La valse lente des tortues de Katherine Pancol

La-valse-lente-des-tortues.jpg

 

Roman de Katherine Pancol, 2008

  

  

Présentation de l’éditeur

Ce livre est une bourrasque de vie… Un baiser brûlant du seul qu’on ne doit pas embrasser… Deux bras qui enlacent ou qui tuent… Un homme inquiétant, mais si charmant… Une femme qui tremble et espère ardemment… Un homme qui ment si savamment… Une femme qui croit mener la danse, mais passe son tour… Des adolescents plus avertis que les grands… Un homme qui joue les revenants… Un père, là-haut dans les étoiles… qui murmure à l’oreille de sa fille… Un chien si laid qu’on s’écarte sur son passage… Des personnages qui avancent obstinément… comme des petites tortues entêtées… qui apprendraient à danser lentement, lentement… dans un monde trop rapide, trop violent…

 

 

Petite présensation personnelle :

  

Joséphine, maintenant sortit de ses ennuis d’argent grâce au succès de son livre, se retrouver seule avec Zoé dans son grand appartement situé dans un beau quartier de la capitale. Hortense est partie à Londres dans une école de stylisme très réputée, et  découvre que, malgré la carapace qu’elle s’est construite, elle ressent des sentiments, surtout quand Gary n’est pas très loin…

 Depuis la mort d’Antoine, -mais est-il véritablement mort ?- Jo entretient une relation plus ou moins chaotique avec le beau Luca, et pourtant… son coeur défaille dés que Philippe, son beau-frère, est dans les parages…

  

Au milieu de cela, un tueur sévit dans son quartier et s’en prend à plusieurs personnes de l’entourage de Jo… qui peut-il bien être ?

  

______________

 

 

Autant je dois avouer ne pas avoir été absorbée par la lecture du premier tome, autant le second m’a plus captivée, et puis, en tant qu’amatrice de policier le fait de mêler une intrigue au milieu de tout cela pimente bien, et je dois avouer avoir été surprise ! pensant que tout allait être d’une simplicité enfantine. Mais non, l’auteure distille bien le tout, petit à petit…

 

 

Joséphine, toujours égale à elle-même, continue son petit bonhomme de chemin, se détachant de Luca pour se rapprocher de Philippe.

Pour ma part, je dois avouer avoir dés le départ aimé par le personnage de Luca, bien trop mystérieux pour être net ! Du coup, je suis un peu déçue, car j’aurais aimé plus de moments avec lui.

 Ca doit être mon truc, les « beaux et mystèrieux personnages complètement skyzophrènes » 😀

 

N’ayant aucun atome crochu avec Iris depuis le début, je n’ai en rien été bouleversée par tout ce qui lui arrive… 

 

J’ai vu que le « cas Junior », dérangeait beaucoup. Pour ma part, même si j’ai trouvé cela vraiment « trop » à certains moments, ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Ca allait dans le sens de l’histoire… Tout cela m’a bien fait rire, même si je ne suis pas sûre que ça en été le but… hum 😀

 

Un personnage que j’ai découvert est celui d’Hortense, que j’ai vraiment apprécié dans ce volume !

Sans oublier Gary… ahhhh, Gary 😀

Je les aime tous les deux, ensemble, il forme un »tout » je crois !

 

Le rythme est assez inégal, mais cela m’a moins dérange que dans le premier volume. La grande accélération à la fin était, pour moi, nécéssaire.

 

J’ai toujours autant de mal avec les « personnes connues » que croisent les personnages (la famille royale, Kate Moss, Jean-Paul Gaultier qui tombent du ciel rien que pour les beaux yeux des personnages…), ça a tendance à m’irriter sur le coup. Je n’aime guère quand dans les histoire la réalité s’obstine à vouloir rejoindre la fiction. Mais c’est un avis très personnel, sur ce coup là. 😉

 

En tout cas cette série m’aura fait passer un bon moment sans prise de tête.

 

S’il était évident pour moi de lire ce second tome, j’hésite énormément à lire le troisième. Les personnages m’ont livrés beaucoup de leurs secrets, et si quelques pistes à exploiter subsitent, je ne suis pas sûre d’avoir envie de les connaître.

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.