Léviathan, Tome 2 : Béhémoth – Scott Westerfeld

 Je vous en avais déjà parlé :

 

Léviathan, tome 1 – Scott Westerfeld

 

 

 

Béhémoth

 

 

 

Franchement en relisant mon avis sur le premier tome à l’instant, j’ai halluciné.

Dans Léviathan, j’avais aimé l’écriture de Scott Westerfeld, mais je déplorais la complexité des machines et ma difficulté à m’attacher aux personnages.

Je me demande aujourd’hui si c’était en effet le fait que je ne suis pas habituée à ce genre de littérature, ou si je n’étais tout simplement pas dans l’état d’esprit adéquate ?…

 

Parce que je me suis tout simplement éclatée à lire ce second tome ! (pour dire les choses simplement :D)

 

Je vous disais dans mon avis sur Léviathan que je n’achèterai pas la série et ne lirai donc le suivant que si on me le prêtait. Eh bien j’ai dû être entendue par le dieu tout puissant de la lecture car j’ai gagné le second tome à un concours… oui oui.

Donc, moi, on me donne un livre… je le lis. (Pour une fois que je suis logique :D).

 

J’ai donc retrouvé Deryn et Alek avec un plaisir qui m’a surprise au plus au point.

 

Toujours à bord du Léviathan, les Clankers (Alek, le comte, maître Klopp, Bauer et Hauffman) s’intègrent à la vie de l’aeronef. Tous savent que leur présence est nécessaire pour faire marcher les moteurs clankers qui permettent de faire avancer la machine vivante, mais ils sont sur le fil du rasoir et sont conscient s du risque : ils peuvent être fait prisonniers à tout moment si l’on apprend qui est Alek ou si une erreur est faite.

Malheureusement, au cours d’une bataille, maître Klopp et Alek prennent une décision qui les sauve tous, mais est contraire aux ordres du commandant. Il devront donc s’enfuir dés leur arrivée à Constantinople…

 

Entre secrets d’états et plans secrets pour essayer d’arrêter cette guerre, une course poursuite s’engage dans les rues de cette ville où sont parlées des dizaines de langues en même temps…

 

Une grosse partie de l’histoire ce déroule dans Constantinople./Istambul, et j’ai vraiment aimé ce décor aux cultures si éclectiques. La plume de Scott Westerfeld nous immerge parfaitement dans ce cadre aux mille parfums et couleurs, et je suis très admirative face à sa capacité à réécrire l’histoire, à jouer avec des personnes ayant existées, et de tout remodeler pour former… ça, Béhémoth.

 

Moi qui n’avait pas du tout adéré, ou presque, au personnage de Deryn, j’ai appris à la découvrir ici, et elle a réussi à me toucher avec ses sentiments envers Alek qu’elle ne peut exprimer, sa situation si spéciale… 

Alek, quant à lui, fait son petit bonhomme de chemin (expression classe de l’article : check), et apprend encore et toujours à arrêter de jouer les “petits héritiers précieux” à qui tout est accordé. Oui, il est riche. Oui, il est intelligent. Mais ce n’est pas tout seul qu’il va s’en sortir, et, Ô drame, il va devoir fréquenter des petites gens, si c’est pas malheureux ! 😀

Sérieusement, j’aime beaucoup voir l’évolution d’Alek, c’est un personnage qui vaut le détour avec son air hautain et son grand coeur.

 

La scène finale est vraiment belle et halletante, impossible de lâcher le livre ; j’ai vraiment eu l’impression que l’écriture de l’auteur s’était allègée et que ce genre de passage était beaucoup, beaucoup plus clair que dans le premier tome.

Les dessins ponctuant l’histoire sont toujours aussi sublimes, je suis totalement fan de l’esthétique de cette série !

 

Je n’avais vraiment pas envie de finir ma lecture, mais bon, toutes les bonnes choses ont une fin, et il me faut maintenant attendre septembre 2012 pour connaître le fin mot de l’histoire dans le dernier tome de cette trilogie, intitulé “Goliath”.

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

2 Comments on “Léviathan, Tome 2 : Béhémoth – Scott Westerfeld

  1. J’étais sceptique à la lecture du premier, mais, franchement, je conseille de lire le second avant d’arrêter son opinion 🙂 J’espère que tu pourras le trouver !

    Bonne soirée à toi Missy 🙂

  2. Et bien, ca a l’air pas mal du tout ce roman. J’aime la couverture. ca me rappelle un peu Jules Vernes avec toutes ces inventions etranges. Si je trouve cette serie en anglais a la bibliotheque de
    l’ecole je le lirai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.