Maestro – Léa Fazer

Grande première pour d’eedr puisque je vous parle aujourd’hui d’un film encore programmé dans certaines salles : Maestro.

Morgana m’en avait parlé, et j’avais une folle envie d’aller au cinéma avec ma môman et ma petite sœur (séquence émotion * violons *), alors même si ce n’est pas le genre de films que je vais voir d’ordinaire au cinéma, je me suis dis « pourquoi pas » et nous y voilà !

_________________________________________

 

Henri (Pio Marmai), jeune acteur fan de Bruce Willis se retrouve sur le tournage d’un film d’auteur de Cédric Rovère (Michael Lonsdale): Les amours d’Astrée et de Céladon. Un décalage se crée alors entre Henri, habitué au monde moderne, et l’ambiance qui règne sur le tournage dont « les conditions ne sont pas tout à fait celles auxquelles il s’attendait… Mais le charme de sa partenaire et la bienveillance du maître vont faire naître en lui des sentiments jusqu’alors inconnus. Rovère, conquis par la jeunesse et la fantaisie d’Henri, vivra ce tournage comme un cadeau inattendu.« 

Maestro - Léa Fazer

Maestro c’est tout d’abord un hommage.

 

Un hommage à Eric Rohmer (Cédric Rovère dans le film) et Jocelyn Quivrin (Henri) (qui a co-écrit le scénario et qui était censé le réaliser), tous deux décédés à quelques mois d’intervalle en 2009 et 2010 après avoir travaillé ensemble sur Les Amours d’Astrée et de Céladon (adaptation du roman pastoral L’Astrée, d’Honoré d’Urfé). C’est aussi un hommage au cinéma d’auteur en général, souvent méconnu et jugé élitiste.

C‘est ce qui m’a plu dans un premier temps. En tant qu’étudiante en cinéma débutant à tâtons sa vie professionnelle dans le domaine, j’ai vraiment apprécié ce côté « envers du décor », les anecdotes sur les tournages qu’on peut y voir, et la façon dont leur ambiance si particulière y est retranscrite. Cela m’a renvoyée à mes propres expériences, et m’a ainsi touchée, mais je conçois que ce soit une raison très personnelle d’apprécier le film, alors je vais vous trouver autre chose (et autre chose en accord avec « la ligne éditoriale » du blog en plus, que demande le peuple :D).

 

 

Alors si on oublie un peu l’aspect hommage, mise en abyme étouétou

Maestro est un film sur la poésie.

 

Pas forcément celle des recueils et des poètes, bien qu’elle y soit présente également. Mais celle avec laquelle on peut prendre la vie. Maestro nous parle d’une façon de voir le monde qu’on a oubliée…

Gloria (Déborah François) le souligne a un moment lorsqu’Henri lui demande pourquoi elle prend tant de photos.

 

« Ce que nous vivons-là, bientôt ça n’existera plus. »

 

Selon moi elle ne parle pas que du tournage, que ce soit à court terme : le tournage de ce film-là est bientôt fini ; ou à long terme : on ne fait plus du cinéma comme ça aujourd’hui … Non, pour moi cette phrase résonne comme une généralité : on est actuellement en train de changer d’époque, et bientôt l’époque de nos parents, grand-parents, celle de Rohmer, de la poésie.. n’existera plus. Tout va de plus en plus vite, on ne peut plus se passer ni des ordinateurs, ni des smartphones (moi la première, hélas…), et on en oublie de regarder la vie comme le fait Rovère dans le film : assis dans un fauteuil à contempler le paysage, simplement parce qu’il est beau …

Durant ce tournage, Henri apprend à vivre de cette manière paisible. Rovère lui transmet le goût et l’envie de se poser et de se laisser aller, au moins le temps du tournage. Ce n’est que mon interprétation personnelle mais c’est ce qui m’a touché dans le film et ce qui fait que je l’ai apprécié.

 

J‘ai moins adhéré à l’esthétique, qui m’a paru somme toute assez banale. C’est l’esthétique des coméd
ies dramatiques françaises
, comme il y en a d’autres. Et pour un film hommage au cinéma d’auteur, ce choix m’intrigue vraiment. Je ne dis pas qu’il aurait fallut en faire un film d’auteur, loin de là, la forme telle qu’elle est présentée me convient parfaitement, mais moi qui suis si sensible à l’esthétique des films et à la qualité de l’image, ce côté-là m’a un peu frustrée. Bon après je ne dramatise pas non plus, c’est pas si terrible, il y a bien pire, mais je ne l’ai pas trouvé très recherché visuellement, pas de prise de risque, voilà tout !

 

 

En bref !

Maestro en tant qu’hommage à ces deux artistes, au cinéma d’auteur, à la poésie et à une certaine philosophie de vie m’a bien plu. Je pense que le film tenait là un véritable potentiel mais que ça aurait pu aller plus loin dans la forme et à la réalisation.

Ce n’est pas un film qui va me marquer durablement, mais

ce que j’en ai retiré sur le moment, et encore aujourd’hui en écrivant dessus m’a touchée,

et ça, c’est déjà pas mal !

Pio Marmai et Michael Lonsdale  © Maestro - 2014

Pio Marmai et Michael Lonsdale © Maestro - 2014

Note : Nous ne sommes pas responsables de l’apparition de publicités sur le blog. Vous pouvez télécharger AdBlock Plus pour ne plus voir les plus gênantes ! (logiciel gratuit et bien utile partout sur internet !)

 

____________________

 

Et retrouvez-nous sur Facebook et Twitter

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

4 Comments on “Maestro – Léa Fazer

  1. Je vous félicite pour votre critique. c’est un vrai boulot d’écriture. Poursuivez

    Le de serrurier paris paris en serrurier paris paris sur serrurier paris paris et serrurier paris paris :. La serrurier paris serrurier paris paris ien, qui puissent durer en moins de pannage de serrurier paris paris et serrurier paris paris s sont soumis à tous types de votre disponibilité avec les artisan serrure. Serrurier serrurier paris paris . Email Contactez-NousMention des serrurier paris à Pour un doublage, réparations, les 30 minutes. Bricard Fichet Laperche, cylindre grippée, clé. Serrure a larder ).

  2. Je n’avais effectivement pas noté l’évolution des personnages, je n’y fais décidemment pas assez attention à chaque fois !

  3. J’ai vu le film aussi. N’étant pas "pro" en cinéma je n’ai pas été gênée par l’esthétique et les lumières, j’ai aimé l’histoire, et le fait de découvrir comment se passent ce genre de tournages. J’ai apprécié aussi que cela fasse évoluer, "grandir" les deux jeunes acteurs, Henri et son copain. Merci pour votre critique détaillée. C.

  4. ce film là je l’ai vu, mais y’a pas d’zoeuf!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.