Némésis – Agatha Christie

 

 

 A Miss Marple,

domiciliée au village de Sainte-Marie-Mead.

 

  Cette lettre vous sera remise après ma mort par les bons offices de mon notaire James Broadribb. C’est lui qui traite de mes affaire légales et qui ont trait à ma vie privée, à l’exclusion de mes affaires purement financières. C’est un homme de loi honnête et digne de confiance. Comme la grande majorité des humains, il a une certaine propension à la curiosité. Mais cette curiosité, je ne l’ai pas satisfaite, cette affaire devant rester, sous certains rapports, entre vous et moi. Notre code est Némésis. Je ne pense pas que vous ayez oublié où et dans quelles circonstances vous avez prononcé ce nom devant moi pour la première fois. Au cours de ma très longue période d’activité, j’ai appris qu’il est nécéssaire, pour accomplir une mission déterminée, d’avoir un don. Ni les connaissances proprement dites ni l’expérience ne suffisent.

  En ce qui vous concerne, vous avez le don naturel de la justice, ce qui vous a amenée à flairer le crime. C’est pourquoi je souhaiterais que vous entrepreniez un enquête sur un certain crime. J’ai fait mettre en réserve une somme qui deviendra pour propriété si vous voulez bien vous charger de cette affaire et si vous parvenez à l’élucider. Vous avez une année entière pour remplir cette mission. Vous n’êtes plus jeune, mais vous êtes solide – si vous me permettez d’employer ce terme – et je pense que je puis faire confiance au destin pour vous maintenir en vie longtemps encore.

  Je vous imagine assise dans votre fauteuil, occupée à tricoter des vestes et des écharpes, d’autres choses aussi dont j’ignore les noms. Je vous vois telle que je vous ai vu un certain soir, enveloppée d’un nuage de laine rose, alors que vous veniez de m’arracher au sommeil.

  Si vous aimez mieux continuer à tricoter paisiblement, vous le pouvez. Si, au contraire, vous voulez servir la cause de la justice, j’espère que vous y prendrez l’interêt.

 

Que la justice déferle comme les vagues

Et la vertue comme un torrent éternel.

 

AMOS.

 

______________

 

Etrange, n’est-ce pas ? Mais cela est-il véritablement étonnant, connaissant Miss Marple ?

Non, bien sur. Dés qu’il s’agit d’elle, cela devient de suite plus logique.

 

Lorsqu’elle reçoit cette lettre d’un ancien homme d’affaire tout juste décédé, avec lequel elle a jadis mené une enquête, la vielle demoiselle va, une fois de plus, se livrer à une enquête qui, ma foi, malgré une action digne des plus grands Derrick, a réussi à me passionner !

Je n’avais jamais été autant frappée par la mélancolie, et la beauté que l’on peut parfois déceler dans l’écriture d’Agatha Christie, je dois dire…

 

Nul besoin de m’étaler plus, si vous voulez en savoir plus, il ne vous reste vous qu’à vous plonger dans ce bon vieux policier ! Sinon ?… Eh bien Miss Marple vous survivra, aucun souci pour elle, elle le prouve une fois de plus ici ! 

Facebook
Facebook
YOUTUBE
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.