Les mots entre mes mains – Guinevere Glasfurd [Vidéo Tea Time !] #MRL16

Tout ça a commencé sur le ton de la blague, au mois de septembre.

La Luciole : « hé, t’as vu, la sélection pour les Matchs de la rentrée littéraire est dévoilée ! »
Moi : « oui, j’ai vu. Tu sais quoi, il y en a un qui parle de Descartes, d’une liaison qu’il aurait eue avec une servante hollandaise »*
La Luciole : « Viens, on demande ça, ça va être drôle ! »
Moi : « Ok, et je lui écrirai une lettre ».
La Luciole : « Mais ouais ! »

* (juste comme ça, pour ceux qui ne le savent pas : je suis étudiante en philosophie, d’où le fait que l’on a trouvé ça amusant de trouver Descartes là 😉 ).

les-mots-entre-mes-mains

On ne pensait pas qu’on serait tirées au sort pour en parler sur Youtube. C’est pour ça qu’on se retrouve à sortir deux vidéos d’un coup alors qu’on en sort normalement 4 par an en gros : on n’avait pas anticipé (une fois de plus) 😀

Résultat, on a gardé l’idée de la lettre, mais on l’a fait en vidéo (on a quand même eu de sérieux doutes sur notre capacité à rendre le format lettre intéressant en vidéo… mais bon, la vidéo est là, maintenant, à vous de nous dire si le pari est réussi ou non ? :D).

Évidemment, je n’ai pas vraiment pu détailler énormément mon avis dans la vidéo vu le format choisi. Sinon, ça aurait duré 40 minutes et on s’est promis que les vidéos ne dépasseraient pas 15 minutes, donc j’avais intérêt à être concise (le défi de ma vie, donc, en gros).

minidescartes

Les mots entre mes mains, ça raconte l’histoire d’amour entre Descartes et Héléna.

En soi, ça pourrait donc être une romance historique, sauf que j’ai du mal à voir le livre comme ça. Le livre est écrit à la première personne : c’est Héléna qui nous raconte son histoire. On découvre donc Descartes au travers de son regard : la curiosité, d’abord, pour cet homme et toutes ses expériences étranges (la scène du brin de lavande dans le verre d’eau est l’une de mes préférées), mais aussi l’admiration et la surprise (Comment peut-il savoir des choses aussi compliquées mais en ignorer d’autres très simples ? – les hirondelles qui annoncent l’orage par leur comportement, par exemple).

Héléna a un sacré caractère : personne ne veut lui apprendre à écrire car une femme n’a pas besoin de savoir ça ? OK, elle apprendra par elle-même.
Malgré tout, elle reste très crédible en tant que femme du XVIIème siècle : le livre ne dresse pas le portrait d’une femme qui s’affranchit en un claquement de doigt de tous les obstacles que son époque dresse sur son chemin. Certaines choses évoluent, d’autres pas, et même le fait d’être proche de Descartes, homme cultivé et admiratif de ses capacités, même cela ne garantit pas qu’elle puisse faire ce qu’elle veut.

La romance n’est pas si présente que ça : la relation amoureuse rythme le livre, au gré de ses hauts et ses bas, mais si vous craignez les scènes qui sentent la guimauve, je crois que vous êtes plutôt tranquille. Les scènes vraiment romantiques sont rares, souvent Descartes est absent, et pas mal des scènes où ils sont tous les deux sont consacrées aux expériences du philosophe, dans lesquelles Héléna l’assiste parfois.

Descartes ne m’a pas paru idéalisé, mais plutôt « humanisé » : je veux dire que l’auteure l’a sorti de son rôle de monument de la philosophie et a montré ce qu’il était en dehors de ça, ou encore les coulisses de l’écriture de ses livres si connus. On voit comment ils ont été reçus à l’époque (indice : pas très très bien :D), dans quelles conditions il a pu les écrire, le milieu duquel il venait, et comment tout ça le positionnait face à Héléna et la comportement qu’il devait adopter vis à vis d’elle selon la société de l’époque.

Enfin voilà : j’ai lu Les mots entre mes mains, et c’était une belle lecture, que je vous recommande.

J’ai essayé d’écrire cet article de manière à ce qu’il ne répète pas exactement ce qui est dit dans la vidéo, donc je vous invite maintenant à la regarder si vous voulez en savoir plus sur ma vie, mon oeuvre ma lecture… et si vous voulez voir la Luciole en train de se moquer de moi bien comme il faut 😀

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

9 Comments on “Les mots entre mes mains – Guinevere Glasfurd [Vidéo Tea Time !] #MRL16

    • Ahah, énorme ! Ce vieux René continue de faire couler de l’encre, dis-donc, il s’invite vraiment partout 😀

  1. Pingback: Les Mots entre Mes mains, Guinevere Glasfurd | Bric à Book

  2. Hé hé c’est moi qui ai choisi ce livre dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire, et sachez que j’aime beaucoup beaucoup l’originalité de votre vidéo ! 😀

    Bravo !

    • Bonjour Leiloona ! Il faut que je te remercie d’avoir choisi ce livre alors, car ça a vraiment été une jolie découverte que je n’aurais sans doute pas faite sans toi ! 😀 Et nous sommes vraiment toutes les deux très heureuses que tu aies aimé notre vidéo, merci, merci ! 🙂

  3. Je viens de regarder la vidéo, elle était vraiment chouette 🙂
    (et article et vidéo se complètent bien, pas d’inquiétude)

    Sinon, en tant que gauchère, je compatis ^^.

    • Merci d’avoir pris le temps de nous faire ce retour sur la vidéo et l’article, Systia 🙂 Vraiment contente que le tout t’ait plu !

      Ahhh, j’apprécie particulièrement ce soutien entre gauchères, les droitiers ne peuvent pas saisir la difficulté de notre existence :p

  4. Et bien je valide l’écriture de lettre en video, j’ai trouvé ça original et très plaisant ! Le rythme est bon, je voulais voler la vaisselle (une si jolie tasse *o*), et j’admirais cette capacité à écrire à la plume sans faire de petits pâtés partout. 😉 La vidéo complète bien l’article et m’a donné envie d’essayer de lire le livre, à l’occasion. En parlant de Descartes comme personnage de fiction, vous connaissez Venenum de Charlotte Bousquet ? C’est un roman Young Adult raconté à la première personne par sa fille adoptive. Bon après, c’est aussi clairement un roman de cape et d’épées, donc probablement moins attaché à la réalité historique, et je pense que l’ami René est moins présent (je crois même qu’il meurt au début). (Moi, mon grand souvenir de Descartes, c’est mon professeur de grammaire anglaise qui ne cessait de discourir sur la « supercherie linguistique » que constituait le « je pense, donc je suis ». :p)

    • Ahhh ! Eh bien merci pour ta « validation », ça fait vraiment plaisir de savoir que la vidéo t’a plu ! Et je te remercie pour ton retour sur l’article également, je me demande toujours si mes articles complémentaires aux vidéos sont vraiment… eh bien complémentaires justement 😀 On voulait vraiment que les deux supports ne se répètent pas !
      La vaisselle a eu pas mal de succès, c’est drôle je ne m’y attendais pas puisque c’est un vieille tasse que je vois depuis que je suis toute petite 😀
      Pour Venenum, j’ai déjà lu du Charlotte Bousquet, mais pas celui-ci. Mais je crois savoir qu’elle a fait des études de philo donc quelque part le clin d’œil à Descartes dans Venenum ne me surprend pas ! J’ai eu une grosse période « romans de cape et d’épées » quand j’avais 10-12 ans, donc cet aspect du livre me parle pas mal !
      J’avoue, ton grand souvenir de Descartes m’a fait rire ! 😀
      Bonne journée à toi SALT !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.