Les Vigilantes, T1 : Le Foyer – Fabien Clavel

À la sortie du Foyer, l’institution paramilitaire où elle a grandi, Anna devient une Vigilante. Elle découvre à la fois le monde extérieur, un pays étouffé par la dictature du Parti, et sa mission : espionner une famille d’opposants supposés. Au fil des jours, elle s’attache à cette famille aimante dans laquelle elle n’a pas eu la chance de grandir. Quand elle comprend qu’ils fomentent un complot, elle doit choisir son camp…

_______

Je sais, je sais, une énième dystopie young adult. Moi aussi, mon enthousiasme à leur égard a considérablement diminué ces dernières années. Les idées peinent souvent à se renouveler, nos petits coeurs peinent à battre aussi vite qu’ils l’ont fait pour Hunger Games (exemple donné tout à fait au hasard, bien sûr).

Mais vous savez quoi ? Dès ses premières pages Les Vigilantes a su capter mon attention et ne l’a pas laissé filer avant son final.

L’univers des Vigilantes est sombre, dur et cruel – assez classique, mais efficace. L’idée de ces orphelins récupérés par l’état et formés comme des militaires est plutôt bien exploitée : l’auteur montre d’ailleurs bien comment la jeunesse de ces enfants et adolescents les rendent plus facilement malléables. Ils ont grandi dans un cadre et selon des règles étudiés de manière à en faire de parfait petits soldats un poil lobotomisés (un poil).
Parlons d’abord de l’héroïne, Anna. Vous aurez sans doute deviné qu’elle fait partie de ces fameux orphelins. Mieux encore, elle est probablement la meilleure de sa « promotion » – une héroïne aux capacités exceptionnelles, quelle surprise, n’est-ce pas ? Pas très surprenant, mais très bien géré, car la place de « numéro 1 » qu’occupe Anna au foyer est justifié par le caractère l’héroïne : l’auteur a su lui donner une sorte de flamme intérieure ; Anna est une battante, prête à tout pour survivre. Le personnage se présente comme assez dur, c’est comme ça qu’elle est perçue par les autres. Mais grâce à son amour pour Irisz, sa petite soeur de coeur, nous sommes rapidement confrontés à la Anna que les autres ne voient pas. Cette ambivalence entre dureté extérieure et grand coeur (un tantinet blessé) fait de Anna une personnage intéressant. On sent très vite que ce n’est pas une jeune fille faite pour se couler dans le moule qu’on veut lui imposer. Elle est n°1, mais pas la n°1 rêvée par le gouvernement, qui a besoin de bons petits soldats, comme je vous l’ai déjà dit. Anna paraît vite comme un esprit trop libre, qui se posent de trop nombreuses questions, pour être ce parfait petit soldat.

Bref, la narration a beau se faire à la troisième personne, j’ai trouvé que le livre nous immergeait plutôt bien dans la psychologie de son héroïne.

Pour en finir avec les personnages, je pourrais peut-être cependant reprocher une certaine prévisibilité dans l’évolution de leurs relations – en particulier Anna et Irisz.

L’intrigue se déroule fluidement : je n’ai pas ressenti de véritable temps mort qui aurait cassé tout le rythme. On voudrait peut-être parfois que Anna agisse plus vite, cherche (et trouve) plus d’informations, mais cela m’a semblé coller avec l’évolution du personnage, partagé entre sa recherche de la vérité et les règles qui ont dirigé sa vie toutes ces années. Qui ment ? Qui est prêt à la trahir ? Que sait le gouvernement ? Vu son travail de Vigilante, Anna sait bien que rien ne reste bien longtemps ignoré. Une menace plane en permanence sur la jeune femme, et une certaine pression est maintenue durant tout le roman. L’auteur joue plutôt bien avec nos nerfs : Anna va-t-elle y arriver ? Oui ! Non ! Oui ? Ahhhhh.
La fin a d’ailleurs mis mes nerfs à rude épreuve, et si j’en ai beaucoup voulu à Fabien Clavel de nous abandonner sur un tel cliffhanger, je ne peux que saluer ce choix qui donne déjà envie d’avoir le T2 sous la main.

Une bonne découverte ! Maintenant, j’espère que ce ne sera pas une série trop longue, et j’attends la suite. Le foyer s’annonce comme le premier volet d’une bonne série young adult !

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

8 Comments on “Les Vigilantes, T1 : Le Foyer – Fabien Clavel

    • Comme je le disais, si tu as envie de lire un peu de dystopie, celle-ci est sympa je trouve 🙂

  1. Haaa, ça a l’air d’être de la dystopie de très bonne facture ! Je note si jamais j’ai envie de lire un livre du genre ! =)

    • Si tu as envie de lire de la dystopie, celle-là peut être très sympa oui ! 🙂

  2. Je ne connaissais pas du tout cette saga mais je dois dire qu’elle m’intéresse beaucoup ! L’univers, même si peu original, a l’air pas mal.
    Merci pour la découverte

    • Oui, et je suis curieuse de lire la suite car ce premier tome est assez prometteur ! Donc si tu en as l’occasion, je te recommande d’y jeter au moins un oeil 🙂

    • Si un peu de dystopie YA te tente, ça peut t’offrir un bon moment de lecture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.