Les Bannis et les Proscrits : Tome 4, Le Portail de La Sor'cière – James Clemens

Je vous en avais déjà parlé :

* Les bannis et les proscrits : Tome 1, Le Feu de la Sor’cière – James Clemens

* Les Bannis et les Proscrits : Tome 2, Les Foudres de La Sor’cière – James Clemens

* Les Bannis et les Proscrits : Tome 3, La Guerre de La Sor’cière – James Clemens

Attention, ceci étant mon avis sur le quatrième tome de la série, présence de spoilers pour ceux n’ayant pas lu les précédents tomes 😉

 

Le-portail-de-la-sorciere.jpg

Présentation de l’éditeur

Elena et son armée de hors-la-loi ont déverrouillé les secrets du Journal Sanglant. Mais durant la bataille, le
Seigneur Noir a mis en place les portails du Weir auxquels il puise son pouvoir. Pour les trouver et les détruire, les alliés d’Elena embarquent pour de dangereuses destinations.
Aucun des rebelles ne reviendra indemne, certains n’en reviendront même pas du tout. Elena elle-même parviendra-t-elle à découvrir l’identité du Seigneur Noir ?

Les évènements du troisième tome ne m’avaient pas passionnés, et ma lecture s’était transformée en jeu où je relevais tous les petits points agaçants de cette lecture. Mais, loin de me décourager, cela m’avait beaucoup amusé et j’ai donc rapidement ouvert la suite des aventures d’Elena et compagnie (je n’ai jamais dit que j’étais logique).

Cette fois-ci, l’histoire m’a beaucoup plus inspirée :

Trois équipes vont se former afin d’aller détruire chacun un portail ; ainsi le groupe va se retrouver dispersé aux quatre coins d’Alasea. Eléna va être séparé de son frère, chacun partant à la tête d’un groupe, tandis que Mycelle, retournée à ses sources, va s’apercevoir qu’elle aussi est tout proche d’un des fameux portails

(c’est fou, ces coïncidences, quand même… ça tombe toujours pile comme il faut, c’est magiique :D) !

J’ai beaucoup aimé le rythme adopté, où l’on suit tantôt une équipe, tantôt l’autre. Chacune a un chemin assez différent pour que ce ne soit pas répétitif malgré leur but qui est le même. On retrouve de vieux personnages, on en découvre d’autres… même s’ils font toujours un peu trop « coquilles vides » à mon sens, ça a au moins l’avantage de ne pas m’émouvoir à chaque mort, car sinon j’aurais été bien embêtée vu le nombre qui survient.

Il est vrai que, dans ce tome également, les gentils meurent en héros, les méchants s’enfuient en disant au gentil qu’il « lui paiera cet affront… mwhahahahaha » ; mais c’est quand même moins marqué que dans le tome précédent, à moins que ce ne soit l’histoire qui m’a moins fait voir ce côté là ?

En tout cas, si le fait que les personnages meurent vraiment à tour de bras m’agace plus qu’autre chose (j’étais capable de prévoir quand l’un allait mourir tellement c’est prévisible maintenant), je dois tout de même avouer avoir été émue lors du décès de deux d’entre eux. Les deux scènes étaient très jolies, et, pour une fois, j’ai trouvé que l’auteur n’en faisait pas trop ; c’était vraiment juste comme il fallait pour moi.

L’histoire de Joach et Kesla était assez touchante également, et, pour ce dernier personnage, même si j’avais déjà deviné qui elle était, j’ai apprécié l’idée.

* *

En bref, un tome 4 vraiment sympathique. Si les ficelles utilisées sont toujours aussi grosses d’après moi (avec les coïncidences miraculeuses et les nombreuses prophéties qui me font sourire), j’ai aimé suivre les aventures des compagnons dans ce tome-là. L’auteur a toujours de nouvelles idées pour rendre son monde plus original, même si c’est également un défaut car, du coup, ça foisonne tellement que rien n’est abouti… Mais je dois tout de même reconnaître que de nombreuses idées m’ont beaucoup plu. Je vais donc voir ce que ça donne dans le 5ème et dernier tome, j’espère notamment avoir quelques surprises concernant le Seigneur Noir.

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.