Les aventuriers de la mer, tome 7 – Robin Hobb


* Les aventuriers de la mer, tome 1 – Robin Hobb

* Les aventuriers de la mer, tome 2 – Robin Hobb

* Les aventuriers de la mer, tome 3 – Robin Hobb

* Les aventuriers de la mer, tome 4 – Robin Hobb

* Les aventuriers de la mer, tome 5 – Robin Hobb

* Les aventuriers de la mer, tome 6 – Robin Hobb

Les-aventuriers-de-la-mer-T7.jpg

! Spoilers sur les tomes précédents !

 

 


 

Dans ce tome, nous retrouvons nos héros dans des situations toujours plus alambiquées (mais qui donnent toujours plus envie de savoir comment ils vont réussir à s’en sortir).

Ainsi, Reyn et Selden sont toujours coincés dans la Cité des Anciens depuis que Tintaglia a réussi a s’en échapper. Le dragon a un caractère des plus… particuliers. Un bon coup de pied dans son royal fessier ne lui aurait pas fait de mal à mon avis. L’espèce est vraiment intéressante et je suis ravie d’en découvrir plus, tant j’avais déjà été intriguée lors du Cycle de l’Assasin Royal par ses homologues de pierre, mais il faut avouer que je ne m’attendais pas à ce que Tintaglia en ait à apprendre à la Malta des premiers tomes !

 

En parlant de Malta, celle-ci est toujours à la dérive avec Cosgo et Keki. Il me faut avouer qu’elle m’a fait mal au coeur à plusieurs reprises. Elle a un sacré mérite, l’ancienne petite pimbêche dont le seul nom me donnait envie de jeter le livre par la fenêtre puis de descendre en courant le reprendre car j’aurais évidemment voulu savoir la suite…. Après, il faut que j’avoue que ce retournement de situation m’a un peu agacée. J’escomptais qu’elle et Reyn se retrouvent dans ce tome-là, et, si cela trouve sa raison d’être dans les tomes suivants, ça m’a un peu fait l’effet d’un rebondissement en carton du type que l’on met afin de donner un peu d’action à l’histoire lorsqu’elle menace de retomber. L’exemple qui m’est venu, c’est la fin de l’avant-dernier épisode des “Angéliques”, avec le rebondissement vraiment pourri-moisi qu’on nous sort afin de faire encore durer l’histoire… mais vu qu’il aurait fallu que j’avoue avoir regardé les Angéliques une fois je ne voulais pas le donner… Cela dit, c’est quand même drôlement mieux fait dans les aventuriers aussi, je trouve… et ça a une explication dans le dernier tome, voui, voui !

 

Du côté d‘Althéa et Brashen, ils cherchent à bâtir un plan un minimum réalisable, de manière à pouvoir récupérer Vivacia (oui, pas très logique de s’y coller une fois qu’on est route, mais ce sont des artistes, d’accord ? Alors chut !) enfin… ce qu’il reste de Vivacia, car les nouvelles que Hiémain a à lui apprendre risqueraient de lui faire grand mal…

Je reste toujours plutôt triste lorsque je repense à l’évolution de Hiémain, à ce qu’il est devenu. Je dois dire que lire les passages se déroulant sur Vivacia ne sont franchement pas ceux que je préfère lire, pour le coup.

 

Quant à ce qui se passe à Terrilville, Ronica m’impressionne et m’émeut toujours autant. C’est véritablement un personnage que j’apprécie particulièrement.

 

Par contre, il y a une remarque que j’aimerais faire : celle-ci concerne la traduction. Etrangement, les trois premiers tomes m’avaient paru transmettre beaucoup plus “d’émotions” que les suivants. Cela m’ayant surpris, je me suis aperçue que le traducteur avait changé pour les tomes suivants, et je dois dire que je le regrette, quelque part. La traduction me semble tout à fait satisfaisante, bien plus que beaucoup que j’ai pu croiser, et je serais incapable de dire ce qui la différencie véritablement de celle du premier traducteur, mais je ressens beaucoup moins de choses avec celle-ci. Alors que j’étais habituée à aimer l’écriture de Robin Hobb pour ce qui était transmis au travers de ses mots, je m’interroge maintenant. Il faudrait que je tâche de lire quelque chose d’elle en vo afin de pouvoir mieux en juger, je pense…

 

 


 

Un tome qui ne comptera pas parmi mes favoris. Cependant, comme c’est la première partie du troisième tome en vo et que les livres de Robin Hobb me semblent toujours démarrer doucement, cela ne m’étonne guère.

Quelques frustrations dans le déroulement des évènements, mais j’ai terriblement envie de connaître la suite, donc vous pensez bien que ce n’est pas cela qui va m’arrêter !

 

 




Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

8 Comments on “Les aventuriers de la mer, tome 7 – Robin Hobb

  1. Vraiment ? Peut-être que je me fais vraiment des idées, mais il est vrai que je ressentais beaucoup plus d’émotions dans les trois premiers tomes… Après, comme je le disais : est-ce que cela
    vient vraiment de la traduction ou de l’écriture originale, je ne saurais dire. Tout est supposition.

    Ronica est l’un des personnages dont je me souviendrai, oui 🙂

  2. J’avais même pas remarqué que le traducteur change en cours de route ! J’aimerais bien lire du Robin Hobb en VO aussi pour voir ce que ça donne.
    Je trouve Ronica très impressionnante aussi!

  3. L’écriture des tomes suivants me semble moins complexe et poétique, en fait. PLus synthétique, limite. Donc ça ne serait pas étonnant que ce soit pour cela que ça t’ait moins marqué.

    Vraiment ? Je serais curieuse de savoir, en effet !

  4. Non mais il me semble que je m’en suis rendue compte aussi car je me souviens très très bien de ce qui se passe dans les premiers tomes et même certaines scènes en détails tellement elles m’ont
    marquées alors que ce n’est pas le cas pour les derniers. Mon copain les as lu en VO, il faudra que je lui demande!

  5. Merci pour l’information ! Du coup, je suis rassurée : en cherchant, j’ai vu que c’était le premier traducteur qui s’était chargé du Soldat Chamane et de la Cité des Anciens. Comment dire ? Je
    suis joie 😀

  6. Je lui ai demandé et il m’a qu’il n’avait vu aucune différence en VO donc je pense que le problème vient de la traduction. C’est dommage… le premier traducteur était très bien.

  7. Qui sait ce qui a pu se passer… Je doute que l’on sache un jour, cela dit ^^

  8. Je comprends pas trop pourquoi ils ont changé en cours de route quand même. 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.