Le Fou et l’Assassin tome 3 : En quête de vengeance – Robin Hobb

Le Fou et l'Assassin tome 3 : En quête de vengeance - Robin Hobb

.

Je spoile, tu spoiles, il spoile… les tomes précédents 😉

Retrouvez mon avis sur le tome 1 et le tome 2.

Pour la petite histoire, lorsque nous étions en Écosse avec La Luciole, j’ai vu le deuxième tome de la série en VO dans TOUTES les librairies dans lesquelles nous sommes entrées. La Luciole avait pour mission de me rappeler que je ne pouvais pas le ramener en France pour une question de poids dans l’avion, car je perdais tout sens des réalités face à ce bouquin, pauvre Luciole 😀 Mais voilà, j’ai enfin lu la première partie de ce tome en français, quelle attente !

L’histoire reprend exactement là où elle s’était arrêtée à la fin du tome précédent (ce qui est plutôt une bonne nouvelle, si elle avait repris au début du tome 2, ça aurait juste voulu dire que je m’étais trompée et avait acheté un deuxième exemplaire de celui-ci :D).

____________

Fitz et le Fou sont de retour à Castelcerf. Le Fou est caché dans les anciens appartements d’Umbre, où il est agonisant. Pendant ce temps, Abeille a été enlevée, mais ça, nous lecteurs sommes les seuls à le savoir, car ils l’ignorent encore au château.

____________

Et c’est justement ça le principal problème que j’ai eu avec ce tome, malheureusement. Commençons par le négatif, histoire que je puisse ensuite passer aux choses sérieuses (à savoir pousser des cris hystériques : LE FOU ET FITZ SONT REUNIS LES GARS, je crois que vous ne réalisez pas trop l’importance capitale de cette information. Bref, j’ai dit que c’était après, les cris hystériques). Dans ce tome, Abeille a encore droit à quelques chapitres où elle est la narratrice. En soi, j’aime bien avoir la voix de la fille de Fitz, sauf que ça m’a posé un réel problème sur le plan du suspens : il n’y en avait quasiment aucun puisqu’on savait déjà ce qui s’était déroulé à Flétry.

Du coup, quand Fitz finit par apprendre tout ça à son tour, il interroge longuement les gens présents pour leur faire dire (et pas de manière succincte !) des choses que l’on sait depuis 200 pages. Je ne pouvais m’empêcher de me dire que c’était vraiment dommage, car si on n’avait pas déjà vécu tout ça au travers des mots d’Abeille, ça aurait été plutôt haletant comme recherches.

En effet, l’intrigue de ce tome est vraiment pas mal en soi. Sauf que tout l’arc concernant Abeille m’intéressait eh bien… la première fois qu’on me racontait les événements, en fait. La deuxième fois, j’aimais bien car c’est Fitz qui raconte, et j’aime beaucoup Fitz. Mais ça en devenait parfois longuet. Surtout que, si certains événements n’étaient pas forcément prévisibles, le fait qu’il ne voit pas du tout ce qu’est sa fille, alors qu’il a eu le Fou sous son nez durant toute son enfance… une chose est sûre Fitz, je t’aime bien, mais tu n’aurais pas pu t’appeler « Perspicacité » 😀

Par contre, tout l’arc qui concerne le retour de Fitz à Castelcerf m’a bien plus captivée. D’autant plus qu’il s’en passe, des choses, pour lui ! Certaines auxquelles je ne m’attendais vraiment pas. Ce sont des choses que je m’attendais tellement à voir se produire dans les premières trilogies, que j’avais laissé tomber l’idée qu’elles puissent arriver maintenant. La surprise n’en était que plus étrange et réussie (même si je ne sais toujours pas si je me réjouis vraiment de tout ça, j’attends de voir comment Robin Hobb gère ces changements !).

Cette fois-ci, le Fou est présent, et bien présent. Cela dit, rien à voir avec le joyeux fou albinos du roi Subtil de la première trilogie, ou avec Sire Doré de la deuxième. Cette fois-ci, il est… il est « gris ». Dans tous les sens du terme. Aussi bien physiquement que moralement. Il est traumatisé, faible, terrorisé et j’en passe.

C’est assez déstabilisant (ok, je suis COMPLETEMENT déstabilisée :D). Je ne me serais jamais attendue à le voir ainsi, et pourtant c’est assez génial de voir Robin Hobb « renouveler » son personnage, lui donner une nouvelle vie, une nouvelle facette. Assurément, il n’aura jamais autant parlé : il s’offre de ces monologues dans ce tome-là Oo Cela le rend beaucoup moins énigmatique, mais ça correspond à ce qu’il vit et c’est assez intéressant.

Mention spéciale à Umbre, que j’ai trouvé touchant par moment. Ce vieil assassin n’aura jamais fini de me surprendre 😀 Mais de manière générale, retrouver ceux de Castelcerf, que ce soit lui ou Ketricken, (voire même des personnages que j’avais oubliés, pardon personnages, je vais me priver de chocolat pendant 10-12 jours… ou heures) était vraiment agréable. Cendre est également un chouette personnage, intéressant le petit nouveau !

Maintenant, il me reste à attendre la sortie française de la deuxième partie de ce tome 2. Je suis curieuse, et j’espère que le sentiment de répétition dû aux choix narratifs se fera moins sentir, car c’est vraiment regrettable vu que l’intrigue est plutôt bien lancée et que celle-ci me plaît pas mal !

Bon… Je n’ai pas trop été hystérique finalement. J’ai parlé du Fou super calmement et tout, c’est purement fantastique. :’) Vous pourriez au moins applaudir et me couvrir de tablettes de chocolat lindt pour la peine. 😀

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.