L’Ecosse en BD : Whaligoë

Pour cette spéciale Ecosse, nous tenions à ce que toutes nos catégories soient représentées. Alors même si nous ne parlons pas si souvent de BD, il FALLAIT qu’on en trouve une dans le thème, et assez étrangement, c’est pour la BD que nous avons eu le moins de mal à trouver !

Même si on a faillit parler de Tintin : l’Ile Noire, qui se passe en Ecosse, notre choix s’est finalement porté sur Whaligoë. Ou plutôt sur la couverture du tome 1 de Whaligoë 😀

___________________

En 1815 à Whaligoë, petite bourgade nichée au coeur de l’Écosse profonde, deux adolescents s’embrassent secrètement sur le site sacré des Craighorns, conformément à un vieux rituel gaëlique, pour matérialiser leur engagement l’un envers l’autre pour l’éternité.

Douze ans plus tard, un écrivain en panne d’inspiration, Sir Douglas Dogson, et sa maîtresse Speranza font halte par hasard à Whaligoë. Le couple bat de l’aile et Lord Douglas caresse l’idée du suicide lorsqu’il entrevoit, dans le cimetière qui jouxte l’auberge, une jeune fille spectrale qui s’allonge sur les tombes…

___________________

L'Ecosse en BD : Whaligoë

.

Je dois avouer qu’entre la couverture et cette histoire de jeune fille spectrale, je m’attendais à quelque chose de bien plus fantastique, avec des fantômes en kilt partout, un peu de magie druidique … en fin de compte le « rituel gaëlique » et les fantômes sur les tombes ne tiennent qu’une place plutôt anecdotique dans l’ensemble des deux tomes, j’ai donc été un peu déçue par ce point.

 

A la fin du premier tome, j’avais l’impression d’une introduction d’intrigue qui devrait être résolue en 10 tomes et me demandais comment ils allaient faire pour tout boucler en 2 …

J’ai ma réponse : j’ai trouvé le tome 2 plutôt précipité

J’ai terminé ce diptyque sur une sensation bizarre : je ne savais pas si j’avais vraiment aimé ou pas … J’ai supplié Morgana de les lire aussi pour essayer d’y voir plus clair, elle a eu la même impression que moi, ça ne m’a pas aidée …:D

Si le rythme du scénario ne m’a pas entièrement convaincue, j’ai vraiment aimé l’ambiance un peu étrange et les dessins. On se retrouve plongé dans les paysages écossais vert tendre et les teintes orangées du village de Whaligoë, qui soit dit en passant existe vraiment, mais nous n’allons pas dans ce coin là lors de notre voyage. Si on peut éviter de croiser un fou passionné des combats de coq, on préfère autant …:D

Ce qui m’a le plus perturbée, c’est le langage des personnages. Joutes verbales pompeuses ;  mélange de vieux français et d’expression anglaises actuelles :  » My goodness ! Avez-vous perdu tout sens commun ! »

Ca m’a beaucoup fait rire pendant une bonne partie du tome 1, vous pouvez demander à Morgana qui était à coté de moi, elle vous le confirmera, mais au bout d’un moment, j’ai trouvé que c’était un peu « trop » … C’était toujours un peu les mêmes expressions qui revenaient, plus d’effet de surprise donc. Mais j’ai trouvé l’idée bien originale et amusante : le vieux français marquait l’époque, les expressions anglaises la géographie et le ton un peu décalé.

Alors voilà,

un avis un peu mitigé pour une BD surprenante.

J’en suis ressortie un peu troublée :  » est-ce vraiment bien, est-ce que j’ai vraiment aimé ? « . Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus fantastique, avec une histoire de spectre plus présente, mais je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé.

Une ambiance particulière, et de beaux dessins, et ça m’a suffit pour l’apprécier ! 😉

L'Ecosse en BD : Whaligoë

A retrouver également dans l’Edition Spéciale Ecosse :

Sommaire : pourquoi l’Ecosse ?

Les contes et légendes d’Ecosse – Le Dragon des Mers

Sherlock Holmes

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.