Le noir est ma couleur, T1 : Le pari – Olivier Gay

Je sais, dernièrement, je vous parle beaucoup de jeunesse. Mais je vous avouerais que dans cette période de révisions, cela fait du bien de se plonger le soir dans un livre où l’on n’a pas besoin de relire 3 fois les phrases pour les comprendre… et encore, comprendre est un bien grand mot (Kant, si tu m’entends). De plus, j’avais voulu lire le premier roman de l’auteur, un policier, lors de sa sortie. Disons que j’ai simplement commencé différemment de ce que j’avais prévu à la base 😀

« Le noir est ma couleur », c’est un roman d’urban fantasy. Un roman d’urban fantasy que j’ai tout simplement lu d’une traite. Pourquoi ? Ahah… mystère, vous ne saurez jamais, j’emporterai mon secret dans ma tombe et… Ok, je vous raconte.

 

C’est l’histoire d’Alexandre et Manon.

Lui, le mec qui, en classe, prend la place au fond, près du radiateur, joue au poker avec ses potes en buvant de la bière. Il n’a qu’un seul défaut pour un bad boy : il a arrêté de fumer. Je sais, ça casse un peu le mythe, mais ne vous inquiétez pas, excepté ça, il a toute la panoplie du mauvais garçon. Manon, elle, c’est la toxico… ah non. Non. Bah non.

Forcément, vous savez comment ces histoire-là commencent : s’il y a un bad boy… Il y a la petite première de la classe en face.

Forcément, Manon n’est pas comme les autres… et je n’entends pas seulement par là qu’elle va transformer Alexandre en prince absolument charmant. En effet, elle possède certains pouvoirs un peu spéciaux.

Forcément, Alexandre va découvrir ce détail.

Forcément… sinon, il n’y aurait pas d’histoire, et cela aurait bien été dommage, que ce livre n’ait pas d’histoire, non ?

Donc voilà, nous rencontrons ces deux personnages-là, qui vont (forcément, haha) nous raconter leur histoire, chacun son tour ; un chapitre l’un, un l’autre l’autre.

 

Comment vous dire ?

Oui, à la base, les personnages sont deux bons gros clichés dont tant d’auteurs ont usé et abusent encore aujourd’hui. Sauf que, dès le début, cela ne m’a pas gênée, pour la simple raison que le tout est raconté avec humour. On trouve également pleins de références d’actualités, qui m’ont donné l’impression d’avoir vraiment affaire à des jeunes d’aujourd’hui. Je me suis retrouvée à pouffer de rires plusieurs fois, surtout pendant les chapitres depuis le point de vue d’Alexandre. Alexandre, le beau gosse rebelle, est très drôle, et Manon est une première de la classe avec un sacré caractère.

De plus, le système de magie est vraiment sympathique : je n’avais rien lu de similaire auparavant, et j’ai trouvé l’idée jolie.

Le rythme est entraînant ; du moins j’avais toujours envie de savoir la suite dès que j’avais fini une page. J’avais vu venir la fin, mais pas les explications apportées. J’ai baucoup aimé celles-ci, car elle transforme le scénario vu et revu auquel je m’attendais en quelque chose de bien plus intriguant… Comment va s’en sortir Manon ?

Bref, cela me donne très envie de lire la suite, car la situation finale de ce premier tome est « à peine » frustrante.

Bon, c’est quand la suite ? 😀

Le noir est ma couleur, T1 : Le pari - Olivier Gay

Et retrouvez-nous sur Facebook et sur Twitter !

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Le noir est ma couleur, T1 : Le pari – Olivier Gay

  1. Il est bien sympathique, le système imaginé par l’auteur, en effet ! Ah oui, j’imagine que ce soit les couleurs "phares" du livre ont du t’aider à l’apprécier 😀 Je suis très curieuse vis à vis de la suite, maintenant ^^

  2. Moi aussi j’ai bien accroché au système de magie ! Dans la vie, j’aime le noir et le violet… alors forcément quand tu croises ces deux "couleurs" dans le livre, cela m’a suscité une agréable surprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.