Les Déchaînés – Flo Jallier

Les-dechaines.jpg

 

Martinique, 1871. “Amélia se laissa bercer tandis que Thibault lui chuchotait : Nous partirons, toi et moi. Nous serons heureux, tu verras. Vivre ensemble, loin, sur une autre île où ils seraient libres”.

 

_____

 

« Avons-nous réellement été attendus ? Avons-nous été réellement aimés ? Sommes nous le prolongement d’un véritable amour, d’un amour sincère ou juste, la résultante biologique des aléas de la vie ? » (page 206)

 

Je dois avouer avoir été profondément émue par ce livre.

 

La quatrième de couverture étant relativement obscure et ne livrant pour ainsi dire presque aucun des secrets du livre, je vais tâcher de développer quelque peu :

 

Ceci est l’histoire de plusieurs générations de femmes. Amélia, Camille, Louisiane, Marie-Jo… tant de noms derrière lesquels se cachent des personnes fortes, mais condamnées à “une éternelle répétition”. Chacune maillon d’une chaîne qui, au lieu de simplement les lier entre elle, les emprisonne… Ce livre invite en quelque sorte à ce libérer de cette chaîne ou, du moins, à la transformer.

 

Quatre femmes, donc quatre parties.

 

L‘histoire s’ouvre sur celle d’Amélia et de Thibault. Une histoire d’amitié, une histoire d’amour entre une Martiniquaise et un “nègre blanc”, entre une “fille-garçon” noire et le fils d’un riche blanc implanté sur l’île mais qui, en son coeur, ne semble ni noir, ni blanc, juste humain.

 

L’écriture de Flo Jallier est très directe, très… crue, presque. Je dois dire que je m’attendais à quelque chose de plus jeunesse, mais loin de là ! La plume de l’auteure est bien plus mature et tranchante que ce que l’on croise habituellement dans ce genre de récit ; plume souvent polissée afin d’être plus “correcte”, ce que je trouve assez regrettable. Et bien là, c’est loin d’être le cas, celle-ci sonne très juste, très “vraie“.

“Vrai” est vraiment le mot qui représente ce livre pour moi. On adhère, on n’adhère pas aux idées, mais il n’empêche que j’ai ressenti de profonds accents de sincérité et de liberté à la lecture des mots de Flo Jallier.

 

Même si le récit passe d’un personnage à l’autre, j’ai été frappée par la facillité de l’auteure à se glisser dans la peau du personnage qui parle : le vocabulaire, la manière de penser et d’agir s’adapte ; moi qui redoute souvent les romans à plusieurs voix car, même si c’est “bien fait”, on ressent toujours plus ou moins le fait qu’il n’y a qu’un seul auteur derrière, j’ai réalisé que, dans ce livre-là, j’ai véritablement senti l’auteure s’effacer derrière les personnages, et chacun d’entre eux prendre la parole pour nous compter son histoire.

 

Les thèmes abordés sont très forts, que ce soit l’amour, l’amitié, le racisme, la guerre, le viol, la maltraitance, et, surtout, la notion de liberté,

; les personnages, j’ai presque envie de dire les personnes tellement ils m’ont paru réels, qui les portent sont très beaux.

 

L‘histoire d’amour entre Amélia et Thibault, la relation mère-fille de Louisiane et Marie-Jo, tout cela m’a beaucoup touchée…

 

Le format relativement court (à peine plus de 200 pages), permet de concentrer au maximum ces émotions, et, moi qui suis pourtant très tournée vers les romans-fleuves, j’ai énormément aimé la brièveté et l’efficacité de ce livre.

 

Vu la fin, on pourrait douter de la “réalité” du récit, mais, étrangement, j’y ai cru. 😉

 

* *

 

Un, non, mille mercis à Stella pour m’avoir permis de découvrir ce livre, je vous invite d’ailleurs à découvrir son avis ainsi que le très beau compte-rendu de sa rencontre avec l’auteure, si vous voulez en découvrir plus sur l’univers de Flo Jallier.

 

*

 

 

« Cynique vérité. Il en éprouva d’autant plus de rage que cette chose que possédait en fait Henry Baudin, ce « twuc », que lui ne pourrait jamais obtenir, quand bien même il y mettrait toute son âme et sa ruse, tenait en un mot qu’il n’aurait eu en aucun cas l’idée d’employer, dont il savait à peine le sens, et auquel il aurait encore moins songé à accoler une réalité digne d’être embrassée, défendue, incarnée : CONVICTIONS. » (page 57-58)

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Les Déchaînés – Flo Jallier

  1. A moins que tu ne sois une personne se faisant passer pour Stella (Papiers, s’il vous plait. Non ? Bon, bah… euh… d’accord), oui, on parle de toi ici 😀

    Je suis ravie que ce billet te plaise, car j’ai quelque peu l’impression de ne pas être très originale dans mes avis en ce moment, avec mes tics d’écritures, tout ça, tout ça… Bref, encore
    merci pour cette sacrée découverte ! 🙂

  2. Tiens, on parle de moi par ici ? 😉 Merci pour la petite promo… Mais ma chère Morgana, quel joli joli billet, que c’est bien écrit, comme tu as bien réussi à mettre en phrases les émotions
    apportées par ce livre ! Je sais que c’est difficile d’en parler tant il est particulier et complexe. Et oui ces personnages sont fabuleux et ont leur vie propre. Pierre m’avait particulièrement
    touché, et Amélia bien sûr. Je suis contente qu’il t’ait plu, c’est pour cette émotion-là que j’aime faire gagner des livres 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.