Les Malheurs de Sophie d’après la Comtesse de Ségur

Je ne m’en étais pas vraiment rendue compte avant de voir cet ouvrage à paraître (et je ne m’étais pas posé la question surtout), mais je crois que Les Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur est un des livres qui m’a le plus marquée quand j’étais petite.

Couverture Les Malheurs de Sophie

Je les avais dans une vieille édition poche type Bibliothèque Rose qui a fini re-scotchée de tous côtéset dans une version illustrée qui a bien mieux fini, surtout car elle avait l’avantage d’être cartonnée ! Que ce soit dans une édition comme dans l’autre je les ai lu, relu, et re-relu, suis restée traumatisée par l’épisode de l’âne et par celui de l’écureuil, celui de la robe découpée m’a toujours déconcertée. Mais je n’y pensais plus du tout.

La réception de l’adaptation par Jean-Pierre Kerloc’h et illustrée par Christophe Besse a occasionné chez moi un grand sourire débile que je n’avais pas anticipé : ca y est, l’effet Madeleine de Proust fonctionnait !

Cette nouvelle édition est accompagnée d’un CD : la version audio de l’histoire, lue par Sophie Marceau. Je ne sais pas si le choix de l’actrice comme lectrice est un hasard, mais ne vous inquiétez pas, ça ne se transforme pas en Les Malheurs de Sophie Marceau, promis.

Hop, hop, hop, un thé, une couette, le CD démarré et le livre sur les genoux. J’avais prévu de lire l’histoire tout en écoutant le CD la raconter, au final, je me suis surprise à ne plus faire que regarder les images, en mode régression totale « Maman raconte moi une histoire ! ».

Des illustrations tout en rose et gris, mais sans que ça fasse trop girly, une ambiance sonore qui met tout de suite dans l’esprit de l’histoire. On retrouve les personnages principaux des Malheurs de Sophie : Sophie évidemment, sa maman, la bonne, le cousin Paul. J’ai eu l’impression de retrouver de vieilles connaissances, et qu’ils m’inspiraient les mêmes choses : Sophie attendrissante que je prenais en pitié parfois tant j’aurai très bien pu faire enfant, comme tous les enfants, certaines des bêtises pour lesquelles elle est punie, Paul un peu neuneu (désolée il me fait cet effet là :D) mais sympathique et attachant.

Cette version reprend aussi la structure employée par La Comtesse de Ségur : de courts épisodes servant un peu de morale sur ce que devrait faire ou ne pas faire une petite fille. Même si, comme je vous l’ai dit cette lecture m’a fait retomber un peu en enfance, elle ne m’a pas TOTALEMENT fait oublier que maintenant j’étais un peu une adulte (un peu) et je dois avouer que les thèmes défendus et les fameuses « morales » m’ont parfois paru un peu désuets.

Alors entendons-nous bien, je suis entièrement d’accord avec le fait qu’il ne faut pas piquer les ânes avec des aiguilles et qu’il ne faut pas saler dans une assiette des poissons vivants ! Mais j’ai trouvé les parties « si j’avais les cheveux frisés, mon père me trouverait très jolie, c’est sûre ! » et « Oh mon dieu vous êtes restée sous la pluie, vous êtes trempée et moche, allez vous cacher dans votre chambre qu’on ne vous voit pas comme ça et vous n’aurez que du pain à manger » (je paraphrase) assez choquantes et je n’ai pas pu m’empêcher de me dire « mais qu’est-ce que ça va mettre en tête aux petites filles ! » . Remis dans le contexte de l’époque de la Comtesse de Ségur, bien sûr je les comprends mieux, mais sur des morceaux choisis et adaptés à notre époque, ça m’a perturbée ^^ Bon en tout cas, moi j’ai les cheveux au moins aussi raides que ceux de Sophie et j’aime bien rester sous la pluie (sauf quand j’ai les pieds mouillés), et je le vis très bien 😀

Au-delà de toutes les petites « morales » faites aux enfants au cours du récit, il y en a comme une grande faite aux parents à la fin. Je dois dire que pour le coup, je n’ai absolument aucun souvenir de si cette dimension est présente dans le récit original, ça avait dû me passer bien haut au-dessus de la tête, et je me sentais plus concernée par si l’écureuil allait revivre (épisode absent de cette version d’ailleurs, ouf ! :D). Mais là, avec entre 15 et 20 ans de plus que lors de mes premières lectures, je me suis rapidement dit qu’avec cette mère qui n’apparaît que pour dire à Sophie de se taire, la gronder et lui donner deux malheureuses pâtes de fruit, et ce père qui n’apparaît pas du tout, ce n’est après tout pas étonnant que Sophie cherche un peu d’attention et comme c’est ce qui est suggéré à la toute fin, j’étais très contente !:D

Des chroniques où je confrontais une relecture avec ma première lecture, j’en avais déjà fait, mais pas quand ma première lecture datait d’aussi loin ! ^^ Ça a été pour moi une vraie plongée en enfance et je n’aurai pas imaginé me souvenir aussi bien des Malheurs de Sophie ! Hormis le point « sois belle ou personne ne t’aimera », ça a été une lecture vraiment agréable, comme un bonbon rose tout doux savouré au fond de mon canapé !

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

5 Comments on “Les Malheurs de Sophie d’après la Comtesse de Ségur

  1. Oh la la, la nostalgie. Je me souviens de toute la frustration et la tristesse que je ressentais devant le dessin animé. Elles étaient telles que je n’ai jamais pu le résoudre à ouvrir le livre qui traîne chez moi… quelque part… Mais tu me donnes envie d’aller le découvrir avec des yeux d’adulte et un cerveau critique. Merci pour cet article très éclairé !

  2. Je me souviens du dessin animé, qui m’avait traumatisé en me disant que cette pauvre Sophie elle avait dû faire des choses atroces dans ses vies antérieures pour en baver comme ça =O
    Et la bibliothèque rose bon sang, mais quelle nostalgie ♥

    • Mais oui pareil !! ^^ Je me souviens de certains passages du livre où je ne comprenais vraiment pas en quoi c’était une bêtise tant Sophie fait ça innocemment et sans penser à mal ^^
      Je voulais retrouver le livre en question pour le mettre en photo sur l’article mais je ne sais pas du tout où il peut bien être après toutes ces années :p

    • Je n’ai jamais vu la série en dessin animé pour le coup, mais je crois qu’elle est fidèle alors si elle t’a plu ça peut valoir le coup d’essayer de lire le livre ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.