là, je suis bluffée.)

 

Ce livre est clairement l’un des plus époustouflant que j’ai lu.

 

Le livre mêle habilement histoire (au travers de cette période trouble qu’est la seconde guerre mondiale), coutumes (alors que l’on suit la formation de Shiyo, qui deviendra la grande Geisha, Sayuri), et sentiments, oscillant entre la haine de Chiyo envers l’homme qui l’a vendu et l’amour qu’elle se découvre pour le seul qui lui tendra la main alors qu’elle n’est encore qu’une petite servante : le président…

 

Une plongée dans un univers qui paraît presque fantastique et qui, pourtant, existait encore il y a peu de temps.

 

Arthur Golden a une plume presque poétique, et je n’aurais pas été surprise si Geisha avait été écrit par un Japonais en personne. Il explique d’ailleurs toutes les recherches et les témoignages effectués dans le but de rester le plus fidèle à la réalité. J’imagine l’immersion dans laquelle l’auteur a dû se plonger pour écrire un roman aussi passionné, ça a dû être passionnant ! 🙂

 

Les personnages sont vraiment sublimes, et aussi complexes et vivants que l’histoire que nous conte Geisha. J’ai tellement imaginé cette petite Chiyo, vendue, trahie, mais incapable d’en vouloir à son père de cela, et qui se raccroche à l’image de son sauveur, le Président. Ses désillusions, ses souffrances, son combat. Puis l’espoir qui renait lorsque Mameha, une grande Geisha, décide de faire d’elle une Geisha, de faire en sorte qu’elle ait une seconde chance. Je vivais cette peur qu’inspire Hatsumomo, l’horrible Geisha qui vit dans l’Okiya de Chiyo, l’horreur de la guerre.

Tout est si vivant, si beau. Et je ne pouvais m’empêcher de voir les images du film, mais cela ne faisait que sublimer le tout.

 

Mon seul petit regret vient peut-être de la fin : autant dans le film, c’est très romantique, très poétique, autant dans le livre, l’auteur reste fidèle à sa ligne de conduite, et il nous offre une fin plus réelle, une belle fin, mais un peu “douce-amère”. J’aurais peut-être préféré connaître celle du livre en premier, pour ensuite m’éverveiller et satisfaire mon côté romantique grâce à celle du flim. ^^

 

Bref. C’est beau, c’est beau, c’est beau, c’est sublime !

(je vous ai déjà dit que c’était beau et sublime ? oui ? ah. vous êtes sûr ?)

 

Il y aurait tellement de choses à dire encore, mais j’ai tellement de mal à exprimer ce que j’ai ressenti que c’en est frustrant 😀

 

En tout cas ce livre vaut véritablement le détour !

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

9 Comments on “Geisha – Arthur Golden

  1. Le film est vraiment aussi sublime que le livre, j’en ai été vraiment surprise ! J’ai eu les larmes aux yeux bon nombre de fois également… ahhhhh, c’est trop beau 😀

    Oui, j’ai lu les cinq tomes il y a bien quatre ans déjà, j’avais pleuré comme une madeleine, mon petit coeur n’avait pas résisté à l’histoire de Takeo et Kaede ! Une madeleine, te dis-je 😀 J’ai
    également lu La Pierre et le sabre, c’est l’histoire de Miyamoto Musashi, un samouraï ayant vraiment existé, et qui est romancée… j’avais beaucoup aimé ^^

  2. J’ai lu ce roman et vu le film il y a deux ans et j’ai adoré et j’ai même pleuré en le lisant! Je n’ai qu’une seule envie le relire! Connais-tu le clan des Otoris, une histoire d’amour pleine de
    poèsie qui se passe dans le Japon féodal? C’est beau aussi. Tchao

  3. C’est un livre comprtant un nombre important de pages, et il faut aimer le genre, mais je pense que c’est à découvrir, ne serait-ce que pour se faire une opinion 🙂

  4. Je note ce dernier roman je ne le connais pas! Bye

  5. Ce sont de pures merveilles oui… je sens que je vais devoir regarder le film à nouveau très très bientôt, à ce train là 😀

    Merci Floly, passe une bonne soirée 🙂

     

  6. Tu as tout dis !
    Pour moi ce film, puis ce livre ont été de gros gros coup de cœur !!!!

  7. Les trois premiers tomes, exactement. Une série que j’aime beaucoup ; je te souhaite bonne lecture !

  8. As-tu déjà lu Gone !! (je dis ça parceque je suis dans les G …^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.