Les Bannis et les Proscrits : Tome 5, L'Etoile de La Sor'cière – James Clemens

Je vous en avais déjà parlé :

* Les bannis et les proscrits : Tome 1, Le Feu de la Sor’cière – James Clemens

* Les Bannis et les Proscrits : Tome 2, Les Foudres de La Sor’cière – James Clemens

* Les Bannis et les Proscrits : Tome 3, La Guerre de La Sor’cière – James Clemens

* Les Bannis et les Proscrits : Tome 4, Le Portail de La Sor’cière – James Clemens

! Spoilers pour les personnes n’ayant pas lu les premiers tomes de la série 😉 !

 

L-etoile-de-la-sorciere.jpg

 

 

 

Présentation de l’éditeur

 

Dans une lune à peine, le Seigneur Noir imposera son règne maléfique. La forteresse de Noircastel abrite le plus puissant portail du Weir grâce auquel le terrible mage espère asseoir son autorité. Il est encore temps de l’arrêter, mais lui seul sait où cette porte est cachée. L’heure est enfin venue pour Elena et ses compagnons d’achever leur quête désespérée. L’ultime combat contre le Seigneur Noir approche… « L’histoire devient plus captivante de livre en livre » – Terry Brooks.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien. Ceux ayant lu mes précédents avis sur cette série sauront que je n’ai absolument pas eu le coup de coeur que beaucoup ont eu pour celle-ci. Il n’empêche que, après lecture de ce dernier tome, elle reste un divertissement tout à fait honorable.

 

Si beaucoup d’éléments de ce dernier tome ont été assez banals et narrés de manière trop grandiloquente, (comme dans les tomes précédents) pour que je sois vraiment emportées par ceux-ci, la toute fin a été une véritable bonne surprise ; mais je m’explique (reine du blablatage un jour, reine du blablatage toujours, que voulez-vous les amis).


Bon.  

Attention, dernière ligne droite avant qu’Elena et ses potes fassent sa fête au Seigneur Noir. Pour dramatiser un peu le tout, il ne leur reste qu’une seule lune avant que celui-ci ne passe à l’action, il va donc falloir être plus rapide que lui.


L’organisation se fait assez rapidement, et chacun part de son côté afin de tâcher de tenir le rôle qui lui a été attribué. Plusieurs petites aventures secondaires en rapport avec la quête principal sont là pour pimenter le tout, ce que j’ai beaucoup apprécié. Comme celle de Tyrus avec un mystérieux homme de pierre ou celle de Sy-wen et Kast pour se sauver du pétrin dans lequel ils sont avec le dragon Ragnar’k. 

Les méchants finissent toujours très très mal, les gentils, s’ils meurent, meurent pour la bonne cause, et en héros s’il vous plait, mais l’univers que j’apprécie toujours autant faisait que, au bout de 5 tomes, j’avais un peu appris à passer outre ces… détails.

Les histoires d’amour de cette série m’auront décidément laissée de glace ; aussi bien celle de Sy-wen et Kast, que, le summum, celle d’Elena et Er’ril, qui m’aura fait lever les yeux au ciel par moment.

 

Bonne surprise finale, si j’ai trouvé l’ensemble des rebondissements décidément « téléphonés », la fin m’aura reservée une bonne surprise. Même si j’avais des doutes sur le narrateur de l’histoire, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi il avait été condamné à l’immortalité par Elena, j’ai bien aimé les fameuses explications au final ! De plus, si j’appréciais particulièrement des passages depuis le début, c’était bien les introductions et les conclusions du fameux narrateur et des détenteurs des manuscrits, et la toute, toute fin, présente un rebondissement final que j’ai adoré.

 

[spoiler pour les personnes n’ayant pas lu ce tome]Car en fin de compte, rien ne semble jamais fini, et l’idée que les descendants des compagnons doivent finalement s’y coller à leur tour me fait beaucoup rire (par contre, désolée les gars, mais sans moi sur ce coup-là. J’ai bien aimé ces 5 tomes, mais le double, non merci :D).

 

* *

Bref, j’en ai fini avec cette série. Si ce n’est absolument et définitivement pas un coup de coeur pour moi, ça reste un bon divertissement que j’aurais véritablement apprécié comme tel. Il n’en reste que ce n’est en rien une mauvaise chose en soi car; comme je l’ai dit à une amie, il faut toujours avoir un bouquin de ce genre à lire lorsqu’on a pas
envie de se prendre la tête.

J’oublie définitivement les histoires d’amour qui ne sont décidément pas, à mon sens, le point fort de l’auteur. Et je retiens le monde foisonnant qui m’aura plutôt séduite, ainsi qu’une fin qui me fait beaucoup rire et m’a décidément bien plu, contrastant avec le côté très téléphoné de l’ensemble.

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.