Kérity, la maison des contes – Dominique Monféry

Je ne sais pas pour vous, mais sur Deedr, cette époque de l’année nous donne envie de lire et de regarder des œuvres toutes douces, pleines de poésie et de rêves. Au début du mois, Morgana vous parlait du Plus petit baiser jamais recensé, de Matthias Malzieu, aujourd’hui, c’est à mon tour de vous parler d’un film doudou. J’ai nommé : Kérity, la maison des contes !


Kérity, la maison des contes, c’est l’histoire de Nathanaël, 7 ans (et non de Kérity comme je le pensais au début 😀 J’avais mal lu, je pensais que c’était Kérity ET la maison des contes. Mais non, Kérity est un joli petit village de Bretagne 😉 ). A la mort de sa tante, il hérite d’une immense bibliothèque pleine de livres de contes magnifiques et très anciens. Ce serait sans doute le rêve pour bon nombre d’entre vous, sauf que Nathanaël ne sait pas lire … Vous imaginez bien sa déception. Surtout que le fait de ne pas savoir lire commence à le stresser, à inquiéter ses parents, à être une source de moquerie pour sa grande soeur. Alors cet héritage, ça remue un peu le couteau dans la plaie, et il préférerait se défaire des livres. C’est une déception de courte durée en revanche, parce que les personnages de contes vont sortir de chacun de ces livres : Alice au pays des Merveilles, Pinocchio, Le Petit Chaperon Rouge … et ça qu’on sache lire ou pas, c’est sacrément cool ! Et surtout, ils ont besoin de Nathanaël !

C’est exactement le genre d’histoire toute mignonne dans lequel j’aime me plonger bien emmitouflée dans mon plaid 😀 Les côtés « livres qui prennent vie » et « on cherche à démontrer l’importance de l’imagination » m’ont immédiatement fait penser aux Fantastiques livres volants de M. Morris Lessmore, un court-métrage que j’avais beaucoup aimé. Avec Kérity je m’attendais au même genre d’univers et d’émotions mais il n’a malheureusement pas toujours été à la hauteur de mes attentes.

Je dois quand même dire que je l’ai trouvé esthétiquement très beau. Même si j’ai une nette préférence pour le style de dessin des décors par rapport à celui des personnages, j’ai aimé tout cet univers. C’est Rebecca Dautremer qui était à la direction artistique, donc ça ne pouvait être que réussi 😉 Et le hasard a fait que j’ai vu ce film juste après avoir découvert l’auteure avec Le Bois dormait 🙂 J’ai particulièrement aimé l’escalier accroché à la falaise, et le design de la maison. Je ne saurais pas trop dire pourquoi, c’est juste une maison … mais elle me donnait vraiment envie d’y entrer ^^


L’histoire en elle-même est également pleine de poésie, et c’est vraiment sympa de voir Nathanaël « tailler le bout de gras » (cette expression est vraiment très moche :D) avec tous ces personnages de contes. Comme un mini-fantasme réalisé :p J’ai eu une pointe de déception sur le fait que ce soit Alice qui l’accompagne le plus souvent. Oui, je m’étonne moi-même de cette dernière phrase. ^^ Mais je lis/vois tellement de réécritures d’Alice que j’aurais préféré que ce soit ici un autre personnage, j’aurai trouvé ça plus original, même si leur relation est vraiment adorable et bien traitée.

Je valide vraiment l’univers, le ton, l’idée de base, mais j’ai été frustrée sur plusieurs points. Sorti du petit Nathanaël, et à part quelques exceptions, j’ai trouvé les personnages secondaires assez fades. Les parents surtout … ! Franchement, je pense qu’il aurait mieux fallu qu’ils ne soient pas là du tout tellement je les ai trouvés inutiles et effacés. Ça n’aurait pas été un film d’animation, j’aurais dit qu’ils jouaient mal : voix monocorde, aucune émotion, réactions peu crédibles face à leurs enfants qui se chamaillent tout le temps … Du coup, je ne peux pas dire qu’ils jouent mal mais je les ai trouvés terriblement peu incarnés, ça en devenait presque agaçant.

Petite frustration également du côté du scénario, qui n’a pas su exploiter suffisamment l’idée de base à mon goût. L’histoire reste au final très en surface. Certaines scènes sont très longues et m’ont paru faire du « remplissage ». Je pense surtout à tout le passage où Nathanaël, Alice et l’Ogre voyagent sur la plage, entre la brocante et la maison. Le crabe, le bébé, le cerf-volant … j’ai trouvé tout ça assez interminable et sans grand intérêt …

Outre quelques bémols donc, c’est un film que j’ai apprécié regarder et une histoire qui m’a bien plu. Je garde une certaine frustration et un sentiment d’inabouti, mais je retiendrai surtout la qualité esthétique et la poésie qui se dégage de ce film. Et surtout, merci à Mila d’en avoir parlé sur sa chaîne Youtube ! Sans ta vidéo je serai sans doute passé à côté de cette jolie découverte pleine de mignonnitude 😉

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Kérity, la maison des contes – Dominique Monféry

  1. Yay, je suis quand même contente que cela t’ait plu 🙂 Comme tu sais, j’ai eu mes frustrations sur le scénario aussi (pas les mêmes que les tiennes, parce que la traversée de la plage me semblait nécessaire pour le personnage, encore que mal amenée, mais des frustrations quand même… oh les parents m’ont frustrée également, par contre), mais le film est adorable malgré tout, et porteur de messages que je trouve jolis 🙂

    Même si tu n’as pas été 100% convaincue, je suis contente donc~♥

  2. Mignonnitude, c’est un mot tout choupinet ça! comme ce livre. ça fait du bien de rêver de temps en temps!
    bises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.