Ghost City – Michel Honaker

Ghost City - Michel Honaker

.

Ghost City est le deuxième ouvrage de la collection In love que je découvre.

 

Pour rappel, le concept est le suivant : des réécritures de grandes histoires d’amour classiques. J’avais énormément aimé Entre nous et le Ciel, remake de Manon Lescaut. Ici, l’auteur de Ghost City s’est basé sur La Tempête de Shakespeare. Pour le coup, si j’ai déjà lu certaines oeuvres de ce cher William, je ne connaissais pas du tout l’histoire de La Tempête.

 

Dans le désert, une diligence fuit à toute vitesse. Farley et ses deux compagnons tentent d’échapper aux « régulateurs ». Une tempête survient et les contraint à se réfugier dans une ville mystérieuse.

 

Difficile de savoir quoi vous révéler exactement sur l’intrigue. Je n’en savais même pas autant lorsque j’ai commencé ma lecture, et j’ai aimé découvrir l’univers de Ghost City au fur et à mesure.

 

L’ambiance « far west » et cow boy est très présente dès les premières lignes, et très bien ancrée. Cette ambiance est le point fort du livre selon moi. Ghost City fait vraiment « citée fantôme », et l’auteur a su attiser ma curiosité : comment fonctionne cette cité ? Pourquoi les personnages agissent-ils ainsi ?

 

Au niveau des personnages, j’ai vraiment ressenti le fait qu’une pièce de théâtre était à l’origine du roman : leur manière de s’exprimer, les grands sentiments, ou ce qu’ils symbolisent chacun. Ils m’ont semblé correspondre à des « types » de personnages de pièce de théâtre, à certains codes. Cela contribuait à donner une ambiance spéciale au livre.

 

Toutefois, je dois reconnaître que malgré toutes les interrogations soulevées, j’ai ressenti un peu d’ennui au milieu de livre. L’intrigue avançait bien mais les rebondissements me paraissaient un peu « plats » parfois. Je restais très curieuse vis à vis de la fin, mais je me sentais régulièrement assez extérieure à l’histoire. J’ai trouvé Farley attachant et j’aimais le voir chercher des solutions pour s’en sortir, mais je n’étais pas prise par l’envie de tourner les pages à toute vitesse.

 

 

Pour conclure, j’ai énormément aimé l’ambiance de Ghost City : l’oeuvre originale de Shakespeare se déroule sur une île et ce changement de cadre est extrêmement bien pensé et géré. Par contre, je regrette de ne pas avoir été complètement prise par l’histoire, même si je suis restée curieuse vis à vis du dénouement tout du long.

 

__________

 

Note : Nous ne sommes pas responsables de l’apparition de publicités sur le blog. Vous pouvez télécharger AdBlock Plus pour ne plus voir les plus gênantes ! (logiciel gratuit et bien utile partout sur internet!)

 

____________________

 

Et retrouvez-nous sur Facebook, Google + et Twitter

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.