L’Écureuil t1&2 – Grolleau, Mialet, Bonelli

Je dois dire que depuis la sortie du tome 1 je lorgne sur L’Écureuil et sa belle couverture. Alors quand le tome 2 est sorti et que j’ai vu que c’était une histoire en deux tomes, je n’ai pas hésité plus d’un quart de seconde …

Paris, 14 juillet 1870, le règne de l’Empereur Napoléon III bat de l’aile, les Prussiens sont aux portes de la capitale et le peuple de Paris gronde… Mais qui est donc cet étrange gamin roux qui danse ou plutôt vole littéralement de toit en toit ? Quel est le mystère que cache sous sa cape ce drôle d’Écureuil ?

__________________

La première chose qui m’a attirée ce sont les illustrations, l’ambiance qui se dégageait de ces pages. Les auteurs ont su créer un vrai petit univers propre à L’Écureuil.

Les toits de Paris sont comme une ville en elle-même, avec son propre fonctionnement, l’Écureuil y côtoie des voleurs, un ramoneur, une jeune fille prisonnière dans une coupole … Une vraie mini-société se dessine et évolue sur ces toits avec la même aisance que sur la terre ferme. J’ai trouvé que ça créait d’entrée une certaine douceur qui m’a donné envie de dévorer ces deux tomes.

On découvre également Paris autrement : ces toits, c’est un peu le côté bohème et poétique de Paris, et ça donne l’occasion aux dessinateurs de nous proposer de très belles images de ciel que j’ai adorées (même si le fait qu’il fasse toujours beau à Paris dans L’Écureuil me paraît peu réaliste et très optimiste :D).

Cet univers au sommet des toits est tellement propre aux personnages qui y vivent que tout ce petit monde ne semble pas concerné dans un premier temps par le morceau d’Histoire qui se déroule dans les rues : fin du règne de Napoléon III, menace prussienne, Commune de Paris … Morceau d’Histoire qui devient plus présent dans le tome 2 où la rue et les toits s’entremêlent de plus en plus.

Je ne suis pas une adepte des fictions avec fond historique, ça a tendance à me perdre, ça me fait me sentir nulle parce que j’ai l’impression que si j’avais de meilleures bases en Histoire et une meilleure mémoire des dates, j’aurai une autre lecture de l’œuvre 😀
Mais ce fond historique est inséré d’une telle manière dans L’Écureuil que je n’ai pas eu toutes ces réticences. Au contraire, j’ai trouvé que ça apportait un vrai plus à l’histoire : un subtil message sous-jacent, un véritable souffle d’optimisme, un brin d’ambiance révolutionnaire

C’est dans tout ce contexte qu’on rencontre l’Écureuil, un enfant quasi-sauvage d’une dizaine d’années doté d’une chevelure rousse à rendre jalouse Morgana (en plus elle ne plane pas de toits en toits, double raison d’être jalouse !).

J’ai trouvé ce personnage d’une grande douceur, à la fois espiègle, naïf et un peu nostalgique, je m’y suis immédiatement attachée !

La grande question concerne son identité … Becoz’ c’est un peu dangereux pour un gamin de se balader sur les toits, les tuiles ça glisse, touça touça … et en plus avec le roi des voleurs qui veut sa peau, ça devient quasiment aussi dangereux que la Commune toute cette histoire …

J’ai beaucoup aimé les différentes révélations sur ce personnage au cours de ces deux tomes, elles m’ont paru intervenir aux bons moments, être bien dosées … C’est globalement l’avis que j’ai sur ce scénario, la forme courte de cette histoire est bien menée et bien développée, aussi bien sur l’identité de l’Écureuil, sur sa relation avec les différents personnages, sur l’implication de Victor Hugo dans tout ça, sur l’Histoire avec un grand H qui se déroule en parallèle … je n’ai pas eu de sensation de longueur, ni de précipitation. A part peut-être à la toute fin, j’aurai peut-être apprécié une petite page en plus, avant la toute dernière case du tome 2 (que j’adore), histoire qu’on quitte ces personnages un peu moins brutalement.

Mais sinon … que dire sur ces deux tomes si ce n’est que c’est une lecture qui m’a donné une sensation de joie et d’espoir … dans laquelle, à mon avis, petits et grands peuvent trouver leur compte !

” Il faut croire aux anges, aux plumes rousses qui volent au-dessus de nos toits. Ce monde en a tellement besoin.”

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.