Le Cirque des Rêves – Erin Morgenstern

Le Cirque des Rêves - Erin Morgenstern

.

J’ai enfin lu Le Cirque des Rêves.

Je répète car je ne crois pas que vous réalisez vraiment l’importance capitale de cette révélation côté de ça, l’identité du père de Luke Skywalker, c’était rien du tout) : j‘ai enfin lu Le Cirque des Rêves.

 

Ce livre fait partie de cette catégorie particulière que je veux lire dès l’annonce de sa sortie, et que je n’arrive JAMAIS à me procurer. Du genre à chaque fois que je peux aller l’acheter, il est soit en rupture de stock, soit la librairie est fermée pour inventaire, soit mon train est annulé pour cause de grève, soit une météorite est tombée sur la ville (au minimum)…

Au bout d’un moment, mon cerveau a renoncé et a tout simplement oublié que je voulais lire ce bouquin.

Et puis, fin d’année dernière, Eirilys a publié sa chronique dessus. Là, je me suis soudainement rappelé que je voulais le lire. Et vous savez quoi ? 3 jours plus tard environ, je ressortais d’une librairie avec Le Cirque des Rêves sous le bras (comme une baguette de pain)(pourquoi j’ai écrit ça, moi ??).

 

« Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les réverbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors qu’hier il ne l’était pas. » Sous les chapiteaux rayés de noir et de blanc, c’est une expérience unique, une fête pour les sens où chaque visiteur peut se perdre avec délice dans un dédale de nuages, flâner dans un luxuriant jardin de glace, s’émerveiller de la souplesse de la contorsionniste au tatouage et se laisser enivrer par les effluves de caramel et de cannelle qui flottent dans l’air. Bienvenue au Cirque des Rêves. Cependant, derrière la fumée et les miroirs, la compétition fait rage. Deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s’affrontent, rivalisant d’audace et d’imagination, dans une sorte de combat magique, pour lequel ils sont entraînés depuis l’enfance par leurs étranges et lunatiques professeurs. […] »

 

L’histoire en elle-même n’est probablement pas ce que je retiendrai le plusLe récit se déroule tranquillement, il n’y a pas une action haletante, et pourtant j’avais du mal à lâcher le livre.

D’un chapitre à l’autre, on peut se retrouver 10 ans avant ou 10 ans après l’action qu’on vient de quitter. L’auteure nous balade dans le temps et l’histoire du cirque et crée ainsi un petit rythme bien sympathique.

 

Par contre, je suis ressortie un peu déçue de la fin, dont j’attendais beaucoup. Elle n’est pas mauvaise, mais j’avais envie d’assister à un crescendo jusqu’à un final qui me toucherait vraiment… ça n’a pas vraiment été le cas. J’ai été touchée, mais pas plus que par le reste du récit.

Malgré tout, j’ai apprécié découvrir peu à peu les mystères autour de l’existence du Cirque des rêves… même si la plupart des révélations finales ne sont guère surprenantes. Ce n’est pas ce qui me semblait le plus important.

 

 

Le Cirque des rêves, c’est plus une ambiance qu’autre chose.

 

On entre dans cet univers et on se laisse porter… ou pas. Je crois que notre appréciation du livre dépendra sûrement de si l’on aime ou non cette atmosphère. C’est plein de mystère, de magie avec un soupçon de mélancolie, et les jolies descriptions stimulent notre imagination. On notera d’ailleurs l’aspect très sensitif de l’écriture : les odeurs (surtout celles de chocolat… mais je dis ça comme ça, hein), les bruits… tout ça en est une part importante.

On se figure ce monde en noir et blanc, une bichromie (<– élu mot alambiqué de l’article) à l’image des deux camps qui s’affrontent dans le cirque.  

 

Les personnages m’ont parus taillés sur mesure pour cette ambiance. Eux aussi sont mystérieux, ont des motivations et des réactions parfois surprenantes. Les deux principaux, Marco et Celia, ont des scènes communes plutôt rares mais particulièrement jolies ; l’auteure a réussi à créer une bonne alchimie entre ses deux personnages. La galerie de personnage secondaire est très réussie également, et heureusement d’ailleurs car ils sont très souvent présents !

 

 

Un livre à l’univers atypique, dans lequel je suis volontiers entrée (tu m’étonnes, ils parlent de caramel et de chocolat toutes les 12 pages…). J’ai des reproches à lui faire, mais je ne regrette en rien ma lecture car ça valait le détour (<– super argument). L’auteure a réussi à me faire croire que le Cirque des Rêves existait quelque part, et ça, c’est quand même assez fort, non ? 😉

 

 

Je ne suis pas du genre à réclamer une adaptation mais, pour le coup, je pense qu’avec une telle ambiance il y aurait de quoi faire un joli film, d’ailleurs. Vous en pensez quoi ?

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

8 Comments on “Le Cirque des Rêves – Erin Morgenstern

  1. Oui, mais c’est intrigant à la fois, donc je trouve ça plutôt bien géré car ça aurait pu juste décourager !
    Ah, je suis ravie de voir que quelqu’un partage mon avis, ce livre est tellement « visuel » !
    -Morgana-

  2. C’est vrai que le rythme durant les premières pages peuvent dérouter : on n’arrive pas à établir une ligne de temps (enfin, c’est comme ça que je le traduis). Ah, ‘c’est toute une ambiance !’, exactement. Je suis d’accord avec le fait que visuellement, il serait adaptable en film 🙂

  3. Alors n’attends plus, et pars à la rencontre de Marco et Célia ! 😉
    -Morgana-

  4. Coucou ta chronique ma vraiment donne envie de sortir se livre de ma pal

  5. On est bien d’accord Mina 🙂
    -Morgana-

  6. Tu as raison, c’est vraiment une ambiance qui ressort de ce titre. J’en garde un excellent souvenir (^-^)

  7. Ça me rassure, je vois que je ne suis pas la seule à avoir attendu biiiiiien longtemps avant de le lire ! 😀 Je t’encourage à te lancer enfin ! 🙂
    -Morgana-

  8. C’est un roman qui me tente depuis sa sortie mais je ne l’ai toujours pas lu. Ta chronique me donne envie de me plonger dedans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.