La Forêt Millénaire – Jiro Taniguchi

J’étais persuadée avoir déjà parlé de Jiro Taniguchi, du Promeneur, très exactement. Quand je dis persuadée, c’est que j’en aurai mis ma main à couper et mon chocolat à fondre ! Et en fait non, je n’en ai jamais parlé sur le blog, et ça m’a beaucoup frustrée ! Heureusement je vais pouvoir me rattraper aujourd’hui.

De Jiro Taniguchi, j’ai lu Le Promeneur et Furari : Au gré du vent. Autrement dit, pas grand chose sur l’immense bibliographie de ce grand mangaka qui siège dans les étagères mangas graphiques de nos librairies françaises. Comme dirait mon frère quand on a commencé à s’intéresser au manga … « on ne voit que lui ! ». Ouaip, c’est un peu ça, mais il y a de quoi ! 😀

Faute d’en avoir parlé sur le blog, j’avais gardé un souvenir très distinct de ma lecture du Promeneur. Une ode à la flânerie, un appel à prendre le temps de vivre. J’avais fermé le livre avec l’envie de faire attention à tout, autour de moi, et j’avais vu mon trajet quotidien maison-travail avec un autre regard. En soit, il ne se passe pas grand chose, dans Le Promeneur, mais c’est une lecture qui m’avait fait un bien fou, et qui, pour un temps en tout cas, avait changé ma façon de voir la vie !

C’est pour ça que, bien que je ne puisse pas prétendre bien connaître cet auteur, l’annonce de son décès en début d’année m’a fait tout bizarre, j’ai vraiment eu l’impression que c’était un grand poète, par sa façon de voir les choses et de les représenter, qui s’éteignait.

Alors voilà, quand La Forêt Millénaire a été édité, il m’a paru inévitable de le lire !

Vous l’aurez compris, La Forêt Millénaire est un ouvrage posthume – ce qui ajoute une dimension un peu particulière et nostalgique à la lecture – et une histoire inachevée. En effet, ce n’est pas très clair avant de lire le livre et les notes explicatives, c’est un peu dommage d’ailleurs, mais La Forêt Millénaire était censé être le premier tome d’une série de 3 à 4 livres. La fin de l’histoire arrive donc un peu subitement avec un brin de tristesse pour cette série prometteuse qui restera en suspens.

Toutefois, l’éditeur a bien fait les choses, puisqu’un livret très complet est proposé à la fin de la lecture : entretien avec l’éditeur japonais et les professionnels qui ont connu Jiro Taniguchi, des croquis de l’auteur pour ce tome et les suivants, et même des éléments du découpage des tomes suivants. En gros, le livret raconte succinctement la suite de l’histoire, ce qui permet de consoler les lecteurs les plus frustrés 😉 On y apprend également comment cet auteur travaillait avec ses éditeurs, en France comme au Japon, les différences de contraintes d’édition qu’on peut rencontrer dans les deux pays, notamment sur ce format à l’italienne (paysage), courant en France mais quasiment invendable au Japon … Très instructif et intéressant donc, et cela complète bien l’ouvrage !

Tout ce contexte a fait de ma lecture une expérience particulière. La fin reste évidemment (très) ouverte, mais, passée la surprise, je crois que ça ne me dérange pas tant que ça, cela permet de s’inventer ce qu’on veut pour la suite, surtout aidé par les croquis des tomes suivants. Ce que je veux dire c’est que ça pourrait presque faire une courte BD avec une fin en suspens, à la manière d’une nouvelle en cases et phylactères … à la différence que certains détails n’auraient pas été apportés pour une forme pensée courte comme celle-ci mais … bref, ça ne m’a pas empêchée d’apprécier ma lecture ^^

La Forêt Millénaire, telle qu’elle est dans sa forme éditée, raconte l’histoire d’un jeune garçon qui a la capacité de communiquer avec tous les êtres vivants : arbres, animaux … uniquement par la pensée. En parallèle, un séisme laisse apparaître une forêt sous la forêt … cette forêt découverte est peuplée d’animaux fantastiques, qu’on ne fait qu’apercevoir dans l’histoire mais dont on découvre de très beaux croquis dans le carnet en suivant.


Beaucoup de poésie encore une fois entre les traits et les pages de Jiro Taniguchi. La forêt, le vert, sont vraiment omniprésents, et grâce au format à l’italienne, j’ai vraiment eu l’impression que la végétation était partout lors de ma lecture. Sans aucun doute, la série entière aurait été très belle, mais j’ai aussi beaucoup apprécié avoir à m’inventer ma propre suite, mon propre univers. Le travail de Taniguchi est tellement doux et maîtrisé que ce récit inachevé ne peut que stimuler l’imagination.

 

La publication de cette histoire laissée en suspens me paraît être une jolie manière de dire aurevoir à ce grand auteur, même si j’aurai préféré savoir le récit inachevé avant de commencer le livre – je l’aurais perçu autrement et n’aurai pas été frustrée à la fin, j’aurais plus rapidement ressenti tout ce que je vous ai décrit dans l’article je pense.

Un livre d’une grande délicatesse, tout en couleur, qui m’aura laissé un petit pincement au cœur et qui m’aura convaincue à poursuivre ma découverte de cet auteur et de son univers si tendre et si riche. Alors comme il est noté au début du communiqué reçu avec l’ouvrage : « Mille mercis, Taniguchi-sensei. »

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

6 Comments on “La Forêt Millénaire – Jiro Taniguchi

  1. Ohlala, ce vert, c’est bôôôô ♥
    (Voilà, c’était le commentaire constructif de la soirée, ne me remerciez pas ^^.)

    • Mais siiii c’est constructif !! 😀 Tu as raison, ce vert fait beaucoup de l’ambiance du livre, de sa poésie, et j’étais tellement immergée dedans ! ^^

  2. Oooh bon sang il est trop touchant ton article !
    Je ne connaissais pas cet auteur, merci pour la découverte, j’ai très envie d’aller le découvrir ♥

    • Je n’étais pas trop sûre qu’il soit bien, cet article, au début (car très différent de ce que j’écris d’habitude), mais c’est ce que Morgana m’a dit oui : c’est tout l’avantage d’être deux sur le blog ! ^^ Merci beaucoup en tout cas, ça me touche 🙂 Et si tu lis certains de ses ouvrages n’hésite pas à nous dire ce que tu en as pensé, je suis curieuse ! Il a fait des choses un peu variées, à voir ce qui pourrait te plaire dans sa bibliographie.

  3. J’adore ce genre de livres, même si je n’ai pas lu celui-là (je ne le connaissais même pas, alors merci pour la découverte :-P).
    L’histoire a l’air très intéressante en tout cas. Par curiosité, le livre comporte combien de pages ? Comme l’histoire est inachevée, on peut s’attendre à tout j’imagine. 😉

    • Il vient tout juste de sortir, le 27 exactement.
      L’histoire est intéressante même si seuls les prémices sont posés. Le tome 1 est complet, et fait une cinquantaine de pages (lu très vite car peu de texte). Et avec le dossier, le livre entier fait 72 pages je crois 🙂
      Tu as lu d’autres livres de Taniguchi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.