Harper in summer – Hannah Bennett

Ce livre est juste énorme. Quand je dis énorme, je n’entends pas “énorme comme moi après une semaine passée en Italie à manger des pâtes et des glaces” (oups). Non, je veux dire qu’il aurait pu être un énième roman adolescent brodant sur le très usé thème estival, avec premiers sentiments amoureux et odeurs de crème solaire à la clé. Sauf que dans Harper in summer 1) les personnages ne mettent pas de crème solaire (pas bien) 2) l’humour est définitivement décapant, et que ça change beaucoup la donne.

À cause d’une erreur de réservation, Harper, bientôt 15 ans, passe l’été avec sa famille bobo, ses détestables cousines et son meilleur ami Josh dans une maison pourrie au bord d’un lac glacé du Montana. Face à eux, les somptueuses demeures des millionnaires dont les enfants, d’une beauté rare, sillonnent le lac en hors-bord. Invités à une fête, Harper et Josh font face à Quinn et à Tristan. Face à tant de nouveauté et de liberté, va-t-elle succomber au charme de cet été d’exception ?

________

Ok. On a bien une histoire de vacances, avec une fille, des garçons, et les hormones qui s’en mêlent. Mais qu’est-ce que ce roman m’a fait rire. Et quand je dis qu’il m’a fait rire, ce n’est pas à ses dépens : les blagues et dialogues absurdes remplis de réparties bien senties sont là non-stop. Cela donne un petit côté surréaliste à l’ensemble tellement c’en est parfois “trop”. Trop, vraiment ? Le mot n’est pas forcément à prendre dans un sens négatif. Certains passages peuvent donc tomber parfois dans quelque chose d’un peu absurde, mais ça ne m’a pas tellement dérangée, tant cela est bien géré. Si les profils de certains personnages sont un peu extrêmes, l’auteure sait en général leur apporter de petites nuances qui les rendent un peu plus humains au fil de l’histoire – je pense par exemple à Poppy.

Durant une bonne partie du roman, je me suis dit que cet humour omniprésent allait peut-être empêcher le livre d’être touchant. Durant une grosse partie du livre, oui, un peu, peut-être. Mais la fin rattrape si bien tout ça que le pari me semble réussi concernant l’équilibre entre humour et émotions. Les personnages sont attachants, et j’ai beaucoup aimé lire le récit d’Harper, qui est une narratrice et héroïne débordante de personnalité ! Pour moi, la première personne était définitivement un choix gagnant !

Les points négatifs – puisqu’il faut bien que je fasse ma râleuse de base, à un moment : je trouve que l’intrigue s’embourbe un peu vers le milieu, avec les histoires amoureuses de Harper – à la clé, de trèèèèès gros problèmes d’ado jaloux, qui peuvent être drôles ou touchants, mais qui m’ont un peu lassée à un moment. Je me demandais ce que l’auteure allait faire et attendais presque qu’elle lance une autre intrigue secondaire pour tenir les 330 pages, car je voyais difficilement où tout ça pouvait mener. Mais heureusement, la suite a su à nouveau me happer, jusqu’à un très joli final !
Autre (et dernier) point que j’ai moins aimé : le livre spoile allégrement Jane EyreLes Hauts de Hurlevent et Orgueil et Préjugés. Ça va bien que je les ai lus (et relus) il y a déjà quelques années car, sinon, j’en aurais mortellement voulu à Harper in summer. Je déteste ce genre de spoilers auxquels on ne peut échapper. Je n’ai pu m’empêcher de penser à ceux qui ne les aurait pas lus et sont des allergiques du spoiler comme moi. Cela dit, dans mon cas, je dois reconnaître que j’ai apprécié ces références qui m’ont permis de me sentir complice de Harper, d’autant plus que c’est assez bien intégré.
D’ailleurs, je me suis posée des questions sur le nom de l’auteure, “Bennett” (Morgana détective, pour vous servir) : serait-il possible que ce soit un pseudo faisant référence à l’héroïne d’Orgueil et Préjugés ? Sinon, plutôt cool comme nom, surtout quand on a l’air d’apprécier l’œuvre de Jane Austen comme elle a l’air de le faire :p

Eh bien, je crois avoir fait le tour de tout ce que j’avais à dire !

Harper in summer, c’est (super) drôle, (super) rafraîchissant, (super) adapté à la saison et parfois même (super) émouvant ! Bref, c’était cool.

 

George Michael, supporter officiel des coeurs brisés dans l’entourage de Harper.

Si, si. Il est cool comme ça George.

(J’ai cette musique en tête depuis que j’ai fini ce livre, donc je tenais à partager cette obsession avec vous, histoire de vous prévenir des séquelles encourues suite à cette lecture. De rien).

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

8 Comments on “Harper in summer – Hannah Bennett

    • Je demande à ton compte bancaire de m’excuser pour les dépenses que je risque de te faire faire 😀

  1. J’avoue, j’en veux un peu mortellement à Harper in summer pour les spoilers ^^ Autrement, j’ai passé un très bon moment, c’était fun.

    • Fun, c’est carrément le mot ! 🙂
      Je comprends tellement pour les spoilers, en le lisant, je n’en revenais pas de ma chance, qui voulait que j’ai déjà lus tous les livres concernés. Mais j’ai eu une grosse pensée tout du long pour vous tous qui n’avez pas encore découverts certains de ces livres et souhaitaient le faire ^^

  2. Olalala, ça a l’air trop chouette, je le note, ça me donne très envie de le lire en VO =D
    (Mais d’abord je vais lire Jane Eyre hein ^^)

    • Ah oui, je te recommande la lecture de Jane Eyre avant (ce roman a tellement marqué mon adolescence !) 🙂

  3. “il aurait pu être un énième roman adolescent brodant sur le très usé thème estival, avec premiers sentiments amoureux et odeurs de crème solaire à la clé” >> Haha, en vrai j’ai un faible pour ce genre de romans, ca m’evoque ceux de Sarah Dessen. 😛 Et du coup c’est un argument supplementaire pour noter celui-ci ! 😉

    • Ahhhh ! Les Sarah Dessen, c’est grave toute mon adolescence ! 😀 C’était quasiment les seuls romans de ce genre-là que j’aimais lire, mais qu’est-ce que j’ai aimé ces lectures ! 😀 Y a beaucoup plus d’humour dans Harper in summer, c’est pas la même ambiance, mais c’est quand même très cool j’ai trouvé 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.