Julieta – Pedro Almodóvar (adaptation de Fugitives – Alice Munro)

Julieta - Pedro Almodóvar (adaptation de Fugitives - Alice Munro)

.

Dimanche dernier, je suis allée au cinéma avec ma mère et ma petite soeur voir Julieta, le dernier film d’Almodóvar . En rentrant chez moi j’ai regardé quelques infos sur le film, et j’ai vu que c’était une adaptation … Je ne m’y attendais pas du tout, car en général les films d’Almodovar sont des scénarios originaux, mais du coup j’étais ravie. Parce que qui dit adaptation, dit que … je peux vous en parler sur Deedr ! Wouhou ! 😀 Et comme j’aime (presque) tous les Almodóvar, il fallait bien que j’en cale un sur le blog 😀

 

Alors Julieta, de quoi ça parle ? C’est l’histoire de Julieta (sans blague), qui n’a pas vu sa fille Antía depuis des années, et qui décide de lui écrire, lui raconter tout ce qu’elle n’avait pas pu lui dire, ses déceptions, sa culpabilité … Bref, on revient sur un bon morceau de sa vie.

On retrouve dans ce film tous les grands thèmes chers à Almodóvar : les non-dits et les secrets (surtout familiaux), les relations mère-fille, les femmes et comment elles vivent dans l’époque contemporaine …

 

 

On retrouve son style esthétique également : des plans très travaillés, des couleurs vives sur lesquelles on pourrait probablement écrire une thèse, le rouuuuge et les papiers peints kischs

 

 

Il va sans dire que j’ai vraiment aimé ce film, même si je trouve que les films d’Almodóvar depuis Etreintes Brisées ne vallent pas les plus anciens : Talons Aiguilles, Parle avec elle, La Mauvaise Education etc … J’ai été un tantinet (je n’assume pas ce mot :D) déçue par l’esthétique de Julieta, que j’ai trouvé, même si on y trouve toujours la patte du réalisateur, plus convenue et moins poussée que dans ses précédents films … Je ne demande pas forcément de refaire toujours exactement pareil, mais ça me donne l’impression qu’il a un peu du mal à se renouveller …

 

J‘ai quelques bémols sur le scénario également : certaines pistes, concernant les motivations d’Antía notamment, sont lancées … puis plus rien ! Autant ça ne me dérange pas que certains éléments restent sans réponse, mais là j’ai trouvé que c’était frustrant … J’ai presque envie du coup qu’il y ait un film qui s’appelerait Antía, et où on retrouverait la même histoire selon son point de vue … 😀 (Quoique ça ne serait même pas forcément intéressant :D)

 

Bon … ce sont des réserves émises en comparaison avec les autres films d’Almodóvar, j’ai trouvé le film en lui même très beau, certains passages m’ont beaucoup émue. La narration m’a beaucoup plu, le système de flash-back, le jeu entre les deux actrices qui interprètent Julieta … et forcément … quand j’ai vu que c’était une adaptation, j’ai voulu en savoir plus ! (C’est le moment où je raccroche les wagons avec le thème du blog z’avez vu ? :D)

 

(en plus ya plein de scènes dans un train, et j’adore les trains o:) ) < Info capitale de l’article

 

Julieta, aussi étonnant que ça m’ait paru, est donc une adaptation de trois nouvelles d’Alice Munro (dont je n’avais lu aucune oeuvre avant) : Hasard, Bientôt, et Silence (des titres courts, simples mais efficaces ! :p), tirées du recueil Fugitives et qui racontent toutes trois l’histoire de Juliet (qui devient Julieta une fois hispanisée).

 

 

Pedro Almodovar dit avoir adapté ces trois nouvelles, et inventé ce qu’il pouvait y avoir autour pour les lier. J’ai trouvé l’idée très intéressante : au lieu d’avoir un roman trop long dans lequel il fallait couper, avec les nouvelles c’est la démarche inverse: on peut presque tout garder, et inventer ce qu’il y a autour … Je tenais à voir comment il s’en était sorti et je dois avouer que je m’attendais à ce qu’on retrouve vaguement la trame de fond mais que le film ait pris beaucoup de liberté avec les nouvelles. Et en fait … non 😀

Hasard raconte la rencontre entre Juliet(a) et le futur père de Pénélope/Antia. Bientôt reprend la scène dans laquelle Juliet(a) et Pénélope/Antía vont rendre visite aux parents de Julieta. Et Silence les questionnements de Juliet(a) une fois que sa fille est partie. Trois moments phares du film.

 

Maintenant que j’ai lu ces trois nouvelles (avec beaucoup de plaisir soit dit en passant, j’ai beaucoup aimé le style d’Alice Munro et je pense lire les autres nouvelles du recueil
) je suis vraiment épatée du scénario de Julieta, qui respecte vraiment les nouvelles, change juste ce qu’il faut de l’intrigue pour ajouter la touche Almodovar, sans dénaturer la touche Alice Munro, comble intelligemment les trous temporels entre les nouvelles … Les interrogations de Juliet sont bien rendues à l’image (chose pas toujours facile). Le film apporte des réponses aux points non élucidés des nouvelles, et vice-versa. Certains rajouts du film sont très bien trouvés, certains m’ont un tout petit peut moins convaincue, mais l’exercice n’était pas facile et je trouve que le film s’en sort vraiment bien et répond bien aux nouvelles !

 

 

Le reste m’a plu, forcément, car j’apprécie la filmographie d’Almodóvar en général, même si je l’ai trouvé plus classique que ses autres films. Mais au final, après avoir lu les nouvelles et en repensant au film, je trouve que le côté adaptation est le point fort de Julieta, avec des trouvailles intelligentes … Je crois que c’est la première fois que je n’ai rien à redire sur une adaptation, alors je suis contente 😀

 

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.