Le Roi sombre – Oren Miller

 

Le Roi sombre - Oren Miller
Le Roi sombre - Oren Miller

.Je venais d’acheter Balles Perdues pour mon beau-père ainsi que Jardins des Vagabondes pour ma mère. La Luciole et moi commencions à nous diriger vers la sortie en trainant les pieds. Incroyable. J’allais quitter le Salon du Livre sans m’être acheté un seul livre pour moi. Tant d’abnégation et d’amour filial, ça a de quoi émouvoir, je sais. Quand soudain, surgit de nul part le stand de L’Homme Sans Nom. Ok, pas de nulle part, je vous rappelle que nous n’avions juste pas de plan et que, du coup, chaque nouvelle maison d’édition qu’on découvrait nous semblait comme tombée du ciel. Cela faisait tellement longtemps que je voulais découvrir leurs romans, je n’ai pas résisté.

Nous nous sommes retrouvées face à Oren Miller et Sébastien Péguin. Sauf que, au début, nous ne savions pas que c’était eux. Durant les 3 premières minutes environ, nous avons juste été émerveillées que ces deux personnes connaissent si bien les livres en question (sans commentaire).

Le Roi Sombre, c’est une réécriture à la sauce SF du Comte de Monte-Christo de Dumas.

Pourquoi le Comte de Monté-Christo ? “Parce que cette histoire m’obsède depuis que j’ai 13 ans et qu’il fallait donc que je fasse quelque chose“, nous a dit l’auteure.

 Une histoire de vengeance, donc.
Je n’aime pas les histoires de vengeance.
Pourquoi ai-je acheté le livre, alors ?
Parce que Oren Miller.

 Déjà, elle était habillée avec une robe à pois et portait un petit chapeau noir d’un autre époque. Et ça, c’est quand même méga cool.

Ensuite, elle nous a indiqué la meilleure page du livre, qui est la page 78. Euh… 79, pardon. Sauf qu’elle nous a vraiment indiqué la page 78 en premier lieu, qui s’est avérée être une page blanche. Ce qui nous a fait mourir de rire. On lui a même proposé de garder la page 78 comme “meilleure page” à faire lire aux personnes intéressées. Cela dit, la 79 est quand même super chouette (tant mieux pour Oren Miller d’ailleurs, car si la 78 était mieux écrit que la 79 ça n’aurait pas été très bon signe), car c’est celle où Jatalan apparaît, et Jatalan je veux l’épouser donc forcément… Mais on reviendra à mon futur mari plus tard, promis.

Puis, Le Roi sombre est un tome unique. Oui, vous lisez bien, cette espèce en voie de disparition et que je chéris tant.

Enfin, elle nous a dit que si on voulait râler, on pouvait le faire sur sa page facebook et comme on aime râler, ça nous a enchantées, vous pensez.

Je suis cependant très embêtée car je ne vais pas vraiment pouvoir râler parce que j’ai vraiment aimé Le Roi Sombre.

Ed est né dans un milieu pauvre mais il est aussi un très brillant étudiant. Grâce à ses excellents résultats, il est promis à un bel avenir : une grande carrière s’offre à lui, et il s’apprête à épouser la belle Messaline. Mais vous savez comment sont les Ed : comme celui de Dumas, celui-ci ne sait pas choisir ses relations : le voilà qui se retrouve trahi et condamné à la prison à perpétuité. Sauf qu’il réussit à s’échapper et a maintenant toutes les cartes en main pour s’offrir une vengeance dans les règles de l’art. Finalement, ce sont peut-être ses “amis” qui ont mal choisi le jour où ils l’ont trahi.

 Dès le premier paragraphe, j’avais un immense sourire collé sur le visage. J’ai de suite compris que j’allais être très réceptive à l’humour de l’auteure :

 “Ce mur était foutrement silencieux. Le mutisme était un fléau assez répandu chez les murs.”

 Elle nous avait dit qu’elle aimait balader ses lecteurs entre des émotions très diverses, en gros, nous faire passer du rire aux larmes. Et elle y arrive plutôt bien selon moi. Le tout étant servi par un style bien plus soutenu que ce à quoi je m’attendais. Nous avons droit à de vraies descriptions, riches, sans être trop lourdes. Toutefois, le ton reste résolument moderne. Un mélange très réussi en somme.

Lintrigue est bien véritablement bien menée. Nous rencontrons un Ed naïf et amoureux, puis nous le voyons se transformer et devenir le Roi Sombre en quête de vengeance, et bien décidé à l’obtenir. Je dois avouer qu’il est loin d’être mon personnage favori. Il est un peu trop dramatique pour moi. En même temps, 20 ans de prison, ça doit rendre dramatique n’importe qui, donc je ne lui en veux pas (je suis gentille, n’est-ce pas ?)(mais si je suis gentille).

Pour l’accompagner, il y a Jatalan, le pirate-de-l’espace-à-l’humour-douteux. Et plein d’écailles (mais ça peut avoir son charme, les écailles). Jatalan, c’est clairement latout comique du roman. Il apparaît et l’atmosphère se détend immédiatement, surtout lorsqu’il est en présence de Kajal, “l’associé” très austère d’Ed, qu’il prend un malin plaisir à torturer verbalement.

J’ai aimé retrouver des d’éléments du Comte de Monte-Christo, et même si cela m’a permis au début de comprendre certaines choses avant qu’elles ne soient expliquées ou de me douter de l’arrivée imminente de certains personnages ( Io – très bien adapté comme personnage, d’ailleurs), cela ne m’a en rien gâché le plaisir de la lecture.

C’est dans un univers de science-fiction bien organisé, bien maîtrisé que se déroule l’histoire. J’ai apprécié l’aspect politique bien développé et la petite critique sociale amenée avec humour (toujours).

Il y a cependant un bémol, de la première importance, vous allez voir : Ed croise ou décroise “ses longues jambes” je ne sais combien de fois dans le livre. Je ne sais pas pourquoi cela m’a autant sauté aux yeux à chaque fois, mais c’est comme ça, j’ai eu l’impression que Ed passait son temps à croiser et décroiser ses jambes 😀

Donc si vous aimez les histoires de vengeances bien menées, il faut lire le Roi Sombre. Et si, comme moi, vous n’aimez pas les histoire de vengeance, vous pouvez quand même tenter car Le Roi Sombre, c’est drôle, bien construit, bien écrit… et il y a Jatalan.

Un retour en image sur notre journée au Salon du Livre 🙂 On regrette qu’Oren Miller et son magnifique costume n’y figurent pas …

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Le Roi sombre – Oren Miller

  1. Ah oui ! J’ai vu sur certaines photos qu’elle n’avait pas des habits aussi originaux tous les jours ! Le samedi, on pouvait difficilement la manquer, c’était trop bien 😀

    Niais, je trouve que ça ne l’est absolument pas. Grandiloquent, peut-être, par moment, lorsque Ed commence à comprendre ce qu’on lui a fait, et à mettre sur pieds sa vengeance, mais l’humour sous-jacent déride très vite tout ça. Je ne me suis pas du tout identifié à ses sentiments, mais son plan est si bien réalisé que j’ai fini par me prendre au jeu et à me demander comment il allait faire tomber tous ses opposants les uns après les autres. Mais, clairement, ce n’est pas lui qui m’a le plus plu ; retiens Jatalan en effet, c’est un espèce de… euh… boulet (mais pas trop quand même :p) qui fait des blagues douteuses tout le temps ; le personnage parfait, quoi. Il m’a tellement fait rire 😀

    Exactement ! Coucou, mesdames et messieurs les auteurs : on veut plus de tomes uniques ! 😀 *Morgana*

  2. AH mince ! Quand moi j’y suis passée, elle était habillée plus sobrement ! J’ai raté ça, ce n’est pas juste ! 🙂

    J’avais peur que ça soit un peu… niais. Je ne sais pas pourquoi j’ai eu cette inquiétude, elle a juste surgi comme ça, sans explication. Et puis elle a aussi essayé de me le vendre en parlant de vengeance… A quoi j’ai aussi répondu “ah, euh, non, ce n’est pas forcément mon truc…” (Ouais, j’ai de la répartie! ^^) Toute une intrigue là-dessus, ça risquait de me lasser (je suis incapable d’être rancunière et les gens qui s’entêtent à en vouloir pendant des années à d’autre, ça me fait souffler fort au bout d’un moment, parce que je ne comprends pas ces sentiments auxquels je ne m’identifie pas).

    Mais la couverture me faisait envie ! Et ton billet me donne encore plus envie désormais ! Enfin, ce Jatalan a l’air… hum… intéressant ! 😀
    Et je suis d’accord avec toi, les livres avec un seul tome, ça fait du bien de temps en temps ! Tu sais que tu ne vas pas te languir des mois durant pour avoir la suite et un livre qui se suffit à lui-même, ça apporte quelque chose de moins “dilué” à l’histoire, dans un sens…

    Bref, à l’occasion, je me laisserai tenter par le Roi Sombre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.