Le dernier Jardin : Tome 1, Ephémère – Lauren DeStefano

Ephémère

 

Quatrième de couverture :

 

L’humanité croyait son avenir assuré.
La science avait créé des enfants parfaits, immunisés contre toutes les maladies. Mais qui pouvait imaginer le prix à payer ?
Car désormais, personne ne survit au-delà de vingt-cinq ans.
Le monde a changé.
Pour les jeunes femmes, la liberté n’est plus qu’un souvenir. Au nom de la survie de l’espèce, elles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames.
Rhine a seize ans. Quand elle se réveille dans une prison dorée, elle n’a qu’une idée en tête : fuir. Qu’importe l’amour que lui portent son mari et ses soeurs épouses.
Quand on n’a que quelques années à vivre, la liberté n’a pas de prix.
 
__________
 
 
J’avais parlé Ici  de mon envie de lire ce livre, j’ai donc craqué à peine deux jours après sa sortie, que j’attendais de pied ferme. La Dystopie est un genre qui m’attire, mais je craignais une sensation de « déjà vu », de quelque chose de moins fort qu’avec Hunger Games… il en est tout autrement et ce, pour la simple et bonne raison qu’Ephémère n’a rien à voir avec la série de Suzanne Collins. L’idée, les valeurs sont là, mais traitées tellement différemment que mes craintes se sont avérées infondées.
 
Une troisième guerre mondiale a détruit tous les continents, sauf les Etats-Unis.
 
Dans ce monde, la science à créée des êtres humains parfaits. Plus de maladies, une grande espérance de vie, voilà ce à quoi ont accéder ces êtres appelés « Première Génération ». Seulement voilà, il s’avère que leur descendance ne dépassera jamais les vingt-cinq ans pour les hommes, et vingt ans pour les femmes.
Rhine a 16 ans. Elle vit à Manhattan avec son frère Rowan, jusqu’au jour où elle est enlevée. Cela n’a rien d’exceptionnel, au fond; tant de jeunes femmes disparaissent pour être vendues à de riches propriétaires, afin de veiller à la survie de la race. 
Elle sera rachetée par un gouverneur domanial, Linden, âgé de vingt et un ans, comme elle de la génération suivante, et donc condamné. Elle fera la connaissance de ses soeurs épouses : Cecily, treize ans, frivole et tellement aveugle, et Jenna, dix-huit ans, belle jeune femme tellement grave, à laquelle on ne prête pas vraiment attention mais qui en sait tellement plus que ce qu’elle ne veut dire. Il y aura aussi Gabriel, domestique assigné à l’étage des épouses…
 
Le tout se déroule dans le somptueux domaine de Linden, qui dégage une impression de fausse perfection…
 
Chacun doit grandir très vite, comme Deirdre, la petite servante de Rhine le prouve… l’enfance leur est en quelque sorte refusée, ce qui donne des personnages très matures pour la plupart, à quelques exceptions près, comme Cecily et Linden. J’ai vraiment aimé Jenna, qui est sans doute un de mes personnages préférés, et Rhine est une héroïne agréable : elle n’a rien de carrément exceptionnel, elle est l’une de toutes ces jeunes femmes que l’on prend pour des sortes d’objets malgré son envie de liberté, ce qui m’a fait me sentir plus proche d’elle et ses réflexions.
 
Le ton est très mélancolique, sans verser dans le dramatique, et mon coeur était serré tout le long de ma lecture : comment une telle histoire peut-elle se finir ?
 
Beaucoup de délicatesse et de poésie, comme quoi, la Dystopie, ce n’est pas que des combats armés, mais aussi un combat psychologique.
 
Il est évident que je déconseille Ephémère aux amateurs de bonne grosse action, c’est une oeuvre que j’ai trouvé assez intimiste, sorte de journal d’une condamnée qui tente le tout pour le tout, pour ne rien regretter.
 
Dernier mot, et ce sera mon côté un peu superficiel qui parle : je trouve la couverture, et même le design sublime, très représentateur de la délicatesse de l’histoire, et qui en font à mon sens un magnifique livre-objet. Le titre me plait énormément également, « Le dernier Jardin » sonne vraiment juste, grave, beau, mélancolique, mais également le titre de ce premier tome, « Ephémère », juste parce que c’est un mot que j’adore. Il y a en a certains, dont celui-ci fait parti, dont j’aime juste la simple sonnorité à l’oreille, et même l’écriture… je suis conquise par ces choix, donc.
 
Un combat pour regagner sa liberté, au parfum des fleurs d’orangers…

 

Pour Jenna, le manoir de Linden n'est rien d'autre qu'un endroit somptueux où mourir. Pour Cecily, il s'agit d'un partenariat basé sur l'amour réciproque et les enfants. Et pour moi, c'est une imposture.

Le second tome devrait arriver en vo en Février 2012, me semble-t-il, et j’ai vraiment envie de me replonger au plus vite dans le monde de Lauren DeStefano.
 

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

8 Comments on “Le dernier Jardin : Tome 1, Ephémère – Lauren DeStefano

  1. Non c’est pas du tout éphémère il y aura des chasses aux oeufs sur le blog jusqu’à la fin de notre vie 😀 *Luciole*

  2. Le 12e œuf… éphémère, comme cette chasse 🙂

  3. Vu le lapin, je crois qu’il n’est plus à ça près 😀

  4. un œuf avec des taches jaunes et rouges le lapin a du soucis à se faire

  5. « Et fée mer », pas mal, pas mal du tout ! 😀 Ça fait donc 12.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.