Les Cités des Anciens tome 1 – Robin Hobb

Les Cités des Anciens tome 1 - Robin Hobb

_

En théorie, j’ai plusieurs autres articles à écrire avant celui-ci. Des articles sur des lectures plus anciennes et, surtout des binômes avec La Luciole, donc sur lesquels je me suis engagée et que je dois avoir fini à temps pour leur publication programmée. Sauf que j’ai eu le malheur d’ouvrir un livre de Robin Hobb hier matin. J’ai lamentablement échoué à rendre compte ici de mon ressenti sur tous les tomes de l’Assassin Royal car j’avais de moins en moins la patience de m’arrêter entre chacun pour venir écrire ici. J’ai à nouveau relevé ce défi (on se lance les défis que l’on peut, dans la vie, que voulez-vous) pour Les aventuriers de la mer, et j’ai cette fois réussi (un grand moment, auquel je repense souvent avec émotion, pensez-vous, ce n’est pas tout le monde qui accompli d’aussi grandes choses). J’ai donc décidé de relever une fois de plus ce défi avec Les cités des Anciens. Eh oui, je suis une fille comme ça, moi, j’ai le goût du challenge.

Donc voilà, ce fut difficile de ne pas enchaîner directement avec ma lecture du deuxième tome, mais je suis là à écrire. Fantastique.

 

Chronologiquement, Les Cités des Anciens se passent après le 13ème tome de l’Assassin Royal, et avant Le Fou et l’Assassin, que j’ai déjà lu (vu la manière dont je me suis appliquée à ne pas suivre l’ordre chronologique jusqu’ici, je me disais que ce serait dommage de commencer à faire les choses bien maintenant).

 

L’histoire va donc commencer avec la fin du périple des serpents jusqu’au Désert des Pluies, où ils pourront former leurs cocons desquels ils sortiront sous forme de dragons. Tout tourne donc autour de cette « nouvelle génération de dragons », qui est censée sonner le retour de ces êtres que tous pensaient mythiques. « Censée » étant malheureusement le mot à retenir… (SUSPENSSSSSSE. Allez lire le livre, right now !)

A côté de cela, nous suivons trois personnages : Leftrin, capitaine d’une vivenef, Thymara, une habitante du Désert des pluies et Alise, une Marchande passionnée par les dragons et les Anciens.

 

Cette série m’a semblée assez proche des Aventuriers de la mer : là aussi, nous avons affaire à un récit à la troisième personne, qui suit tour à tour des personnages évoluant dans des lieux différents et ne se connaissent pas au début de l’histoire.

Pour l’instant, j’ai une grosse préférence pour les passages traitant de Thymara et Alise. Thymara est une adolescente dotées de mains et pieds griffus depuis sa naissance. Même si son peuple est habitué aux mutations de ce genre durant la croissance, le fait qu’elle soit née avec aurait dû lui coûter la mort le jour même de sa naissance. Mais son père l’a sauvée, et elle se retrouve ignorée de tous. J’ai aimé très rapidement ce personnage qui ne s’apitoie pas sur lui malgré la manière dont tous, sauf son père, la traite. Alise, elle est une autre figure féminine intéressante : pas jolie, sans dot, elle pensait rester une vieille fille et a donc consacré ses journées à l’étude. Alise se trompe, s’illusionne par moment, mais elle semble apprendre de ses erreurs. Un autre personnage qui m’a bien plu. J’attends de voir comment va évoluer sa relation avec Sédric ; j’aime l’idée de cet ami d’enfance dont elle s’est éloignée avec qui elle va renouer des liens alors qu’ils sont chacun dans une situation bien différente de jadis 😀

Leftrin, moins présent pour l’instant, m’a laissée extérieure à son histoire, mais j’ai hâte de voir comment il va se retrouver lié aux autres. Finalement, ce sont les passages sur les dragons qui m’ont parus un peu longuets. Je dois avouer n’avoir aucune sympathie pour ces créatures. Leur suffisance, leur aigreur, leur haine me paraissent un peu redondantes à force. Cependant, je reste très curieuse concernant le devenir de ces « nouveaux dragons ».

J’ai également aimé recroiser certains personnages des Aventuriers de la mer 😉

 

En conclusion, ce tome 1 met bien en place l’intrigue, et je me suis volontiers laissée porter. La plupart des personnages m’inspirent bien et je suis toujours aussi ravie de retrouver l’écriture de Robin Hobb ainsi que le monde si complexe qu’elle a su créer. Une fois de plus, je reste admirative face à sa capacité à passer d’un personnage à un autre ; elle arrive à créer des personnages que je trouve très « complets ».

Je vous laisse, je vais lire la suite immédiatement… euh, écrire les articles que j’ai promis d’écrire. 0:)

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.