Loup, y es-tu ? – Henri Courtade

Loup-y-es-tu.jpg

 

 


 

Ce livre, c’est grâce à ma chère Stella que j’ai pu le découvrir. Elle répétait que « les écrits d’Henri Courtade, c’était le bien », que « je me devais d’aller braquer au plus vite la librairie la plus proche », « qu’il me fallait tous ses livres, sinon j’allais mourir dans mon ignorance », que… que j’exagère. C’est vrai. Mais pas totalement non plus. Elle est vraiment totalement mordue de l’écriture de cet auteur. Il se trouve que j’ai gagné « Loup, y es-tu ? » au concours qu’elle organisait sur son blog. Le jour où je l’ai reçu dans ma boite aux lettres, j’ai affiché un gros sourire béta en l’observant sous toutes ses – magnifiques – coutures et ai failli laisser tomber mes études pour m’enfuir avec lui au fin fond de la forêt afin de le lire tranquillement, puis de partir chercher, Blanche-Neige et le Chaperon Rouge, j’ai donc été vraiment heureuse. Merci Stella ! C’est dit, pour la dixième fois au moins, mais c’est dit.

 

C’est bien joli tout cela, me direz-vous, mais ai-je été moi aussi totalement emportée par ce livre ? Alors, alors…

 

Déjà, de quoi parle-t-il ? Dans « Loup, y es-tu ? », les personnages des contes de fées vivent dans notre monde. Si l’on sonde les ombres derrière les grands dirigeants, on risque de tomber sur quelque grande sorcière, et si l’on observe d’un peu plus près certaines personnalités du monde de la mode, on pourrait reconnaître une princesse à la beauté légendaire… Il se trouve que, même si ces personnages ne sont plus dans leurs royaumes merveilleux, leurs différends demandent toujours à être réglés…

 

La plupart du temps, lorsque je vous parle d’un livre, je vous dit que j’ai été séduite ou par l’écriture, ou par les personnages, déplorant assez souvent une intrigue plutôt légère en comparaison. Ici, c’est cette dernière qui a été le point fort de cet ouvrage et qui a fait que je l’ai… dévoré (je vais m’étouffer dans mon humour de bas étage et je reviens).

En effet, l’auteur a su en dévoiler les éléments de telle manière que j’avais toujours envie d’en savoir plus. L’alternance des chapitres entre le « présent » et le « passé », si je puis dire, m’a beaucoup plu. Cela donnait un rythme entraînant au livre et les informations se recoupaient de façon fluide.

 

Le monde créé m’a absolument convaincue : retrouver certains de mes personnages de conte de fée préférés, mais dans mon univers, c’était juste génial pour l’amatrice de contes, mythes et légendes que je suis.

De plus, le nombre de page m’a semblé juste parfait : aucune longueur ou sensation de « baclé ».

 

Pour les personnages en eux-même, la palme revient, je pense, à Albe. Sa découverte de son identité, son évolution, son caractère ont su me la rendre sympathique dés le début. Virginia est un peu plus difficile à apprécier, quelque part. J’ai mis plus de temps à accrocher à son tempérament. Le Traqueur, lui, m’a beaucoup plu, et même un peu émue sur la fin (Comment ça ? « En même temps, on te met un personnage masculin mystérieux avec des cheveux longs, et hop ! l’affaire est dans le sac » N’importe quoi ! Le Traqueur est juste un super personnage U_U :p). Marilyn est une méchante absolument parfaite dans le sens où j’ai aimé son côté humain, elle aussi a des faiblesses et des souffrances tout en étant purement machiavélique.

J’ai, de plus, adoré tâcher de découvrir leur identité cachée avant qu’elle ne soit révélée !

 

Le style est agréable à lire, sans être trop simple. Si ce n’est pas forcément l’élément que je retiendrai véritablement l’écriture sert bien le livre et sait rester juste (même lorsqu’il s’agit d’évoquer des évènements pouvant tomber facilement dans le pathétique). J’ai de plus beaucoup apprécié l’humour dont elle fait preuve !

 

Le seul véritable reproche que je pourrais faire au livre concerne la manière dont est évoqué le nazisme, par moment. J’ai été surprise que cet élément soit présent, même si sa présence était intéressante, et, par moment, j’ai eu la sensation de lire l’un de mes cours d’Histoire « séquence 3 : Le nazisme et l’idéologie qui l’a motivé ». Un petit manque de subtilité, sur ce coup-là, à mon goût. Cependant, je reconnais que c’était plutôt audacieux de mêler ce sujet-là au livre, et bien réussi dans l’ensemble.

Cela se prêtait bien et renforçait le message du livre.

 

Et une petite citation pour le plaisir :

 

 

« – Nous fuyons tous quelque chose, déclara-t-il mystérieusement, la persécution, la mort, ou même l’amour…

– … plus que nous ne chercons à atteindre un but, compléta-t-elle, pensive. »

 


 

Une lecture qui ne souffre ni de longueurs, ni de raccourcis frustrants, servie par une intrigue que j’ai adorée.

Mêler les contes de fée à notre monde est une idée qui m’a énormément plu.

Malgré un ou deux éléments qui m’ont gênée, j’ai également aimé le fait que des sujets prêtant à la réfléxion soient abordés.

 

Stella ? Quel est le prochain que je me dois de lire ? 😀

 

 


 

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

10 Comments on “Loup, y es-tu ? – Henri Courtade

  1. Oh oui, achète-le 😀

    Merci beaucoup Laeti, belle journée à toi aussi 🙂

  2. Décidément, il faut vraiment que je l’achète !!!
    Très chouette chronique soit dit en passant ^^
    Bonne journée 🙂

  3. Franchement, je ne peux que te le conseiller : je pense que tu as de quoi passer un chouette moment de lecture 🙂 Bises.

  4. L’idée est vraiment chouette et le traitement tout à fait réussi dans l’ensemble ! Franchement, lance-toi ! Je serais ravie de lire ton avis, de plus 🙂

  5. Je n’ai jamais encore tenté cet auteur mais c’est vrai que j’ai vu de jolis avis. Il faudra que je me le prenne un jour dis donc! Ca a l’air vraiment sympa!

  6. Il y a tellement d’auteurs à découvrir que tu n’as pas à avoir honte, franchement 🙂 Si tu le lis (ce à quoi je t’encourage, d’ailleurs :p), j’aimerais beaucoup connaître ton avis 🙂

  7. Heum je dois avouer que je n’ai jamais entendu parler de l’auteur, mais ce livre me tente beaucoup ! J’aime beaucoup l’idée de base, et un petit quelque chose dans ta chronique et dans la manière
    de Stella d’en parler me fait me pencher un peu plus près de ce livre.

  8. (Je suis en retard pour répondre moi aussi, donc pas de souci :p)

    La surprise du Traqueur est vraiment l’un des éléments que j’ai préférés en effet ! Pour le manque de subtilité, je le trouve toujours aussi regrettable avec du recul, mais je garde un bon
    souvenir de lecture encore à ce jour, alors qu’il arrive régulièrement que je devienne plus critique… 🙂

  9. (j’arrive, je suis en retard, je sais :p)
    J’ai bien aimé cette histoire aussi, où l’auteur se ré approprie intelligemment de nos « mythes ». J’ai trouvé l’exercice assez sympathique (avec la surprise du Traqueur) mais j’ai trouvé aussi qu’il
    manquait parfois un peu de subtilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.