Le Pacte des Marchombres de Pierre Bottero

 

Fantasy, Trilogie de Pierre Bottero sortie entre 2006 et 2008

 

fond_ELLANA_1152.jpg

Synopsis :

  

Ellana, personnage connu pour sa place au sein de l’équipe autour de laquelle tourne l’histoire de “La Quête d’Ewilan”, et “Les Mondes d’Ewilan”, se voit là accorder le privilège d’une trilogie centrée sur elle.

Nous découvrons durant les deux premiers tomes son enfance, durant laquelle elle perdit ses parents et fut reccueillie par le peuple des Petits, puis son adolescence au cours de laquelle elle partie de chez ses protecteurs afin de découvrir le monde. C’est là qu’elle rencontrera Sayanel, qui lui offrira un mot : “Marchombre”. Mot qui transformera à jamais sa vie. Grâce à lui elle deviendra l’élève de Jilano, un grand Marchombre, et apprendra à “Arpenter la Voie Marchombre”.

Durant le troisième tome, nous reprenons l’histoire la où “Les Mondes d’Ewilan” l’avait laissé, et, ensemble, qu’ils soient Marchombre, Thüls, membres de la Légion Noire, ou Dessinateurs, tous mèneront une ultime bataille afin de libérer Gwendalavir des Mercenaires du Chaos.

_______________________

  

 

J’achève ici l’arc entreprit avec “La Quête d’Ewilan”. Il me semblait important de parler des trois trilogie successivement tant, quand on les lit dans leur ordre de parution, la progression est visible.

 

Pour moi, cette trilogie est vraiment l’apogée. Et cela me plais vraiment, car je préfère les séries qui se bonifies à celles dont les tomes sont égaux, dont l’écriture est linéaire et, sans être mauvaise, n’évolue pas. 

Une montée en puissance de l’écriture de cet auteur qui ne s’achève qu’avec le dernier mot de la dernière phrase.

  

Les deux premiers tomes où l’on découvre Ellana (qui était un de mes personnages préférés, tant elle était mystérieuse et surprenante) permettent d’apprendre à connaître le personnage, comprendre ses réactions ainsi que pourquoi Pierre Bottero lui a consacré une série : quelle personnage pour le moins atypique ! Volontaire, on sent que, quoi qu’il arrive, si Ellana le veut, elle se sortira de n’importe qu’elle situation. Il suffit qu’elle le veuille.

 

On découvre des personnages comme Sayanel, ainsi que ce cher Jilano. Ce que j’aime ce dernier ! Il dégage quelque chose qui me plais. J’aime cette façon qu’il a de se remettre en question, même quand c’est son élève qui met le doigt sur ce qui fâche, et pas de la manière la plus douce qui soit.

 

Ces deux tomes m’ont vraiment touchée, j’ai eu la sensation de quelque chose d’assez intimiste, comme si Ellana racontait son histoire sans honte ni fierté, juste ce qui avait été, et ce qui est.

J’ai versé des larmes, chose qui ne m’arrive pas souvent, malgré tous mes efforts pour que ce soit pas le cas.

 

Dans le troisième et dernier tome, c’est avec un plaisir immodéré que j’ai retrouvé mes “chouchous”, tel que Salim ou Björn ! Ou encore fait la connaissance d’Eejil et Doudou, deux personnages vraiment spéciaux, bien comme je les aime ! ( Je voudrais bien un troll comme Doudou moi… 😀 )

 

Dans ce dernier tome, c’est “l’Unité” formée par tous qui m’a frappé. Fini le coté solitaire des deux premiers tomes, maintenant, c’est tous ensemble qu’ils vont ramener cette fameuse “harmonie” en Gwendalavir.

Lorsque j’ai eu fini de lire, je m’attendais à être frustée, à vouloir en savoir plus sur ce qui allait arriver aux personnages…

Mais non.

Je me suis sentie en paix.

 

Ce qui est rare pour moi lorsque je lis une série m’ayant tant plue.

Juste heureuse d’avoir, en quelque sorte, parcourue en compagnie des personnages un si joli chemin.

Je crois que je peux dire que c’était un “Envol”, que nous proposait là Pierre Bottero. Cet Envol qu’Ellana prend lorsque son apprentissage se fini, du moins, en compagnie de Jilano.

L’auteur disparu, il n’y aurait plus de suite écrite, mais qu’importe, il disait que les personnages continuaient de vivre chez eux, en Gwendalavir, et c’est une idée qui me plait.

Et comme le disais Pierre Bottero, être Marchombre n’est pas obligatoirement être Souple, Rapide, Silencieux, mais plutôt faire sien les maître-mots Liberté, Respect, Equilibre… tout un programme en soi, mais surtout, un message qu’il nous laisse, et pas des moindres, à mon humble avis…

 

  Ellana

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

3 Comments on “Le Pacte des Marchombres de Pierre Bottero

  1. Pingback: Le Chant du Troll – Pierre Bottero, Gilles Francescano | DEEDR

  2. Bien sûr, je me souviens de l’omniprésence de la poésie Marchombre ! Tu as raison, cela apporte un charme particulier, mais je trouve également que l’écriture de Pierre Bottero avait gagné une
    jolie “maturité” : je me souviens que j’avais trouvé que tout était exprimé de manière bien plus puissante.

    Je n’ai jamais lu L’Autre non plus, un jour, peut-être…

  3. Je crois que le charme de cette trilogie, comparée aux premières, c’est cette poésie omniprésente. J’ignore si tu te souviens de ” la poésie marchombre”, je trouves ça noble cette invention : une
    liberté d’écriture, qui est proche de la liberté d’Ellana, à mon sens.

    Il existe une autre trilogie de Pierre Bottero, que je n’ai pas eu l’occasion de lire : “L’autre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.