La Belle et la Bête – Christophe Gans, 2014 : plus proche de la version de Mme de Villeneuve

Alors oui, j’ai pas mal blablaté là-dessus dans l’article d’hier sur les adaptations de La Belle et la Bête de Cocteau et de Disney, Morgana l’a bien précisé aussi : la version du conte la plus connue est celle de Madame Le Prince de Beaumont. Celle de Madame de Villeneuve, pourtant plus ancienne et donc qui aurait pu faire office de version « fondatrice » est un peu oubliée. En même temps, elle triche un peu : écrire son conte comme une histoire racontée à l’intérieur même de son roman, ce n’est sans doute pas le mieux pour qu’on se souvienne bien du conte ! :p

Et pourtant, quelques irréductibles gaulois, peut-être qui en avaient assez de la version Disney, peut-être qui trouvaient jolie la version de Madame de Villeneuve, ou pour toute autre raison, ont adapté cette version. Eh oui ! L’honneur de Madame de Villeneuve est sauf :D. Je vais aujourd’hui parler de la plus connue d’entre elle : La Belle et la Bête de Christophe Gans avec Vincent Cassel et Léa Seydoux (et des fantômes de chiens chelous).

L’influence de Cocteau est malgré tout présente.

Je suis sûre que vous êtes soulagé que ce cher Jean ne soit pas totalement passé à la trappe. 😀
Même si la demeure de la Bête est moins « explicitement vivant » que dans les versions dont je vous ai parlé hier, – non toujours pas de chandelier qui chante, même pas un petit bras qui sort de la table pour vous servir du vin, désolée – on sent malgré tout que le château est imprégné de quelque chose de magique et qu’il est lié à la Bête : les lumières s’allument toutes seules, les rideaux flottent, des espèces de petites créatures mi-adorables, mi-creepy suivent Belle un peu partout, et même les statues du jardin prennent vie pour devenir des Géants de pierre défendant leur maître.


Tous ces choix pour donner vie au château m’ont bien convaincue, à part peut-être les petites créatures, qui me semblaient sortir d’un autre film tant j’ai trouvé leur esthétique différente du reste du film … Mais bon … ça reste mignon …

Et puis je trouve qu’on retrouve un peu la déesse Diane qui intervient à la fin de la version de Cocteau, avec ces biches et ces cerfs. :p Autre grosse grooooosse influence, c’est … le lion ! Eh oui Morgana l’a dit, j’en ai rajouté une couche : avant Cocteau, la figure du lion n’avait pas le monopole dans La Belle et la Bête … Bon maintenant, j’imagine difficilement une adaptation sans lion tellement il s’est fait sa place dans l’imaginaire collectif. Il faut croire que le lion à ce quelque chose d’attachant et de séduisant que l’éléphant à écailles de Villeneuve n’a pas … (ah bon?)

Bon ok je crois qu’on a compris 😀

Mais alors, les parties de conte qui ont été oubliées des autres adaptations, dans tout ça ?

Ce sont des éléments qui m’ont surprise lorsque j’ai vu le film, car je ne connaissais que les autres versions, et qui m’a bien plu. De minuscules petites fées lumineuses viennent dans la chambre de Belle durant son sommeil pour lui souffler des rêves. Ses rêves, et plusieurs « fenêtres » magiques sur le monde lui donnent l’occasion de découvrir ce qu’il s’est passé avant que le Prince soit une Bête toute poilue 😀 Ceci dit, pas besoin de crinière pour que ce prince soit odieux, il m’a été franchement plus sympathique sous sa forme de lion !

J’ai vraiment adoré l’esthétique de cette adaptation.

Les roses qui envahissent réellement le château, les robes magnifiques de Belle, les plans, les couleurs, Vincent Cassel… (comment ça il est pas censé faire partie de l’esthétique ? o:))

J’ai également aimé le dénouement de l’histoire racontée dans les rêves de Belle, mais si j’ai parfois trouvé qu’ils trainaient un peu en longueur et qu’on aurait aussi bien compris sans tant de détails … et puis le fait que la Bête n’est pas si agréable que ça au départ. Dans la version de Disney, il est agressif, mais on dirait simplement que c’est car il est maladroit à force de ne plus voir personne, dans la version de Cocteau, il est un peu dégueu avec son espèce de bave autour de la bouche :D, et là, il m’a paru surtout inquiétant, arogant, et j’ai trouvé plus crédible avec la raison pour laquelle il a été puni et changé en Bête. J’ai l’impression que la morale se centre ici plus sur la Bête plutôt que sur Belle, et vraiment, j’ai bien aimé !

Cette version n’est bien sûr pas parfaite, mais je l’ai vraiment appréciée. Un vrai mélange des différentes versions écrites et des versions cinématographiques précédentes pour un vraiment sympathique et magique !

Réécritures du conte

Bon, ces trois petits articles sont loin d’être exhaustifs mais ça nous a bien plu de faire un petit tour des versions écrites et cinématographiques les plus connues de La Belle et la Bête et de voir comment elles ont pu s’influencer les unes les autres, parfois de manières très différentes, et qui peuvent être encore bien différentes si on s’intéresse aux versions moins connues ou à celles d’autres pays. (Peut-être que je reparlerai d’adaptation ciné de La Belle et la Bête une prochaine fois mais pour l’instant Morgana comme moi faisons un peu une overdose :D).

Avec toutes ces réécritures, réadaptations et détournements, on renoue un peu l’essence même du conte. Bien sûr, aujourd’hui tous ces films et écrits nous éloignent carrément de la tradition orale mais on la retrouve un peu dès lors que chacun en déforme les récits et se les approprie. 🙂

Sur ces bonnes paroles, le Défi Deedr du mois de novembre illustre bien ça, et les participant-es ont super bien joué le jeu. Alors pour plus de réécritures de contes, c’est par ici ! 😉
Et pour notre part, on continuera ce mercredi avec tout plein de réécritures de contes plus farfelues les unes que les autres : Peau d’Âne, Hansel et Gretel, Le Petit Chaperon Rouge, tout le monde y passe 😀

 

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

16 Comments on “La Belle et la Bête – Christophe Gans, 2014 : plus proche de la version de Mme de Villeneuve

  1. Je n’ai jamais vu cette version et je n’en avais pas vraiment l’intention, mais vous venez de me faire changer d’avis ! Je suis plutôt intriguée maintenant… Par conte, il va falloir que je fasse abstraction de Léa Seydoux…

    • Ahaha ! Contente de voir que je ne suis pas la seule à avoir du mal avec Léa Seydoux ! x) Ya toujours aussi peu de contraste d’émotions quand elle joue mais bon, on va dire que ça donne à Belle un air mystérieux :p

        • Aha mince ! pourtant c’était une façon de dire que c’était pas si gênant :p En plus les costumes et décors sont tellement beaux que je regardais plus les robes et les roses que les acteurs en fin de compte ^^

  2. Bien d’accord avec tout ce qui a été dit ! Y a des défauts certes, mais pour moi ça fait vraiment partie de ces films qui me font pas mal rêvé (la réal et le chef déco ont fait un boulot dingue) et qui se rapproche du conte. Je préfère largement cette adaptation à celle qu’en a fait Disney avec son film Live “je-reprends-tous-les-plans-du-dessin-animé-parce-que-fuck-l’originalté-hein”.
    Ce que je vais reprocher peut-être c’est finalement l’histoire d’amour qui est… bah disons que pouf comme ça elle est amoureuse de lui ? Y a pas une transition entre “‘tain il dégueu le mec, j’l’aime pas” à “wow c’est l’homme de ma vie j’dois le sauver” ? Même si les rêves sont là pour faire la transition, remarque… En fait faut trop que je le revois.

    • Complétement, je n’ai pas compris ce qu’apportait la version live de Disney, si ce n’est faire du fric, remettre les chansons et caler Emma Watson. J’ai apprécié le voir mais ni plus ni moins que le dessin animé en fait.
      Je suis entièrement d’accord avec toi, c’est presque dérangeant du coup, on dirait que c’est sous l’effet des cadeaux qu’elle succombe à son “charme” ^^ Je suis d’accord que c’est un peu trop rapide sur cette transition. Mais les plans sont tellement beaux … 😀 (je passe généralement beaucoup de choses à un film qui me plait visuellement, un peu trop parfois même :D)

  3. Pas encore vu ce film, car j’ai du mal avec Vincent Cassel moi ^^ Mais, tu m’as vraiment donné envie de tenter quand même.

    • Je peux tout à fait le comprendre ! Dis-toi que pour une fois il ressemble plutôt à une grosse bête poilue pendant plus de la moitié du film, ça peut peut-être aider à faire passer le casting 😀

  4. Je n’ai pas vu cette version non plus (comme je le disais dans un précédent commentaire, je suis à la ramasse concernant les adaptations (ou les livres (ouais je suis complet à la ramasse tout court en fait^^)) de la Belle et la Bête), et c’est vrai qu’esthétiquement ça a l’air très beau !
    Merci pour ces super articles, je me suis régaléééée =D

    • Bah écoute, du coup tu as plein de choses à découvrir, c’est plutôt pas mal :p Avant de me mettre à l’écriture de ces articles je n’avais vu que le Disney dessin animé. Et le Cocteau mais j’en avais un souvenir très flou. Donc ce n’est que depuis très récemment que je suis un peu moins à la ramasse :p
      Vraiment très contente que la série d’articles t’ait plu ! On essaiera de faire des articles thématiques comme ça de temps en temps. C’est beaucoup de boulot mais ça nous permet de découvrir plein de choses ! 🙂 Bisouus !

  5. Contrairement à beaucoup, j’ai adoré ce film ! 😀
    Je n’avais pas fait le lien mais c’est vrai qu’il est bien fidèle à la version de Madame de Villeneuve (enfin du moins des bouts dont je me souviens).

    • Effectivement j’ai entendu et lu beaucoup d’avis négatifs également, mais je suis d’accord avec toi, je l’ai beaucoup aimé ! Je ne sais pas trop ce qui a déplu .. la version très différente de celle de Disney qu’on connaît en général y est peut-être pour quelque chose .. je ne sais pas…

  6. Perso je n’ai pas trop apprécié ce film (meme pas vu en entier) que j’ai trouvé un poil inquiétant !

    • C’est vrai qu’il est un peu inquiétant. Je crois que c’est ce qui m’a plu justement, ça fait moins édulcoré que la version Disney, et je l’ai trouvé vraiment bien esthétiquement. Après je comprends qu’on puisse moins apprécier ! Tu as vu la version de Cocteau ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.