Inséparables – Sarah Crossan

Attention, coup de coeur.

Oui, je sais : tout le monde a adôôôré ce livre. Mais si vous voulez mon avis, il y a une raison à ça : ce livre est BEAU. C’est le genre de livre que j’ai envie de brandir sous le nez de tout ceux qui considèrent la littérature jeunesse comme un « sous-genre ». Coucou les gars, ce livre-là, il a pour moi une sacrée qualité littéraire, quel que soit le genre auquel il appartient. 😉

Inséparables est écrit en vers libres. Le premier écrit ainsi que j’avais lu est Songe à la douceur, comme pour beaucoup d’entre nous je pense, étant donné que le roman jeunesse écrit en vers libre n’est clairement pas quelque chose de vraiment établi en France. Il me semble d’ailleurs avoir lu que Clémentine Beauvais (auteure de Songe et traductrice d’Inséparables) disait que c’était au contraire assez répandu en Angleterre. Les deux lectures de ce genre que j’ai faites me donnent bien envie que ça se répande aussi chez nous !

Revenons-en à Inséparables. Comment en parler ? J’ai juste envie de me contenter d’un « lisez-le, c’est beau« … mais c’est déjà la deuxième fois que je vous le dis depuis le début de cet article, et je me doute que ça ne suffit pas pour faire une chronique.

Qui sont ces « inséparables » ? (indice : il ne s’agit pas des d’oiseaux) Les inséparables, ce sont Tippi et Grace, des soeurs siamoises. Au travers de la narration, dont se charge Grace, on découvre cette vie qui est la leur. Dès le début, j’ai véritablement eu l’impression d’entrer dans un autre monde : tout doit être pensé si différemment, lorsqu’on est deux personnes mais qu’on partage tant de parties du corps et d’organes. Au début, mon esprit était plein de pensées aussi passionnantes que : « Mais, mais, mais ? Alors ne peuvent pas se retourner la nuit ? Impossible de changer de côté ??? » (je vous avais prévenu que c’était des pensées dignes des plus grands philosophes, Nietzsche, si tu nous entends, c’est pour toi…). Puis, très vite, ces pensées se sont arrêtées parce qu’on finit par comprendre cela : pour Tippi et Grace, ce n’est pas terrible, cette vie. C’est leur vie, cette vie partagée.

Au final, j’ai eu cette sensation que, pour elles, le pire n’était pas leur corps et tous les ajustements de la vie quotidienne qu’il les contraint à faire. Non, le pire, c’est tout ceux qui pensent que c’est une vie terrible, qui font d’elles des monstres, quelque chose qui représente tout ce dont ils ont peur, au final. Tippi et Grace sont heureuses, d’une manière que l’on peut avoir du mal à s’imaginer et que ce livre décrit magnifiquement. Nous qui sommes terrifiés à l’idée qu’on aurait pu être liés comme cela à quelqu’un, nous ne comprenons pas que leur plus grande peur à elles, c’est d’être séparées.

Sarah Crossan raconte tellement bien cette histoire de deux êtres distincts, mais inséparables, qui sont deux personnes, mais à la fois plus liées que n’importe qui d’autre sur Terre. Chaque chapitre, même ceux parlant des sujets les plus banals qui soient, apportent quelque chose de fort et plein de sens. Je n’ai pas lu la version originale du texte, mais l’impression qui se dégage de la version française reste une écriture percutante, qui cherche à employer le mot juste, pleine de sobriété. C’est touchant, c’est souvent drôle aussi. C’est fou, parce que je me suis sentie très empathique envers Grace, alors que je ne peux que vaguement imaginer ce qu’est réellement sa vie.

Je ressors de cette lecture avec une impression de grande justesse, l’impression que Sarah Crossan a toujours su trouver les bons mots.

« On nous compare souvent à Daisy et Violet Hilton,
‘ Parce que vous êtes tellement jolies toutes les deux,’
dit Caroline
et elle soupire » (p. 255)

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Inséparables – Sarah Crossan

  1. Haa bon sang à force de n’entendre que de si belles choses sur ce livre je vais bien être obligée de m’y mettre^^

    • Je ne peux que te le conseiller ! C’est l’une de mes meilleures lectures depuis le début de l’année 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.