La Maîtresse de Rome – Kate Quinn

La Maîtresse de Rome - Kate Quinn

Encore une fois, je reviens vers vous avec un roman conseillé par Stella. Eh oui. Je fais ce que je peux mais, que voulez-vous, elle a un talent de persuasion assez impressionnant cette Stella.

 

"La maîtresse de Rome" est le 1er tome d'une série se déroulant… à Rome. Eh oui, pas de piège dans le titre. Nous sommes au 1er siècle, et nous faisons la connaissance de Thea, jeune esclave juive au service de Lepida, une noble aussi belle que stupide mauvaise. Ce roman, c'est la vie pleine de péripéties de Thea, c'est surtout sa rencontre avec Arius, le gladiateur le plus apprécié de Rome.

 

La narration du roman est assez particulière : elle alterne les points de vue de Thea, Arius et Lepida, ainsi que des passages à la troisième personne. Directement, cela donne un rythme assez vif à l'histoire, chose que j'ai beaucoup appréciée. Résultat, je ne me suis pas ennuyée une minute, quoique j'ai mis un moment avant d'entrer réellement dans l'histoire. Ce fait vient d'une seule chose : j'ai beaucoup lu de romans historiques à une époque et ce n'est plus vraiment un genre vers lequel j'ai envie me tourne dernièrement. Alors il est vrai que j'ai mis un moment avant de retrouver le plaisir d'un bon roman de ce genre là car, en effet, je trouve "La maîtresse de Rome" très réussi. A partir de la moitié du livre, j'ai eu des difficultés incroyables à le lâcher tant je voulais savoir ce qu'il allait advenir des héros.

 

Le cadre et l'ambiance sont particulièrement réussis. On sent que l'auteur s'est beaucoup documentée à ce sujet sans que cela fasse "documentaire", ce qu'il m'est arrivé de repprocher à plusieurs livres de ce genre. Disons-le, je me suis immédiatement sentie à Rome, au Ier siècle, dès la première page.

 

Venons-en aux personnages : au début du roman, Thea et Lepida sont âgées de 14 ans. Le comble étant que l'esclave est plus cultivée (et intelligente) que la maîtresse. C'est pourquoi, d'une manière générale, j'ai passé mon temps à trouver Lepida tout bonnement ridicule. Kate Quinn a créé un personnage que j'ai adoré détester. Lepida est belle, soit, mais elle m'a paru absolument stupide à maintes reprises. Thea est pour ainsi dire son antithèse, d'où l'intérêt de la confrontation des deux personnages. Arius est également un personnage complexe dont j'ai aimé suivre l'évolution. Cette dualité entre son horreur de tuer et à la fois sa soif de meurtre (le "démon intérieur" qui lui parle) était intéressante.

Cependant, je dois avouer que leur histoire d'amour ne m'a pas tant séduite que cela : son alchimie n'a pas su me toucher. Elle était jolie, je l'ai bien aimée, mais j'ai préféré suivre les personnages séparément qu'ensemble. Je terminerai en disant que la galerie de personnages secondaires est vraiment réussi, avec une mention particulière à Marcus, Justine et Vix.

 

Pour conclure, "La maîtresse de Rome" est un roman que j'ai dévoré. Je n'ai pas eu un coup de coeur pour cette histoire dans le sens où je doute que le livre me marque sur le très long terme, mais je le conseillerai volontiers car c'est un roman historique que je trouve très, très bon. Je suis passée par toutes sortes d'émotions en le lisant, j'ai eu le sentiment de voyager, j'ai aimé l'écriture de Kate Quinn et le rythme de l'histoire, bref, un très bon moment de lecture.

 

Note : Nous ne sommes pas responsables de l'apparition de publicités sur le blog. Vous pouvez télécharger AdBlock Plus pour ne plus voir les plus gênantes ! (logiciel gratuit et bien utile partout sur internet !)

 

____________________

 

Et retrouvez-nous sur Facebook et Twitter

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

4 Comments on “La Maîtresse de Rome – Kate Quinn

  1. Au final, nos avis sont assez similaires en effet ! C’est assez amusant car je ne me souvenais pas du tout du contenu de ta chronique (si ce n’est "il est bien, lisez-le" :D) et je suis donc assez surprise. Je suis allée la relire du coup 😀
    Merci pour cette petite info glissée comme une "vile tentatrice" de ta trempe le doit :p Non, sérieusement, je l’avais déjà vu et je suis bien contente de cette nouvelle car Vix faisait partie de mes chouchous. Je l’achèterai dès que je pourrai !
    Bisous et bon dimanche à toi aussi Stella 🙂

  2. Je suis bien contente que tu l’aies apprécié 🙂 J’ai mis aussi du temps à entrer dans l’histoire, mais une fois "dedans" c’est vraiment addictif. Et pour Lepida, c’est pile poil ça, un personnage que l’on adore détester. D’ailleurs c’est ce qui manque dans les 2 autres romans de Kate Quinn. Je suis d’accord aussi sur la romance, ce n’est pas l’essentiel du roman, j’en garde plutôt la galerie et personnage et cette sensation d’être dans la Rome du Ier siècle. Les deux autres romans sont d’ailleurs moins centrés sur les romances, et plus sur les intrigues autour des empereurs. Et juste pour info "L’impératrice des sept collines", avec cette sale canaille de Vix, est déjà sorti en poche 😀 (sourire angélique). Bisous bon dimanche!

  3. Vraiment un roman historique sympa, oui ! 🙂 Il faut que je lise la suite, depuis le temps… 😀

  4. J’avais beaucoup aimé ce livre également 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.