Coquelicots d’Irak – Brigitte Findakly et Lewis Trondheim

9782844146281_cg

Coquelicots d’Irak, c’est d’abord son titre qui m’a beaucoup plu, puis sa couverture, à la fois sobre et poétique. Et Lewis Trondheim est une grosse référence de l’univers de la bande-dessinée, j’avais envie de le découvrir depuis un bout de temps …

C’est comme ça que je me suis retrouvée avec Coquelicots d’Irak entre les mains … ou presque … puisque mon exemplaire a été perdu par La Poste (grrrr), mais l’Association a eu la gentillesse de m’envoyer une version numérique en remplacement. Donc je n’avais pas concrètement Coquelicots d’Irak entre les mains, plutôt mon ordinateur portable, mais c’était bien quand même.

J’avais peur que le fait de ne pas le lire sur papier m’empêche de rentrer totalement dans le récit, eh bien pas du tout ! J’ai été happée !

Coquelicots d’Irak est le récit autobiographique de Brigitte Findakly en Irak pendant son enfance, mis en dessins par son mari Lewis Trondheim. Et mis en couleur par Brigitte elle-même, une vraie collaboration !

_________________

Dans ce récit qui prend pour toile de fond une triste actualité, Lewis Trondheim et Brigitte Findakly brossent en saynètes percutantes et sans ambages, mais pas moins sensibles, la trajectoire singulière de la coloriste qui, pour la première fois, occupe le premier rôle dans un livre. Ponctué de photos et de parenthèses sur les coutumes, la culture irakienne et les souvenirs de Brigitte Findakly, on partage avec elle, la nostalgie de ceux qui ont laissé derrière eux leur pays d’origine, et les liens fugaces qui subsistent. À l’image des coquelicots qui fanent si vite.

_________________

J’ai trouvé la narration vraiment très bien construite : l’histoire, accompagnée de photos de l’auteur enfant et d’anecdotes souvent amusantes sur les mœurs irakiennes, suit une sorte de chronologie : de l’enfance de Brigitte à sa vie d’aujourd’hui en France en parallèle de l’évolution de la situation en Irak durant toutes ces années.

Il y a au final beaucoup de choses, et ce n’est pas forcément facile à décrire mais j’ai trouvé que le tout formait un mélange très prenant, et j’ai failli en rater mon train parce que je ne voulais pas lâcher ma lecture ! :p

Le scénario oscille entre descriptions du pays à travers les souvenirs d’enfance, un peu naïfs et idéalisés, et le recul de Brigitte Findakly adulte, nostalgique de son pays d’origine et impuissante face à son évolution actuelle.

Certaines pages jouent entre ces deux visions, donnant des situations plutôt cocasses tout en faisant prendre conscience de manière très abrupte de la réalité de l’Irak, mais aussi de notre propre quotidien.

 

coquelicots p30

p 30, Les Coquelicots d’Irak, L’Association, 2016

 

Le fait qu’on commence à se faire une idée sur la situation avant qu’elle soit renversée totalement donne vraiment à réfléchir sur les préjugés qu’on peut avoir sur le pays. Au cours du récit, sans insister vraiment là-dessus, le livre aborde également Daech et les attentats récents, la façon dont cela a changé l’Irak. Avec toutes ces petites facettes que je viens d’évoquer, Coquelicots d’Irak aide à prendre conscience, sans devenir moralisateur, du fait que la situation n’a pas toujours été celle qu’elle est aujourd’hui, et qu’au final on en connaît peu l’histoire. Je parle surtout pour moi, qui suis un peu trop jeune pour avoir côtoyé cette époque décrite, où notamment les femmes avaient le droit de se promener en jupe courte et débardeur en Irak. Mais je ne pense pas être la seule, et je trouve que Coquelicots d’Irak (qui rejoint en ce sens L’Arabe du Futur, de Riad Sattouf, – je n’avais pas envie de faire le parallèle, je le trouvais trop évident et du coup pas forcément pertinent, mais tant pis, il est fait :D) fait bien de raconter tout ça, et de manière si agréable à lire et si abordable.

Les auteurs ont su glisser dans l’histoire une vraie tendresse et une belle pointe d’humour. On oublie bien vite les coups d’état et les pendus pour suivre Brigitte avec plaisir, c’est aussi pour ça que ça nous revient en pleine face sans prévenir et que le parallèle est d’autant plus fort ! 😀

coquelicots

J’avoue que j’ai un peu de mal à parler de ce livre, je ne sais pas si c’est à cause du sujet que je maîtrise peu, ou du blues fin de vacances d’été :p, mais cela n’empêche pas que j’ai beaucoup aimé.

La façon d’amener les choses, le récit tout en simplicité et plein d’humour pour aborder des sujets si importants … J’ai vraiment accroché ! Je suis moins sensible au style de dessin, mais j’ai commencé ma lecture en connaissance de cause, et ça ne m’a vraiment pas perturbée.

En bref, ça a été une lecture instructive et agréable. Cela fait quelques temps que je suis dans ma phase « Romans graphiques autobiographiques aux quatre coins du monde », et ce n’est pas celui-ci qui va me donner envie d’arrêter ! 😀 C’est une lecture qui m’a fait du bien, qui, sans fermer les yeux sur la réalité, ne sombre pas dans le pessimisme et la morosité.

P 4, Les Coquelicots d'Irak, L'Association 2016

p4, Les Coquelicots d’Irak, L’Association 2016

Alors après l’Irak avec celui-ci, la Syrie avec l’Arabe du Futur, l’Iran avec Poulet aux Prunes, l’Indonésie avec Retour à Bandung … et j’en passe … le prochain m’emmènera au Vietnam ! Vous verrez ça bientôt ! 🙂

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Coquelicots d’Irak – Brigitte Findakly et Lewis Trondheim

  1. Ton article est génial ! J’ai ressenti la passion et l’envie que tu avais de partager cette BD avec nous. Elle fait un saut direct dans ma wish-list ! Merci pour cette jolie découverte. Je ne pense que cette BD m’aurait interpelé autrement qu’avec cet article.

    • Ca me fait vraiment plaisir que tu penses ça ! J’ai tellement galéré pour écrire cet article, j’étais un peu crevé, j’avais l’impression de l’avoir complétement raté. Du coup si il te donne envie de lire cette BD, Mission accomplie ! 😉 Je pense que tu ne seras pas déçue ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.