Les Souffrances du jeune Werther – Goethe

Les Souffrances du jeune Werther - Goethe

_

De moi-même, je n'aurais probablement jamais ouvert un live intitulé "Les souffrances du jeune Werther", honnêtement. Même s'il est écrit par Goethe. Du coup, s'il n'avait pas été au programme, Werther et moi n'aurions jamais fait connaissance. D'autant plus que la préface commence par nous dire qu'à l'époque de sa sortie, certains ce sont suicidés après l'avoir lu. Voilà, voilà… Bienvenue ! Oo

 

Le titre est cependant éloquent : nous suivons en effet les déboires de Werther, qui n'arrive pas à trouver sa place dans la société. C'est aussi surtout son amour pour la belle Charlotte, déjà fiancée, et qui ne pourra donc jamais être sienne. Bref, Werther est malheureux et souffre. Surpris ? 😉

Il semblerait que ce livre ait été à l'origine (du moins l'une des origines) du mouvement romantique. Mais je pense que rien que le thème de base et la fin tragique indiquent déjà quelque chose d'assez typique de ce mouvement-là.

Le format épistolaire m'a toujours beaucoup plu, et je l'ai trouvé très bien géré ici. On ne sait pas grand-chose du destinataire des lettres de Werther. C'est curieux car, parfois, j'avais l'impression de m'identifier un peu à ce destinataire sans visage. Werther me racontait vraiment à moi son parcours, sa rencontre avec Charlotte, ses états d'âmes…

Au début du roman, Werther a trouvé une sorte de paix, il est proche de la nature et se sent plus libre. Puis lorsque Charlotte arrive, c'est le paroxysme du bonheur : il sait que le fiancé existe, mais il n'est qu'une silhouette lointaine, tandis que lui est tout près de Charlotte et que celle-ci l'aime visiblement également. Après cela, c'est la lente descente aux enfers jusqu'à la fin tragique. Les émotions forment donc une courbe que l'on peut suivre très clairement, l'évolution se fait graduellement et la psychologie de Werther est extrêmement bien gérée ; Goethe m'a donné l'impression d'avoir affaire à une véritable personne.

Je ne cache pas le fait que j'ai été très fréquemment agacée par Werther, ce n'est pas un personnage que j'ai trouvé attachant. J'ai eu le goût de le secouer un nombre incalculable de fois, et je n'ai guère eu de peine à la fin, mais cela ne m'a pas empêchée d'admirer le travail que Goethe a fait avec ce personnage et ses émotions.

L'écriture est beaucoup moins lourde que ce à quoi je m'attendais. Au contraire, j'ai eu beaucoup de plaisir à lire le livre, les pages ont défilé bien vite. La ponctuation pleine de points d'exclamations donne une bonne indication du tempérament extrême de Werther, je trouve.

 

Finalement, je suis vraiment contente de cette découverte. Quoique je n'ai pu m'attacher au personnage (bien trop "Romantique" pour moi), j'ai eu un réel plaisir à lire la prose de Goethe.

 

Note : Nous ne sommes pas responsables de l'apparition de publicités sur le blog. Vous pouvez télécharger AdBlock Plus pour ne plus voir les plus gênantes ! (logiciel gratuit et bien utile partout sur internet !)

 

____________________

 

Et retrouvez-nous sur Facebook et Twitter

 

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.